ADAPTALITT - HAL-SHS - Sciences de l'Homme et de la Société Access content directly
Reports (Research Report) Year : 2012

ADAPTALITT

Anne Tricot
Jacques Lolive
Thierry Bontems
Ferenc Fodor
  • Function : Author
  • PersonId : 1153210
  • IdRef : 155006045

Abstract

Objectives : analyze the people relations with their " milieux " under the perspective of the vulnerability and the adaptation of coastal communities potentially exposed to the impacts of climate change. The research articulates in two modules dedicated to the analysis of the vulnerability : the hazard and the perception of the risks. Interdisciplinary, it requires a redistribution of collaborations between disciplines : social sciences and human naturalists. The architecture of the project is a methodological experiment. It will ultimately contribute to the reflexion and the information of adaptation and risk management public policies.
Erosions, tempêtes, submersions contribuent au façonnement des espaces côtiers. Dérangeants, menaçants, angoissants quelquefois, ces phénomènes n'étaient pas forcément perçus jusqu'ici comme une mise en péril de la possibilité de continuer à vivre sur ces espaces. Des traces laissées dans l'espace représentent, dans un horizon de sens ordinaire, l'empreinte laissée par la mer, la houle, les marées. Dans quelles mesures ces dernières sont-elles désormais perçues comme l'empreinte des changements climatiques ? Quel horizon de sens dessinent-elles désormais ? La recherche ADAPTALITT, " Capacités d'adaptation des sociétés littorales aux phénomènes d'érosion - submersion des côtes en prise avec les changements climatiques " vise à analyser les relations des habitants à leurs milieux sous l'angle de la vulnérabilité et des modalités d'actions (voire d'adaptation) face ou avec le risque dans un contexte de changements climatiques. Une des originalités de notre recherche est d'intégrer la sensibilité habitante de cette relation : une dimension généralement non prise en compte dans les politiques d'adaptation. Pluridisciplinaire, l'équipe réunit à la fois des chercheurs en géographie, géomorphologie, sociologie, linguistique et science politique. Elle nécessite la mise en place d'un langage ou référentiel commun et de lier approches naturalistes et approches sociales. Les objectifs : Rendre compte de modalités de perceptions et d'actions de populations déjà en prise avec des phénomènes dont l'origine est en partie climatique (érosion et submersion) ; Proposer une expérimentation méthodologique propre à soutenir les recherches interdisciplinaires ; Contribuer à alimenter et éclairer les politiques d'adaptation et de gestion des risques. Le choix des sites s'est porté sur deux communes côtières bretonnes exposées aux risques d'érosion - submersion, Guissény et Gâvres, comparables selon les critères suivants : Des sites cumulant de forts enjeux en termes de dommages potentiels et une tendance à l'érosion - submersion (cordons dunaires étroits, falaises meubles, zones basses etc.) Des sites qui ont subi des dommages récemment mais aussi de manière récurrente dans le temps. Des caractéristiques socio-démographiques variées (ruraux, urbains, habitants en résidence secondaire ou principale...) L'existence de procédures de prévention contre les risques (PPR) La présence de controverses La recherche comporte deux modules complémentaires : Le MODULE 1 étudie les aléas érosion - submersion. Il est composé de chercheurs et ingénieurs du laboratoire GEOMER (UMR 6554) de Brest : les géographes et les géomorphologues Catherine MEUR FEREC, Alain HENAFF, Yannick LAGEAT, Iwan LE BERRE, Véronique CUQ, Laurence DAVID auxquels est associé Hervé FLANQUART (sociologue) de l'Institut de Mers du Nord à Dunkerque. Le MODULE 2 étudie les modalités de perceptions situées des phénomènes/risques d'érosion - submersion dans un contexte de changement climatique. Il est composé de chercheurs du laboratoire CERSES (UMR 8137) de Paris Descartes, deux linguistes : Ferenc FODOR et Valérie BRUNETIERE. De chercheurs et ingénieurs de PACTE (UMR 5194) de Grenoble : Anne TRICOT (géographe), Jacques LOLIVE, Guillaume GOURGUES (politistes) et Thierry BONTEMS (ingénieur systèmes). De chercheurs du laboratoire CRESSON (UMR 1563) de Grenoble : Jean-Paul THIBAUD, Rachel THOMAS, Martine LEROUX, Magali PARIS (sociologues), Nicolas TIXIER (architecte). D'un chercheur du laboratoire GSPM (EHESS) Paris, Marc Breviglieri, sociologue, qui joue le rôle de discutant en replaçant et élargissant la perspective de la recherche sur le sentiment d'habiter, du trouble et du concernement . Ce rapport intermédiaire présente l'état d'avancement de la recherche à douze mois. Plan : Chapitre 1 : Dimensions méthodologiques de la recherche Chapitre 2 : Analyses des sites Chapitre 3 : Analyses sémiologiques Chapitre 4 : Pistes de réflexions théoriques Chapitre 5 : Pistes de réflexions d'aménagement Conclusions et perspectives pour l'année 2
Fichier principal
Vignette du fichier
ADAPTALITT_RAPPORTFINAL2012_INTRODUCTION_CHAPITRESOUVRAGE.pdf (1.44 Mo) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)

Dates and versions

halshs-00566433 , version 1 (16-02-2011)
halshs-00566433 , version 2 (25-03-2013)

Identifiers

  • HAL Id : halshs-00566433 , version 2

Cite

Anne Tricot, Jacques Lolive, Guillaume Gourgues, Thierry Bontems, Catherine Meur-Ferec, et al.. ADAPTALITT : Capacités d'adaptation des sociétés littorales aux phénomènes d'érosion-submersion en prise avec les changements climatiques. [Rapport de recherche] Pacte, Laboratoire de sciences sociales - Grenoble (France); Geomer; Cresson; CERSES; GSPM. 2012. ⟨halshs-00566433v2⟩
1893 View
843 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More