L'homme-orchestre : deux siècles de tradition française - Archive ouverte HAL Accéder directement au contenu
Article Dans Une Revue La Revue du Louvre et des musees de France Année : 2000

L'homme-orchestre : deux siècles de tradition française

(1)
1

Résumé

Louis Sébastien Mercier was the first chronicler of Parisian life to describe, on the eve of the French Revolution, a street musician playing several instruments; the earliest visual representation appered very shortly after, under the Directory. Originally a harpist, the one-man band seemingly changed his choice of instruments and costume during the late First Empire period: a former soldier, he would introduce certain elements of the janissary music beloved of military parades. Throughout the 19th century, the literary chronicles of picturesque Paris seemed to be quite literal commentaries of the popular prints that were mass published or appeared in the press. Later in the century, the musician once again adapted himself to changin times by introducing popular dance band instruments. After the First World War and right up to the present day, the influence of jazz was to be constant and would continue to appeal to the passers-by, even thought the places where people congregated changed along with the city. Three costumes belonging to the Vermandel family, whose best-known musician achieved celebrity thanks to a remarkable photograph by Robert Doisneau, have been acquired by the MNATP and illustrate the ultimate phase of this quintessentially Parisian popular musical tradition.
Louis Sébastien Mercier semble être le premier chroniqueur de la vie parisienne à décrire, à la veille de la révolution française, un musicien de rue polyinstrumentiste tandis que les premières représentations visuelles apparaîssent très peu après, sous le Directoire. Tout d'abord harpiste, l'homme-orchestre semble avoir modifié son instrumentarium et son costume à la fin du Premier Empire : ancien soldat, il réutilise alors certains éléments des musiques des janissaires chères aux défilés militaires. Durant tout le XIXe siècle, les chroniques littéraires du Paris pittoresque semblent être un commentaire "à la lettre" des estampes populaires publiées en séries ou dans la presse. Tard, dans le siècle, le musicien s'adapte une nouvelle fois aux pratiques du temps : il adopte les instruments du bal-musette. Après la première guerre mondiale et jusque dans les pratiques contemporaines, l'influence du jazz sera constante et continuera de fasciner les badauds, même si les lieux de rassemblement changent avec la ville. Trois parures de la famille Vermandel, dont le musicien le plus actif passera à la postérité grâce à une remarquable photographie de Robert Doisneau, sont entrées récemment dans les collections du MNATP et permettent de témoigner de l'ultime évolution de cette tradition musicale populaire très parisienne.
Fichier principal
Vignette du fichier
2000_Getreau_HommeOrchestre_RL.pdf (770.44 Ko) Télécharger le fichier
Origine : Accord explicite pour ce dépôt

Dates et versions

halshs-00117510 , version 1 (25-07-2016)

Identifiants

  • HAL Id : halshs-00117510 , version 1

Citer

Florence Gétreau. L'homme-orchestre : deux siècles de tradition française. La Revue du Louvre et des musees de France, 2000, 5, pp.67-76. ⟨halshs-00117510⟩
322 Consultations
87 Téléchargements

Partager

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More