La ville un désert pour les abeilles sauvages ? - Archive ouverte HAL Access content directly
Journal Articles Journal de Botanique Year : 2017

La ville un désert pour les abeilles sauvages ?

(1, 2) , (2) , (1)
1
2

Abstract

ABSTRACT: Urban ecosystems are expanding worldwide and are often considered as biological deserts. However, environmentally‑friendly management practices may promote the maintenance of urban communities. Such is the case for wild bees (super family Apoideae) with an increasing number of studies reporting relatively diverse bee assemblages in densely urbanized habitats. Here, we report some examples found in the bibliography of cities harbouring relatively diverse bee assemblages, although different methods were used to sample wild bees. We also provide new data concerning the wild bee fauna in the city of Paris (France). During a two‑year field campaign carried out in 7 locations in downtown Paris, we captured 360 individuals belonging to 51 species. This raises the bee species richness in Paris to 67 species. Although this assemblage only represents 6.9 %of the French bee fauna and shows characteristics of a depauperate community (low abundance of parasitic species, dominance of the Halictidae family), some of the Parisian localities sampled exhibit relatively important species richness. This diversity should be preserved given the global pollination crisis and the current context of increasing urbanization. However, emerging management practices in urban environments, such as massive introductions of domesticated honeybee colonies (more than 700 hives are currently established in downtown Paris) could negatively impact on these communities of urban pollinators.
RESUME : Les milieux urbains sont en expansion constante et sont parfois considérés comme des déserts de bio‑ diversité. Pourtant, une certaine biodiversité existe en ville et les pratiques de gestion émergentes dans les milieux urbains peuvent aider à son maintien. C'est notamment le cas pour les abeilles sauvages (super‑famille des Apoidés Apiformes) où des études de plus en plus nombreuses montrent qu'une biodiversité non négligeable d'abeilles peut être présente dans les centres urbains denses. Nous relayons ici les résultats de certains de ces articles qui, avec des méthodes et des intensités de piégeages différents, montrent tous que les villes peuvent héberger des assemblages relativement diversifiés d'abeilles sauvages. Nous apportons également de nouvelles données sur la faune d'abeilles de Paris intra‑muros. Lors d'une campagne de terrain de deux ans dans sept localités de Paris nous avons capturé 360 spécimens d'abeilles sauvages appartenant à 51 espèces différentes. Cette nouvelle campagne porte la richesse spécifique de Paris intramuros à 67 espèces. Bien que cet assemblage ne regroupe que 6.9 % des espèces de la faune Française et montre des caractéristiques d'une communauté affaiblie (faible abondance d'espèces cleptoparasites, sur‑dominance d'espèces de la famille des Halictidae), certaines des localités Parisiennes échantillonnées présentent une diversité d'espèces relativement élevée, qu'il est important de préserver afin de garantir la pérennité des com‑ munautés de pollinisateurs dans le contexte actuel de croissance des milieux urbains. Des pratiques de gestions émergentes au sein des villes comme l'implantation massive d'abeilles domestiques (près de 700 ruches dans Paris intramuros), pourraient néanmoins fragiliser ces communautés.
Fichier principal
Vignette du fichier
Ropars et al 2017.pdf (264.17 Ko) Télécharger le fichier
Origin : Explicit agreement for this submission
Loading...

Dates and versions

halshs-01686939 , version 1 (17-01-2018)

Identifiers

  • HAL Id : halshs-01686939 , version 1

Cite

Lise Ropars, Isabelle Dajoz, Benoit Geslin. La ville un désert pour les abeilles sauvages ?. Journal de Botanique, 2017, 79, pp.29 - 35. ⟨halshs-01686939⟩
1330 View
1038 Download

Share

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More