Une ontologie du commandement ? Réflexions sur l’idée d’existence, l’impératif et l’objet du Veda - Archive ouverte HAL Access content directly
Journal Articles ThéoRèmes : Enjeux des approches empiriques des religions Year : 2017

Une ontologie du commandement ? Réflexions sur l’idée d’existence, l’impératif et l’objet du Veda

(1)
1
Hugo David

Abstract

This article deals with the contribution of thinkers of the school of Vedic exegesis (in Sanskrit: Mīmāṃsā) to the history of Indian ontology in the first millennium. At the same time, it is aiming at a better understanding of the meaning of “philosophy” for these intellectuals, who were mainly preoccupied with the interpretation of the ritual implications of a text – the Veda – that was considered eternal and infallible. Our point of departure is the opposition of two views on the nature of Being (sattā), both appearing for the first time in works of Mīmāṃsā at the turn of the 7th and 8th centuries: Being as “presence” and Being as “that which is known.” After giving a brief outline of these two positions (Section 1), we try to juxtapose them with two exegetical (or meta-exegetical) problems that were faced by the same authors in the same period, namely that of the “incommensurability” of the object of the Veda with worldly objects (Section 2) and that of the nature of injunction (vidhi or niyoga), which is at the heart of what they consider an essentially normative text (Section 3). Our main hypothesis is that this double matrix (hermeneutic and linguistic) encouraged some thinkers to elaborate a highly controversial “ontology of injunction,” and thereby paved the way for the irruption of ritual exegetes into the metaphysical domain, which had hitherto been the preserve of “natural” philosophers.
On s’intéresse dans cet article à la contribution d’auteurs issus de l’exégèse scripturaire brahmanique (en sanskrit : Mīmāṃsā) à l’histoire de l’ontologie dans l’Inde du premier millénaire. Ce faisant, on cherche à mieux comprendre ce que signifie « philosopher » pour ces intellectuels voués à l’interprétation, dans une perspective ritualiste, d’un texte jugé comme éternel et infaillible. Le point de départ de l’enquête est l’opposition entre deux conceptions rivales de l’être (sattā), apparues simultanément au tournant des viie et viiie siècles au sein de cette école : l’être compris comme présence, l’être envisagé comme propriété de l’objet d’une connaissance valide. Après avoir brièvement caractérisé ces deux thèses (Section 1), on s’efforce de les situer au croisement de deux problématiques qui concernent le statut du Texte Sacré, à savoir la compréhension du caractère « hors normes » de l’objet du Veda (Section 2) et l’interprétation du phénomène linguistique du commandement (vidhi ou niyoga), central s’agissant d’un texte considéré comme essentiellement normatif (Section 3). L’hypothèse ici défendue est que cette double matrice, herméneutique et linguistique, occasionne l’élaboration controversée d’une « ontologie du commandement » et justifie de ce fait l’irruption des exégètes dans un domaine métaphysique réservé jusqu’alors aux tenant des philosophies « naturelles ».
Fichier principal
Vignette du fichier
Article ThéoRèmes.pdf (346.9 Ko) Télécharger le fichier
Origin : Publisher files allowed on an open archive
Loading...

Dates and versions

halshs-02417334 , version 1 (18-12-2019)

Identifiers

Cite

Hugo David. Une ontologie du commandement ? Réflexions sur l’idée d’existence, l’impératif et l’objet du Veda. ThéoRèmes : Enjeux des approches empiriques des religions, 2017, 11, ⟨10.4000/theoremes.1216⟩. ⟨halshs-02417334⟩

Collections

EFEO
23 View
46 Download

Altmetric

Share

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More