Théâtre et pouvoir avant l’institution : La Princesse d’Élide dans et après Les Plaisirs de l’île enchantée - HAL-SHS - Sciences de l'Homme et de la Société Access content directly
Journal Articles Revue d'Histoire du Théâtre Year : 2014

Theatre and power before the institution. La Princesse d’Élide during and after Les Plaisirs de l’île enchantée (1664)

Théâtre et pouvoir avant l’institution : La Princesse d’Élide dans et après Les Plaisirs de l’île enchantée

Abstract

By studying Molière’s Princesse d’Élide, this paper aims to address the question of the political use of theatre before the existence of the « institutional theatres ». The play was produced for the first time during Louis XIV’s court festival, Les Plaisirs de l’île enchantée. At that stage, the choice of theatre (rather than other forms of entertainment) was the result of a complex set of political, professional and aesthetical rivalries. It was this conflictual context that created the politi- cal value of theatre and its interest for the contemporary political powers. What became of this political use of theatre once the festival was over? By studying La Princesse d’Élide’s printed editions and a libertine rewriting of the play as a novel, this paper shows how the political value of theatre is re-enacted, appropri- ated, and even subverted.
Cet article étudie différents avatars de La Princesse d’Élide, comédie-ballet de Molière créée dans une fête de cour (Les Plaisirs de l’île enchantée, 1664), reprise à la ville, imprimée dans la relation des fêtes, de manière autonome ou au sein des œuvres de Molière, et citée dans un roman (Histoire du Palais Royal, 1666), pour observer la construction d’un usage politique du théâtre. Cet usage n’est pas une évidence : l’entrée de la comédie-ballet dans la fête de cour se fait au détriment d’autres genres (le ballet) et dans un contexte de rivalités à la fois politiques, professionnelles et esthétiques. C’est ce contexte conflictuel qui construit la valeur politique du théâtre. Cependant, une fois appropriés par le pouvoir dans le cadre du processus d’institution, la pièce, la troupe de Molière et le genre de la comédie-ballet voient leur valeur politique survivre à la fête et à son contexte spécifique. Cette valeur peut être réinvestie dans l’imprimé ou détournée et subvertie dans la réécriture. La différence générique est ici significative. La diffusion différée de l’imprimé crée un espace pour d’autres actions, différentes, voire divergentes de celle du pouvoir.
Fichier principal
Vignette du fichier
MR-RHT-2014-1.pdf (692.7 Ko) Télécharger le fichier
Origin Explicit agreement for this submission
Loading...

Dates and versions

halshs-01287027 , version 1 (11-03-2016)

Identifiers

  • HAL Id : halshs-01287027 , version 1

Cite

Marine Roussillon. Théâtre et pouvoir avant l’institution : La Princesse d’Élide dans et après Les Plaisirs de l’île enchantée. Revue d'Histoire du Théâtre, 2014, Les Théâtres institutionnels (1660-1848). Querelles, enjeux de pouvoir et production de valeurs, 261, pp.15-24. ⟨halshs-01287027⟩

Collections

EHESS ANR
225 View
531 Download

Share

Gmail Mastodon Facebook X LinkedIn More