Le haut-commissariat français et la nouvelle Allemagne (1949-1955) - Archive ouverte HAL Access content directly
Book Sections Year : 2017

Le haut-commissariat français et la nouvelle Allemagne (1949-1955)

(1)
1

Abstract

With the creation of the Federal Republic of Germany, on May 23rd, 1949, the military occupation by the governors of the allied powers ended. It was replaced by a civilian occupation, coordinated at the allied level by an Allied High Com-mission and managed, for each zone of occupation, by a high commissioner. For France, it was André François-Poncet, appointed in August 1949, who carried out this mission until the official end of the occupation and the re-establishment of the French Embassy in Germany in May 1955.This transitional period, by its statute, is unique in history. It was especially tricky for the French representatives who unceasingly had to negotiate compro-mises with the Germans and the allies while defending the very intransigent German policy of the French government. However, a first step was taken in July 1948 when Robert Schuman joined the Ministry of Foreign Affairs. He had, of course, prejudices against Germany, but as a long-time Europeanist, he also wanted to reach a compromise that would secure both the control of Germany and the European construction for peace. He chose François-Poncet because he was totally in the same perspective, and because he was particularly well ac-quainted with the German situation and Berlin, where he had been ambassador from 1931 to 1938.In addition to the presentation of the setting up of the French High Commis-sion and the complexity of its functioning, it is important to question the leeway that the High Commissioner and his main collaborator, Armand Bérard, enjoyed in relation to the Government and the Allied governments. Did their personality and their personal positioning influence the policies that were put into motion on the scene?In this period of transition, many in France still believed in a German dan-ger. This was no longer the case with François-Poncet, who feared the Soviet danger much more, and felt close to Konrad Adenauer, who shared the same concerns. This did not, however, prevent him from being very critical towards Adenauer and his government, who were constantly seeking new concessions, using the growing tension of the Cold War to try to manipulate the American ally in their favor. The High Commissioner and his deputy seemed to hesitate on the method better to be applied with the German Government. Nevertheless, dur-ing the six years of the High Allied Commission and the French High Commis-sion, both of them took this mission seriously and made it possible to achieve a certain degree of success in establishing fair and lasting Franco-German rela-tions. Despite their reciprocal criticism, André François-Poncet and Konrad Adenauer, in hindsight, looked back to this period to consider it in a very posi-tive way.
Avec la création de la République fédérale d’Allemagne, le 23 mai 1949, prend fin l’occupation militaire par les gouverneurs des puissances alliées. Elle est remplacée par une occupation civile, coordonnée au niveau allié par une Haute Commission alliée et gérée au niveau de chaque zone d’occupation par un haut-commissaire. Pour la France il s’agit d’André François-Poncet, nommé en août 1949, qui accompli sa mission jusqu’au bout, en mai 1955, avec la fin officielle de l’occupation et le rétablissement de l’ambassade de France en Allemagne.Cette période de transition, par son statut, est unique dans l’histoire. Elle est particulièrement délicate pour les représentants français, car ils doivent sans cesse négocier des compromis avec les Allemands et avec les alliés, tout en défendant une politique allemande très intransigeante du gouvernement français.Cependant, une première étape a été franchie en juillet 1948 lorsque Robert Schuman accède au ministère des Affaires étrangères. Il a bien sûr de la défiance contre l’Allemagne, mais comme européiste de longue date, il souhaite trouver un compromis qui permette à la fois le contrôle de l’Allemagne et la construction européenne pour la paix. Il choisit François-Poncet car il est totalement dans cette même perspective, et que de plus, il connaît particulièrement bien la situation allemande et Berlin, où il a été ambassadeur de 1931 à 1938.Outre la présentation de la mise en place du haut-commissariat français et de la complexité de son fonctionnement, il s’agit ici d’interroger les marges de manœuvre dont disposent le haut-commissaire et son principal collaborateur, Armand Bérard, par rapport au gouvernement français et aux gouvernements alliés. Leur personnalité et leur positionnement personnel ont-ils contribué à infléchir la politique pratiquée sur place ?Dans cette période de transition, beaucoup en France croit encore danger allemand. Ce n’est plus le cas de François-Poncet qui craint beaucoup plus le danger soviétique, ce en quoi il se sent proche de Konrad Adenauer qui partagent les mêmes inquiétudes. Ceci ne l’empêche pas pour autant d’être très critique envers Adenauer et son gouvernement qui cherchent sans cesse à obtenir de nouvelles concessions, utilisant la tension croissante de la guerre froide pour tenter de manipuler l’allié américain en leur faveur. Le haut-commissaire et son adjoint semblent sans cesse hésiter sur la méthode à appliquer avec le gouvernement allemand. Néanmoins, tous deux, au cours des six années de la haute commission alliée et du haut-commissariat français, ont véritablement pris à cœur cette mission et ont permis une certaine réussite dans la mise en place de bonnes relations franco-allemandes équitables et durables. Malgré les critiques réciproques, André François-Poncet et Konrad Adenauer évaluent très positivement cette période, avec le recul.
Fichier principal
Vignette du fichier
Berger_Haut-commissariat fr et nouvelle Allemagne_2017_VDef.pdf (283.31 Ko) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)
Loading...

Dates and versions

halshs-01598939 , version 1 (02-09-2020)

Identifiers

  • HAL Id : halshs-01598939 , version 1

Cite

Françoise Berger. Le haut-commissariat français et la nouvelle Allemagne (1949-1955). Marion Aballea; Matthieu Osmont. Une diplomatie au cœur de l’histoire européenne / Diplomatie im Herzen der europäischen GeschichteLa France en Allemagne depuis 1871 / Frankreich in Deutschland seit 1871, Franz Steiner Verlag, pp.75-98, 2017, 978-3-515-11865-1. ⟨halshs-01598939⟩

Collections

UGA CNRS PACTE
187 View
287 Download

Share

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More