G. Brabant, Demander le Saint Esprit, Le Témoin de la Vérité, journal des Églises Évangéliques Baptistes, n°103, pp.23, 1927.

. Keller, Introduction du Mouvement de Pentecôte en France " , texte dactylographié de trois pages

P. W. Williams, Popular Religion in America, Symbolic Change and the Modernization Process in Historical Perspective, p.144, 1989.

J. Hollenweger-rappelle-À-cet-Égard-qu-'en, raison de ses structures orales de communication (qu'il identifie à l'action du Saint-Esprit), le pentecôtisme (la seule dénomination chrétienne mondiale fondée par un Noir) s'est rapidement répandu dans le tiers monde " . Article " Pentecôtisme, Encyclopédie du Protestantisme, op. cit., p.1145. 68 Cf. Le classique R. M. ANDERSON, Vision of the Disinherited : The Making of American Pentecostalism, 1979.

-. Willaime, Le pentecôtisme : contours et paradoxes d'un protestantisme émotionnel, p.10

E. Alexander, P. Ou-christianisme-?-ed, and . Maison-de-la-bible, Genève-Paris, s.d. (n elle éd. revue et augmentée

. Dieu-de, J'espère pouvoir enregistrer bientôt l'exaucement, notes saisies au fils du texte " , par J-E. Blocher, p.17

E. and J. Blocher, Nogent-sur-Marne, Institut Biblique, vol.82, p.47, 1989.

M. Journal-de, J. Blocher-saillens-par, and . Blocher, Pentecôtisme à la Brésilienne : des controverses en cours Les données dont nous disposons aujourd'hui suggèrent d'abandonner l'idée selon laquelle l'alternative religieuse pentecôtiste serait exogène en raison de son origine nord-américaine, ASSR, vol.105, p.74, 1999.

. Hutchinson, Rough Blocks The Transoceanic Triangle in Planting Pentecostalism among Italian Immigrants to Australia, Evangelicalism in Australia, Britain, Canada and the United States, p.242, 1907.

. Ce-protestantisme, créée en 1942 dans un but fédératif. 91 Cette distinction est utilisée en particulier dans l'ouvrage publié sous la direction, Evangelicalism, Comparative Studies of Popular Protestantism in North America, the British Isles and Behond, pp.1700-1990, 1989.

. Désormais, La pluralisation se joue désormais essentiellement en dehors de l'aide directe des luthériens et des réformés Cela ne signifie pas qu'il n'y ait pas eu d'apport réformé à l'implantation pentecôtiste, Les pentecôtistes rencontrèrent ainsi un écho positif à Saint-Chamond auprès du pasteur Max Bernouilli (E.R.F.), qui appela ses autorités ecclésiastiques à tendre " une main fraternelle à nos frères du Mouvement de Pentecôte " 93

L. Dallière, Union de prière de Charmes -près de Valence -) 94 . Considéré comme " farouchement réaliste " 95 , pasteur de l'Église réformée évangélique et chargé de cours à la faculté de théologie de Montpellier, Louis Dallière (1897-1976) se rendit même en Angleterre pour étudier là-bas le pentecôtisme (été 1932) Auparavant, le 13 janvier 1932, après une rencontre avec Scott (qui anime une Mission à Privas du 2 au 20 janvier) 96 , il fit l'expérience personnelle de la glossolalie, puis en avril, il avait présenté le pentecôtisme et la personne de Douglas Scott à une centaine de pasteurs et d'étudiants en théologie rassemblés à Nîmes. Mais les réactions furent globalement négatives, en dépit de l'adhésion de quelques pasteurs réformés, dont Jacques Bost, qui reçurent le baptême par immersion. La tentative de Louis Dallière, qui consista à faire participer le pentecôtisme au projet réformé, au prix d'un gros effort d'acculturation réciproque 97 , échoua, même si la décision du synode national de l'Église Réformée de France (tenu au Chambon en 1951) d'accepter, aux côtés du baptême des nourrissons, le principe du baptême d'adultes, en constitue un effet tardif, Mais c'est en Ardèche que l'accueil réformé fut le plus favorable Dès le milieu des années 1930, les instances ecclésiales réformées comme, un peu plus tard, celles des luthériens vont prendre fermement position contre des relations suivies avec les pentecôtistes, regardés avec beaucoup de méfiance. Même un Jean Cadier pourtant ardent évangéliste et propagateur du Réveil, s'opposa fermement aux pentecôtistes, avec ses Brigadiers de la Drôme, 1898.

