Le miracle chez Hugues de Saint-Cher. De la théorie à la pratique - Archive ouverte HAL Accéder directement au contenu
Communication Dans Un Congrès Année : 2004

Le miracle chez Hugues de Saint-Cher. De la théorie à la pratique

(1)
1

Résumé

The years 1220-1245 represent a turning point in the development of the concept of the miracle as a phenomenon opposed to the order of nature and as distinct from the works of demons and natural marvels. During the same period, the procedures of canonisation trials, and especially the criticism of miracles were becoming more and more precise. This article studies the place of Hughes of Saint-Cher, a major representative of the first Dominican school, in these developments, both as a theologian and Bible commentator (1230s), and as a cardinal-expert in the trial of Edmund Rich of Abingdon (1245). Hughes of Saint-Cher embraces a conservative doctrine of the miracle, which privileges their salutary and moral end over their ontological status. The notion of utility is just as prominent in his exegetical works, which view the miracles of Christ essentially as anti-heretical strategies and depict Jesus as always preoccupied with defending himself against doubters. This obsession with heresy, with proof and authenticity reflects a typically Dominican preoccupation: the battle against the Cathars. At the same time, Hughes of Saint-Cher seems to attack critical tendencies within the Church itself, which submitted the belief in miracles to ever stricter criteria. The canonisation trial of Edmund Rich is one of the first that had to comply with these new regulations, while also showing a precocious medicalisation of the criticism of miracles. Hughes' attitude in the trial can be read as a practical application of his doctrinal and exegetical positions.
Dans le développement de la conception du miracle comme phénomène opposé à l'ordre de la nature et comme distincte des œuvres démoniaques et des merveilles naturelles, les années 1220-45 constituent un moment charnier. Durant la même période, les procédures des procès de canonisation, et notamment la critique des miracles se précisent. Cet article étudie la place d'Hugues de Saint-Cher, représentant majeur de la première école dominicaine, dans ces évolutions; tant comme théologien et exégète (années 1230), que comme cardinal-expert dans le procès d'Edmond Rich d'Abingdon (1245). Partisan d'une doctrine conservatrice du miracle, Hugues de Saint-Cher met l'accent sur sa finalité salutaire et morale et non sur son statut ontologique. La notion d'utilité est tout aussi centrale dans son exégèse qui envisage les miracles christiques comme stratégie anti-hérétique et dépeint Jésus comme perpétuellement soucieux d'écarter les critiques des incrédules. L'obsession de l'hérésie, de la preuve et de l'authenticité témoigne d'une préoccupation typiquement dominicaine, la lutte contre les cathares. En même temps, Hugues de Saint-Cher semble aussi viser des tendances critiques au sein même de l'Église, une Église qui soumet la croyance au miracle à des critères de plus en plus exigeants. Le procès de canonisation d'Edmond Rich est l'un des premiers qui devaient répondre à ces nouvelles exigences et témoigne aussi d'une médicalisation précoce de la critique des miracles. L'attitude de Hugues de Saint-Cher dans ce procès peut se lire comme une mise en pratique de ses prises de positions doctrinale et exégétique.
Fichier principal
Vignette du fichier
Hugues-Cher-miracle-HAL.pdf (595.48 Ko) Télécharger le fichier
Origine : Fichiers produits par l'(les) auteur(s)

Dates et versions

halshs-00175509 , version 1 (14-07-2021)

Identifiants

  • HAL Id : halshs-00175509 , version 1

Citer

Maaike van Der Lugt. Le miracle chez Hugues de Saint-Cher. De la théorie à la pratique. Le miracle chez Hugues de Saint-Cher. De la théorie à la pratique, 2000, Paris, France. pp.387-425. ⟨halshs-00175509⟩
247 Consultations
52 Téléchargements

Partager

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More