Des noms et des représentations - Archive ouverte HAL Access content directly
Journal Articles Les cahiers Internationaux de Psychologie Sociale Year : 2002

Des noms et des représentations

(1)
1

Abstract

The creation of the independent state of the Republic of Macedonia in 1991 provoked strong reactions from the neighbouring state of Greece, which refused to recognise this new state claiming that its name and national symbols belong exclusively to its own hellenic cultural heritage. From the collective hysteria of the early 1990's to the mass-mediated forgetting of more recent years, the “macedonian question” has left visible traces in the collective memory and social representations of Greek national identity. In this article, the central concern is with the capital importance of names in relation to their symbolic, identificatory, and threatening contents for national groups. The collective sentiment of a contested identity, represented by the sharing of a common name, is obvious in the Greeks' effort to refuse to recognise a national name, “Macedonia”, too charged from an historical point of view, and their persistence in using a different one, “Skopje”. In this way, any semantic, phonetic, historical and identificatory resemblance between the two regions, states and people is eliminated. Behind proper names there are hidden significations, specific language uses and social representations. We will examine the contribution of the work of sociolinguists and philosophers of mind related to the social dimension of naming, and we will draw on empirical research to illustrate the capital role of naming in the elaboration of a common reality and to suggest a better understanding of the complex nature of intergroup relations in social psychology.
L'indépendance de la République de Macédoine en 1991 a provoqué des réactions vives de la part d'un pays voisin, la Grèce, qui a refusé de reconnaître ce nouvel état en prétendant que son nom et ses symboles nationaux appartiennent exclusivement à l'héritage de la culture hellénique. De l'hystérie collective du début des années 90, jusqu'à son oubli médiatique des ces dernières années, “l'affaire macédonienne” a laissée des traces visibles sur la mémoire collective et les représentations de l'identité nationale grecque. Dans le cadre de cet article, nous nous focalisons sur l'importance capitale des noms dans ce qu'ils véhiculent de symbolique, d'identitaire et de menaçant pour les groupes nationaux. Le sentiment collectif d'une mise en cause identitaire représentée par le partage d'un même nom est mis en lumière de manière flagrante dans l'effort des Grecs de refuser de reconnaître une dénomination nationale trop chargée historiquement, celle de “Macédoine”, et de persister à en utiliser une autre, celle de “Skopje”. Ainsi, toute ressemblance sémantique, phonétique, historique et identitaire entre les deux régions, pays, peuples est éliminée. Derrière les noms propres se cachent des significations, des usages spécifiques dans le langage, et des représentations sociales. Nous examinerons l'apport des travaux des sociolinguistes et des philosophes de l'esprit autour de la dimension sociale de la dénomination et nous illustrerons à l'aide de résultats empiriques son rôle capital dans l'élaboration d'une réalité commune, afin de voir comment on peut mieux appréhender en psychologie sociale la nature complexe des relations intergroupes.
Fichier principal
Vignette du fichier
2002_CIPS_Noms_RS.pdf (280.01 Ko) Télécharger le fichier
Origin : Publisher files allowed on an open archive
Loading...

Dates and versions

halshs-00116252 , version 1 (24-11-2006)

Identifiers

  • HAL Id : halshs-00116252 , version 1

Cite

Nikos Kalampalikis. Des noms et des représentations. Les cahiers Internationaux de Psychologie Sociale, 2002, 53, pp.20-31. ⟨halshs-00116252⟩
300 View
452 Download

Share

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More