Juristes en coopération. Magistrats et professeurs de droit en Algérie (1962-début des années 1980) - Archive ouverte HAL Access content directly
Journal Articles Outre-Mers Revue d'Histoire Year : 2014

Juristes en coopération. Magistrats et professeurs de droit en Algérie (1962-début des années 1980)

(1) , (1)
1

Abstract

The independences, which ended in theory in the sovereignty of the young nations, did not dedicate the end of the link between ex-colonized and colonizing countries. This link was transformed into “cooperation” i.e. into a material and human help in the technical and cultural domains framed by bilateral agreements. Even in Algeria where the independence resulted from a war of almost eight years, the cooperation was organized and allowed a real continuity of the functioning of public service. This period of transition, extremely attractive, has not aroused keen interest in the historiography. The studies on the jurists are rare while these men represent one of the main actors of the State machinery. Professors and magistrates in particular are important because they “think”, transmit, contribute to the elaboration of the Law and sometimes to its application. These two professional categories do not however appear in a homogeneous way in Algeria, in particular as for their motivations to stay or to come in cooperation. Beyond their similarities or beyond their differences, their presence, their ambitions and their action put into question the notions of commitment and ideology, of intellectual and linguistic exile, the nature of transfers, reappropriation and “feedback” operated in the legal, methodological fields and in the professional practices in Algeria, but also in France.
Les indépendances n'ont pas mis un terme à la présence de la France dans ses anciennes colonies, qui s'est maintenue sous la forme de la coopération. Cette coopération, définie comme une aide technique et culturelle entre deux pays théoriquement souverains, s'exprime notamment par la mise à disposition de capital humain de la part de la France. Il semble qu'il ait existé deux grandes étapes fondamentales dans la mise en place de cette coopération : la première s'appuie sur la négociation d'accords de coopération aux lendemains des indépendances et la seconde sur leur renégociation dans les années 1970. Ces renégociations se sont traduites par une « normalisation juridique » externe et interne de la situation marquant une affirmation plus claire de la souveraineté des jeunes nations indépendantes 1. En effet, sur le plan externe, cette « nouvelle » coopération est régie par des normes préétablies proches de celles qui s'appliquent en matière de coopération internationale. Elle s'accompagne, sur le plan interne, de l'adoption d'un « statut de droit commun des coopérants français à l'étranger » 2. La coopération pose de multiples questions. Le maintien de la présence de l'ancien colonisateur – sous une autre forme – dans des États indépendants est appréhendé globalement de trois manières par l'historiographie. Certaines études se focalisent sur la problématique de la souveraineté, des intérêts et des enjeux politiques nationaux et internationaux. D'autres préfèrent le traiter comme un problème épistémologique et philosophique, celui de la réalité de la décolonisation, en particulier dans les domaines des sciences et des savoirs. Enfin, le thème suscite une réflexion sur ceux qui lui donnent vie sur le terrain, c'est-à-dire les hommes et les femmes qui y participent. Cette dernière approche est ici privilégiée car elle permet 1 Jean Touscoz, « La " normalisation " de la coopération bilatérale de la France avec les pays africains " francophones " (aspects juridiques) », Études internationales, vol. 5, n° 2, 1974, p. 208. 2 Ibid., p. 219.
Fichier principal
Vignette du fichier
ARTICLECOOPERATIONHAL.pdf (279.78 Ko) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)
Loading...

Dates and versions

halshs-01500201 , version 1 (06-04-2017)

Identifiers

  • HAL Id : halshs-01500201 , version 1

Cite

Florence Renucci, Toussaint Rethore. Juristes en coopération. Magistrats et professeurs de droit en Algérie (1962-début des années 1980). Outre-Mers Revue d'Histoire, 2014, Coopérants et coopération en Afrique : circulation d’acteurs et recomposition culturelles (des années 1950 à nos jours), 384-385, pp.187-210. ⟨halshs-01500201⟩

Collections

CNRS UNIV-LILLE
106 View
926 Download

Share

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More