Pourquoi Dieu a-t-il créé la femme ? Différence sexuelle et théologie médiévale - Archive ouverte HAL Accéder directement au contenu
Communication Dans Un Congrès Année : 2002

Pourquoi Dieu a-t-il créé la femme ? Différence sexuelle et théologie médiévale

(1)
1

Résumé

Genesis tells two different creation stories. According to Gen 1:27, on the sixth day, God “created man in his image... He created them male and female”, whereas Gen 2:21-22 describes the creation of woman from man's rib. The difference between these accounts stimulated medieval debates about the creation of woman and the meaning and necessity of sex difference. The originality of medieval interpretations arises from a dialogue with contemporary scientific theories, and a rejection of Jewish and Greek traditions on the origin of the first woman. Medieval theologians reject the legend of Lilith (whom God was supposed to have created prior to Eve) as a frivolous Jewish fable, just as the idea that God first created an androgynous double being, whom he later cut in half to create man and woman. At the same time, medieval theology defends in Augustinian fashion the necessity and existence of sex difference before the Fall, against several Greek Church Fathers who saw sexuality as a result of sin. In the 13th century, some theologians propose new justifications of sex difference, using Aristotelian natural philosophy, while rejecting the Aristotelian qualification of woman as a “failed man”. The defence of woman is systematically founded on a rejection of any behaviour or condition thought to compromise the natural division of sexual roles (homosexuality, hermaphroditism). For woman, her place in the natural order also has its drawbacks. By defending the female condition as natural, theologians underscore at the same time that her submission to man in marriage is just as natural. The idea of natural order justifies the inequality of woman in medieval society on an ideological level.
La Genèse propose un double récit de la création. Selon Gen 1:27, Dieu, au sixième jour, « créa l'homme à son image... mâle et femelle Il les créa », alors que Gen 2:21-22 narre la création de la femme à partir d'une côte de l'homme. L'écart entre ces deux récits a nourri les débats médiévaux sur la création de la femme et la signification et nécessité de la différence sexuelle. L'exégèse médiévale construit son originalité par un dialogue avec la science de l'époque mais aussi par son rejet des traditions juives ou grecques sur l'origine de la première femme. Les théologiens médiévaux rejettent la légende de Lilith (que Dieu aurait créée avant Eve) comme une fable frivole des juifs, de même que l'idée de la création d'un androgyne double que Dieu aurait ensuite coupé en deux. En même temps, dans la ligne d'Augustin, ils plaident pour la nécessité de la différence sexuelle avant la Chute, à l'opposé de certains Pères grecs qui voient la sexualité comme le résultat du péché. Au XIIIe siècle, certains théologiens renouvellent, à l'aide de la philosophie naturelle aristotélicienne, la justification de la différence sexuelle, tout en rejetant la qualification aristotélicienne de la femme comme « homme manqué ». La défense de la condition féminine passe systématiquement par un rejet de tout comportement ou condition censé compromettre la division naturelle des rôles sexuels (homosexualité, hermaphrodisme). Pour la femme, son ancrage dans l'ordre naturel est finalement à double tranchant. En défendant la condition féminine comme naturelle, les théologiens affirment dans un même souffle que sa sujétion à l'homme dans le mariage l'est tout autant. L'idée de l'ordre naturel inscrit donc dans l'ordre idéologique l'inégalité de la femme dans la société médiévale.
Fichier non déposé

Dates et versions

halshs-00175515 , version 1 (28-09-2007)

Identifiants

  • HAL Id : halshs-00175515 , version 1

Citer

Maaike van Der Lugt. Pourquoi Dieu a-t-il créé la femme ? Différence sexuelle et théologie médiévale. « Pourquoi Dieu a-t-il créé la femme ? Différence sexuelle et théologie médiévale », 1999, France. pp.89-113. ⟨halshs-00175515⟩
8524 Consultations
0 Téléchargements

Partager

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More