La Nature dans les écrits de Fontenelle pour l’Académie des sciences - Archive ouverte HAL Access content directly
Journal Articles Dix-Huitième Siècle Year : 2013

La Nature dans les écrits de Fontenelle pour l’Académie des sciences

(1, 2)
1
2

Abstract

POUR L'ACADEMIE DES SCIENCES. Lorsqu'on s'interroge sur la place et la signification que l'idée de nature peut avoir dans l'oeuvre de Fontenelle, la métaphore par laquelle le philosophe des Entretiens sur la pluralité des mondes explique à la marquise sa conception mécaniste de l'univers semble s'imposer comme une évidence : « […] je me figure toujours que la Nature est un grand spectacle qui ressemble à celui de l'opéra », affirmait le philosophe avant de développer une cosmologie mécaniste où tout dans l'univers s'explique par le jeux de poulies, de cordes et de contrepoids 1. Ce passage paradigmatique de la démarche déployée par Fontenelle dans les célèbres Entretiens aura largement contribué à asseoir la réputation de l'auteur en tant que divulgateur des savoirs scientifiques et grand défenseur de la physique cartésienne, y compris à une époque où la pensée de Newton a réussi à s'imposer en France au sein même des cercles savants 2. Et il est vrai que Fontenelle est sans doute l'un de ceux qui aura le plus contribué, à la charnière des XVII e et XVIII e siècles, à inscrire les savoirs scientifiques dans l'espace publique 3. Son travail en tant que secrétaire de l'Académie royale des sciences renouvelée 4 , et responsable à ce titre de la rédaction des volumes annuels de l'Histoire de l'académie des sciences 5 , lui offre les moyens de diffuser les activités des membres de la savante compagnie 1 Fontenelle, Entretiens sur la pluralité des mondes (1686). Éd. critique par Christophe Martin, Paris, Flammarion, 1998, « Premier soir », p. 62. 2 On peut observer à ce propos que les Entretiens sur la pluralité des mondes paraissent un an avant les Principia de Newton (1687). La publication tardive du Traité des tourbillons (1752) a longtemps servi à expliquer le « cartésianisme » de Fontenelle, mais la véritable nature de cet engagement est actuellement reconsidérée. Voir F. Pépin, « Être cartésien pour un historien de la pensée : Fontenelle, les cartésiens et la philosophie cartésienne », dans Delphine Kolesnik (dir.), Qu'est-ce qu'être cartésien ?, vol. II, « Réceptions et transformations : trois siècles de cartésianismes », Lyon, ENS Éditions, à paraître en 2012. 3 Nous préférons parler ici de diffusion des savoirs dans l'espace publique, et non pas de « vulgarisation », ce qui suppose que les savoir seraient déjà organisés en tant que tels, autour d'un langage qui leur serait propre, d'un système méthodologique, bénéficiant même d'une formation professionnelle spécifique, que le savant devrait « traduire » dans le langage du « vulgaire » incapable de comprendre autrement les textes scientifiques. Cette démarche ne définit pas vraiment le travail du secrétaire de l'Académie des sciences en particulier pour ce qui est des sciences de la nature et du vivant et en général des sciences « non mathématiques ». 4
Fichier principal
Vignette du fichier
article-nature-seguin.pdf (308.31 Ko) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)
Loading...

Dates and versions

halshs-02329040 , version 1 (23-10-2019)

Identifiers

  • HAL Id : halshs-02329040 , version 1

Cite

Maria-Susana Seguin. La Nature dans les écrits de Fontenelle pour l’Académie des sciences. Dix-Huitième Siècle, 2013. ⟨halshs-02329040⟩
23 View
120 Download

Share

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More