Le phrasé vocal comme élucidation sémantique chez Léo Ferré - Archive ouverte HAL Accéder directement au contenu
Communication Dans Un Congrès Année :

Le phrasé vocal comme élucidation sémantique chez Léo Ferré

(1, 2)
1
2

Résumé

À l'écoute des artistes emblématiques de la chanson française, il apparaît qu'un pan important de leur création ne relève ni exclusivement de la valeur des textes, ni de la richesse des mélodies, mais de la performance vocale. Comment étudier ces caractères interprétatifs, qui jouent un rôle sémiologique essentiel, sans sombrer dans le subjectif ou la prédication métaphorique que dénonce Barthes dans Le Grain de la voix? L'étude du phrasé vocal, à la croisée entre musicologie et rhétorique, permet d'aborder ce genre musico-littéraire sans exclusive et en respectant la complexité combinatoire texte - musique - interprétation, qui fait de la chanson une oeuvre bien éloignée de la simplicité réductrice dans laquelle on la cantonne encore parfois. Toutefois, la chanson s'offre, dans l'immédiateté de la performance, à un public très diversifié, et doit à ce titre porter un sémantisme directement perceptible: le rôle du phrasé en tant que "médiateur" est alors irremplaçable. L'étymologie du mot (phrazeîn en grec signifie "expliquer, rendre évident, faire comprendre") explicite bien cette fonction essentielle de révélateur du sens. De plus, davantage que dans toute autre musique vocale, la chanson exploite la superposition ou l'alternance de deux phrasés complémentaires: celui de la musique et celui de la langue. Rien d'étonnant dans cette perspective que Léo Ferré, l'un des auteurs compositeurs les plus "littéraires" de la chanson française (ses textes ne s'interdisant aucune complexité métaphorique ni argumentative, intégrant même le surréalisme et l'hermétisme), soit aussi l'un des interprètes au phrasé le plus singulier et le plus élaboré. Analysé dans une approche pluridisciplinaire incluant les apports de l'analyse spectrale, le phrasé ferréen, en multipliant les modalités d'énonciation (du chanté au parlé en passant par le déclamé, le crié, etc.), dévoile une esthétique du mouvement et un refus du définitif et du figé. Cette évolution constante, aussi bien dans les microstructures que dans les macrostructures, permet à Ferré de pousser sa création aux confins du genre de la chanson et de développer une véritable rhétorique vocale au service de ses visées pragmatiques et de ses exigences esthétiques. Porteur à la fois du pathos et de l'ethos, ce phrasé, médiateur entre une oeuvre complexe qui échappe à l'endoctrinement médiatique et un public diversifié, autorise toutes les libertés poétiques et musicales. Sans lui, Ferré se serait sans doute condamné soit à la compromission, soit à l'incompréhension, à la rupture avec son public, et peut-être au silence.
Fichier non déposé

Dates et versions

halshs-00488418 , version 1 (01-06-2010)

Identifiants

  • HAL Id : halshs-00488418 , version 1

Citer

Céline Chabot-Canet. Le phrasé vocal comme élucidation sémantique chez Léo Ferré. Conférence CRILCQ-UQAM, Apr 2009, Québec, Canada. ⟨halshs-00488418⟩
171 Consultations
0 Téléchargements

Partager

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More