La peau noire dans la science médiévale - Archive ouverte HAL Accéder directement au contenu
Article Dans Une Revue micrologus Année : 2005

La peau noire dans la science médiévale

(1)
1

Résumé

In this article, I argue that skin colours have a history, while focussing on medieval learned discussions on black skin. A study of the vocabulary shows first of all the ambiguity of the adjective niger. This ambiguity is related to the coexistence of, and even confusion between two different colour systems. The first, rooted in medicine, focuses on the individual and only concerns what we call Caucasians ; niger refers here to olive coloured skin, not black skin. The second system is geographical ; niger here refers to the appearance of the inhabitants of Black Africa. The article then proposes an overview of the main discussions on (the causes of) black skin in medieval philosophical and medical sources. The geographical theory views black skin essentially as an effect of the environment. In discussions on miscegenation and atavism inspired by a passage in Aristotle, black skin is on the contrary considered as a trait that is passed on from generation to generation through the seed. At the same time, medieval science rationalises the old belief according to which the imagination of the mother, and to a lesser extent of the father, can turn the skin of the foetus black. These different discussions are not, however, incompatible, because they all correspond to the medieval theory of generation and to the concepts of complexion and “non-natural things”. Lastly, while these theories are very different from the racial theories, which developed in the 19th century, medieval thought does link skin colour (and more generally physical appearance) to the morals, character and intelligence of ethnic groups. Moreover, the judgement of blacks in medieval learned texts is sometimes much more negative than in the ancient (Greek, Roman) discussions on which they build.
Cet article montre que les couleurs de la peau ont une histoire, en s'intéressant particulièrement aux discussions des savants médiévaux sur la peau noire. L'étude du vocabulaire montre tout d'abord l'ambiguïté de l'adjectif niger, ambiguïté liée à la coexistence de, voire la confusion entre, deux systèmes de couleur différents. Le premier est d'inspiration médicale, se concentre sur l'individu et ne concerne que ce que nous appelons l'homme blanc ; le terme niger y renvoie à la peau mate, mais non pas noire. Le second système est géographique ; niger renvoie ici à l'apparence des habitants de l'Afrique noire. L'article passe ensuite en revue les principales discussions sur la peau noire et sa cause dans les sources philosophiques et médicales médiévales. La théorie géographique envisage la peau noire essentiellement comme l'effet de l'environnement. Dans les discussions sur le métissage et l'atavisme inspirées par un passage chez Aristote, elle est en revanche considérée comme une caractéristique transmise de génération en génération par les semences. En même temps, la science médiévale rationalise la vieille croyance selon laquelle l'imagination de la mère, et dans une moindre mesure celle du père, peut noircir la peau du fœtus. Ces différentes discussions ne sont toutefois pas incompatibles, car elles correspondent à la théorie médiévale de la génération et aux concepts de la complexion et des « choses non-naturelles ». Enfin, tout en étant très différentes des théories des races développées au XIXe siècle, les théories médiévales de la couleur de la peau s'y rapprochent par la notion d'un rapport entre d'un côté la couleur de la peau (et plus généralement l'apparence physique), et de l'autre les moeurs, le caractère et l'intelligence des groupes ethniques. De plus, l'appréciation des noirs dans les textes savants médiévaux est parfois bien plus négative que chez les auteurs anciens dont ils s'inspirent.
Fichier non déposé

Dates et versions

halshs-00175461 , version 1 (28-09-2007)

Identifiants

  • HAL Id : halshs-00175461 , version 1

Citer

Maaike van Der Lugt. La peau noire dans la science médiévale. micrologus, 2005, 13, pp.439-475. ⟨halshs-00175461⟩
389 Consultations
0 Téléchargements

Partager

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More