G. R. Stotts, Église pentecôtiste Cela ne signifie pas qu'ils apportèrent tous leur concours aux nouveaux venus Un silence gêné régna bien souvent devant les avancées pentecôtistes, comme dans la revue Christ Seul, qui n'a " jamais explicitement parlé " de la question 99 Mais les correspondances étaient possibles, et c'est au milieu baptiste, particulièrement tourné, comme les pentecôtistes, vers l'évangélisation, qu'il échut d'apporter un concours décisif aux débuts de l'implantation du mouvement de Pentecôte en France. Ces deux mouvances partageaient non seulement un même modèle d'Église congrégationaliste et professant (avec quelques nuances), mais aussi un même modèle baptismal : les baptistes ont été les seuls parmi les protestants français, au XIX e siècle, p.76

. Cf and . P. Le-colloque-de-l-'i, La vie des Églises Protestantes de la vallée de la Drôme de, publié par les Bergers et les Mages, p.149, 1928.

. Dans-une, DALLIERE affirme notamment que " la doctrine d'Antoine Court a consisté à éliminer complètement les charismes pour les remplacer par des ministères reconstitués " . Pour Dallière, le pentecôtisme aurait pu permettre à l'Église Réformée de renouer avec une certaine dimension charismatique héritée des persécutions et des temps pionniers. Côté pentecôtiste, on note aussi un certain effort d'assimilation d'un certain héritage de l'histoire réformée

. Stotts, il mentionne ainsi Isabeau Vincent, prophétesse qui aurait parlé en langue, selon quelques témoins, en 1688, p.18

. Italie, M. Pays-latin, G. Hutchinson-Évoque-ainsi-le-cas-de, and . Lombardi, immigré italien aux Etats- Unis, ancien presbytérien devenu pentecôtiste, qui revient à Rome pour y implanter le pentecôtisme. Il prit contact avec des protestants vaudois et des membres des Églises libres, mais se fit " résolument rejeter " , car on s'exaspère de le voir multiplier les tentatives d'approche sur les membres d'Église. Cf, p.246

. Le-constat:-le-protestantisme-français-est-ecclésiogène, Il n'est pas seulement porteur d'un modèle religieux adapté à la laïcité, et appelé, par une sorte d'attraction fatale, à s'y dissoudre graduellement. Il est aussi porteur d'une aptitude à générer de nouvelles Églises, de nouveaux groupes religieux, en vertu d'une " fissiparité structurelle " née de la désacralisation des institutions cléricales 111 . L'implantation baptiste en France, pp.1810-1830

L. Comparaison, elle constitue en fait une nouveauté relative en France La pluralisation du protestantisme, en Angleterre et plus encore aux Etats-Unis, s'est développée dès le XVII e siècle, et s'est poursuivie de manière quasi-continue ensuite Rien de tel en France, où cette pluralisation n'intervient vraiment qu'à partir du XIX e siècle, en passant par les trois phases précédemment décrites (phase par dissidence du protestantisme concordataire, puis par l'appui des concordataires, puis sur un axe évangélique professant) La manière dont s'acclimate le pentecôtisme en France, sans passer ni par l'Etat, ni par les Églises protestantes anciennement fonctionnarisées dans le cadre de l'Etat (luthériens et réformés) constitue

A. Etats-unis-particulièrement, La pluralisation a été le maître mot du paysage chrétien américain au XVII-XVIII e siècle, tandis qu'en France et en Europe continentale, c'est au contraire la confessionnalisation qui a dominé, c'est à dire un processus de territorialisation des appartenances religieuses, sur une base étatique qui a très fortement limité la concurrence religieuse. Les colonies américaines ont été peuplées des dissidences religieuses dont l''Europe ne voulait pas, ce qui explique le décalage considérable des cultures religieuses : pluralisation concurrentielle sur une rive de l'Atlantique 113 , confessionnalisation plutôt monopolistique sur l'autre rive. Cette dichotomie a été bien aperçue, en son temps, par Ernst Troeltsch, qui avait opposé, au début du XX e siècle, ce qu'il appellait un " néoprotestantisme, issu pour bonne 111 Cf. J-P. WILLAIME, op. cit., p.14. 112 D'autres Églises ou unions d'Églises nouvelles vont ensuite, en France, emprunter le même type d'acclimatation (sur l'axe évangélique et professant). C'est le cas, notamment, des Églises évangéliques implantées par France Mission

N. Hatch, R. Finke, and R. Stark, The Democratization of American Christianity The Churching of America 1776-1990. Winners and Losers in our Religious Economy, 1989.