Ethnicité et délinquance des jeunes en France - HAL-SHS - Sciences de l'Homme et de la Société Access content directly
Journal Articles Revue internationale de criminologie et de police technique et scientifique Year : 2004

Ethnicité et délinquance des jeunes en France

Abstract

As the political debate is focused on street crime and the contribution of young people with foreign origins, France lacks the basic data to discuss this question. A representative self reported delinquency survey conducted in 1999 among 13-19 years old (from 30 municipalities belonging to 2 large metropolitan areas) has been caried out. It displays that 68% of minor crimes are committed by young people with one or two parents born in France and 32% by those with 2 parents born out of France. The figures become respectively 54 and 46% for serious acts of delinquency (with 30% for the young people with Northern African origins). The young people with foreign origins are not suffering racial profiling if the number of crime is taken into account. The factors that predict "over delinquency" are : socioeconomic status, school failure, parental monitoring and a negative perception of the police. The number of sibling is not at stake, but the number of peers in contact with the police is a significative factor.
Il y a un besoin de connaître la délinquance des jeunes d'origine étrangère en France car le débat politique ne peut se priver des chiffres et notions indispensables. Une enquête de délinquance auto-déclarée menée en 1999 chez les 13-19 ans à partir des établissements scolaires de 30 communes de 2 grandes agglomérations françaises vérifie que : 68 % des délits peu graves sont commis par des adolescents dont un parent ou les deux sont nés en France ; 32 % des actes peu graves sont commis par des personnes dont les deux parents sont nés hors de France. Pour les actes graves, les adolescents dont un ou deux parents sont nés en France ne commettent plus que 54% de ces délits, et les jeunes dont les deux parents sont nés hors de France pèsent 46 % du total, et les adolescents d'origine maghrébine 30%. Les jeunes d'origine étrangère ne sont pas l'objet d'un contrôle policier plus fort dès lors qu'on contrôle le nombre de délits commis. Les facteurs de la surdélinquance des jeunes d'origine étrangère sont liés aux origines socio-économiques, aux difficultés scolaires, à la supervision des parents et à une perception négative de l'autorité policière. La taille de la fratrie n'est pas en cause, mais le nombre de pairs ayant eu affaire à la police joue un rôle significatif.

Keywords

No file

Dates and versions

halshs-00290267 , version 1 (25-06-2008)

Identifiers

  • HAL Id : halshs-00290267 , version 1

Cite

Sebastian Roché. Ethnicité et délinquance des jeunes en France : Une question politique à la lumière des résultats d'un enquêt auto-déclarée (Ethnicity and delinquency in France : a political issue discussed after the results of self reported delinquency survey). Revue internationale de criminologie et de police technique et scientifique, 2004, pp.3-28. ⟨halshs-00290267⟩
979 View
0 Download

Share

Gmail Mastodon Facebook X LinkedIn More