Ambiances sonores du Caire : Proposer une anthropologie des environnements sonores - Archive ouverte HAL Access content directly
Journal Articles Les Cahiers du GERHICO Year : 2009

Ambiances sonores du Caire : Proposer une anthropologie des environnements sonores

(1)
1
Vincent Battesti

Abstract

This contribution proposes to grant an interest in this intangible material: the sound of a place. This {sonorité} are not only produced as a side effect of the activities within the place (passive definition), but can also be a collective and voluntary construction (active definition), and an essential component of valuation of an area by its users.

In Cairo and its "coating of sound", the {Wast al-Balad}, nineteenth century downtown, has assigned a specific identity in the urban fabric of the megalopolis by the city-dwellers. Addressed in ecological terms, the city is a set of specialized territories (organised in a system) and this downtown has its central functions: today, more than a residential or even power district, it is "the old quarter of bourgeoisie" and this is the reason why it is so heavily invested by middle class and popular walkers.
The ambiance is not far from being only and simply an anecdotal and noisy background, the ambiance is precisely the quality first invoked by citizens to explain their wandering here and not there, to justify their valuation of the places. The ambiances, which their sound component is essential in Cairo, are an objectified part of the "beauty" of an urban space. Whether this space is structured according to the plants (parks) or to the mineral (downtown), what matters is the "soul" of places, which arises with the co-presence of other humans, sound producers.
In Cairo outings, the ambiance does "work" if the density is as high as in its own neighbourhood of popular origin. True paradox, these quasi-rustic urban ambiances (people have picnic on benches, on roundabouts) are created within and without cutting oneself off from an environment saturated with people, smells, urban pollution and... sounds. In fact, our walkers come here to appreciate the urban environment, taking part in the show that the city generates in watching itself, in listening itself should I say. The soundscape of downtown has then its own signature. This signature is analysable, can be split up (inventory of different sounds), but its is the global rendering that is meaningful (see audio recordings).

The main principle that rules the popular policy about the sound is the principle of saturation like popular marriages and popular festivals (like mûled) where electro-amplified music (electroacoustic effects avoided elsewhere in Egypt) voluntarily filled totally the air. There are moments of exceptional celebrations, and there are more daily moments, where the sound saturation is lower, but an identifiable signature by equally everyone. How can we describe these sound spaces, how to analyze them, what can be said about their production and about the standards that govern them? And, if the sound ambiances can be described as the décor of the moment, which acting do they then allow?
Cet article fait suite à la conférence "Ambiances sonores du Caire: L'espace public du Wast el-balad (centre-ville)" donnée lors du colloque "Études pluridisciplinaires sur la sonorité : usages, symboles, perceptions et normes" en décembre 2007 à Poitiers, Maison des Sciences de l'Homme et et de la Société.

Cette contribution propose d'accorder un intérêt à cette matière intangible qu'est la sonorité d'un lieu qui, non seulement, découle des activités menées en son sein (définition passive), mais peut être également une construction collective volontaire (définition active), et composante essentielle d'appréciation d'un espace par ses usagers.

Au sein du Caire et de sa " gangue sonore ", le wast el-balad, le centre-ville XIXe siècle, possède dans le tissu urbain de la mégapole une identité spécifique attribuée par les citadins. Abordée en termes écologiques, la ville est un ensemble de territoires spécialisés faisant système et ce quartier central a alors ses propres fonctions : aujourd'hui, plus qu'un quartier de résidences ou même de pouvoir, il est " l'ancien quartier de la bourgeoisie ", et c'est à ce titre qu'il est massivement investi par les promeneurs des classes moyennes et populaires.

Loin de ne tenir pourtant que de l'anecdotique ou d'un simple arrière-plan sonore, l'ambiance est précisément la qualité première invoquée par les citadins pour expliquer leur déambulation ici et non pas là, justifier leur appréciation des lieux. L'ambiance, dont la composante sonore est essentielle au Caire, est une part objectivée de la " beauté " d'un espace urbain. Que cet espace soit structuré en fonction du végétal (jardins publics) ou minéral (centre-ville), ce qui importe est " l'âme " des lieux, qui ne se manifeste que par la coprésence d'autres humains, émetteurs sonores.

Dans Le Caire des sorties, l'ambiance ne " fonctionne " que si la densité est aussi élevée que dans son quartier d'origine populaire. Vrai paradoxe, ces ambiances urbaines quasi-agrestes (on pique-nique sur les bancs, sur des ronds-points) se créent au sein même et sans se soustraire et s'abstraire d'un environnement saturé de gens, d'odeurs, de pollutions urbaines... et de sons. En fait, nos promeneurs viennent ici apprécier l'ambiance urbaine, prendre part au spectacle que la ville engendre en se regardant elle-même, en s'entendant elle-même aussi dira-t-on. Le paysage sonore du centre-ville a alors sa propre signature. Cette signature est analysable, décomposable (inventaire des différents bruits), mais c'est le rendu d'ensemble (voir les enregistrements audio) qui prend sens.

Le principe qui semble le mieux régir la politique populaire de la sonorité est celui de la saturation à l'instar des fêtes de mariages populaires et des mouleds où les musiques électroamplifiées (aux effets électroacoustiques évités ailleurs qu'en Égypte) emplissent volontairement les airs, sans partage. Aux moments exceptionnels de fêtes, bien entendu, répondent des moments plus quotidiens, où la saturation sonore est moindre mais la signature toute aussi évidente à chacun. Comment qualifier ces espaces sonores, comment les analyser, que peut-on dire de leur production et des normes qui les régissent ? et, si les ambiances sonores peuvent être décrits comme des décors de l'instant, quels jeux d'acteurs permettent-ils alors ?
Fichier principal
Vignette du fichier
Battesti-Ambiances_sonores_du_Caire-halshs-00341934_3.pdf (1.29 Mo) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)

Dates and versions

halshs-00341934 , version 1 (26-11-2008)
halshs-00341934 , version 2 (08-02-2009)
halshs-00341934 , version 3 (25-09-2009)

Identifiers

  • HAL Id : halshs-00341934 , version 3

Cite

Vincent Battesti. Ambiances sonores du Caire : Proposer une anthropologie des environnements sonores. Les Cahiers du GERHICO, 2009, 2009 (13, Accords et à cris, Études pluridisciplinaires sur la sonorité (Journée d'études, Poitiers, déc.), pp.35-49. ⟨halshs-00341934v3⟩
748 View
4014 Download

Share

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More