Les maladies héréditaires dans la pensée scolastique - Archive ouverte HAL Accéder directement au contenu
Communication Dans Un Congrès Année : 2008

Les maladies héréditaires dans la pensée scolastique

(1)
1

Résumé

This article argues that, contrary to what is often alleged or supposed, the concept of hereditary disease is a medieval creation. To be true, ancient medicine already recognized diseases that are transmitted from parents to offspring and sometimes proposed physiological interpretations, but it did not possess technical and specific terminology allowing to distinguish them from congenital diseases. The assimilation of Arabic medical treatises in the 1230s and 1240s was instrumental in the development of such a terminology in the West. Western authors went however beyond their sources by developing legal analogies. Moreover, in medieval medicine, hereditary disease was not just a descriptive term, because scholastic authors also tried to define the type of diseases that are transmitted hereditarily (chronic diseases) and proposed different causal schemes to account for them. The most articulate discussions date from around 1320. Nevertheless, the notion of hereditary disease remains relatively marginal within the medieval life sciences. The central notion is generation, not heredity.
The second part of the article studies the existence or absence of eugenic implications of hereditary disease in ecclesiastical debate about marriage, and in political and medical discourse. The last section examines the links between the notion of hereditary disease and the doctrine of original sin.
Cet article montre que, contrairement à ce qui est souvent supposé ou soutenu, le concept de maladies héréditaires est une création médiévale. Certes, la médecine antique reconnaît déjà les affections qui sont transmises des parents aux enfants et propose parfois des explications physiologiques, mais elle ne dispose pas d'une terminologie technique, permettant de les distinguer des maladies congénitales. L'assimilation de traités médicaux arabes dans les années 1230 et 1240 est cruciale pour le développement de cette terminologie en Occident. Mais les auteurs occidentaux vont bien au-delà de leurs sources, en utilisant des analogies juridiques de transmission. De plus, « maladie héréditaire » n'est pas qu'un terme purement descriptif, car les savants médiévaux réfléchissent sur le type de maladie qui peut se transmettre de manière héréditaire (les maladies chroniques) et proposent différents modèles causaux pour en rendre compte. Les discussions les plus articulées datent des années 1320. Néanmoins, la place de la notion des maladies héréditaires au sein des sciences de la vie médiévales reste relativement discrète. Le concept central est non pas l'hérédité, mais la génération.
La deuxième partie de l'article étudie les implications (ou absence d'implications) eugénistes de la notion de maladie héréditaire dans les débats ecclésiastiques sur le mariage et dans les discours politiques et médicales. La dernière partie examine le rapport entre le concept de maladie héréditaire et la doctrine du péché originel.
Fichier non déposé

Dates et versions

halshs-00175501 , version 1 (28-09-2007)

Identifiants

  • HAL Id : halshs-00175501 , version 1

Citer

Maaike van Der Lugt. Les maladies héréditaires dans la pensée scolastique. Les maladies héréditaires dans la pensée scolastique, Apr 2003, Paris, France. pp.1-40. ⟨halshs-00175501⟩
193 Consultations
0 Téléchargements

Partager

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More