De l'endogénéité des hiérarchies dans les systèmes territoriaux complexes - Archive ouverte HAL Access content directly
Conference Papers Year : 2019

De l'endogénéité des hiérarchies dans les systèmes territoriaux complexes

(1, 2, 3)
1
2
3

Abstract

Le concept de hiérarchie émerge naturellement au sein de différentes théories et modèles des systèmes complexes. Cette contribution vise à illustrer dans quelle mesure une prise en compte de la complexité sociale ne peut en être dissociée. Nous développons dans un premier temps des approches théoriques de la complexité. La théorie des systèmes complexes adaptatifs de Holland (2012), considère l’imbrication des niches, dont les frontières filtrent les signaux entre celles-ci, comme des briques élémentaires de systèmes multi-niveaux par essence hiérarchiques. Cette approche s’applique par exemple autant aux systèmes écologiques qu’aux systèmes territoriaux. La théorie multiscalaire de l’information introduite par Allen et al. (2017) utilise la distribution de l’information entre les différents niveaux du système comme une méthode pour caractériser son niveau de complexité, et montre que les profils complexes sont justement ceux présentant une articulation entre les différentes échelles et une hiérarchie. D’autres approches moins formalisées insistent également sur le rôle de la hiérarchie, comme Morin (1980) qui montre la tension entre dépendance et indépendance d’un organisme à ses constituants, à l’ensemble des niveaux. Dans un second temps, nous donnons des illustrations sur un plan thématique par des théories de l’organisation spatiale des systèmes territoriaux. La théorie évolutive des villes (Pumain, 2018) nécessite d’une part l’intégration des multiples échelles des systèmes urbains (micro, meso, macro) pour expliquer les faits stylisés typiques connus sur les systèmes de villes, et d’autre part montre par l’application de modèles de simulation l’émergence de la hiérarchie à l’origine (Pumain and Reuillon, 2017) mais aussi lors de changements de régime comme l’apparition de nouveaux modes de transport (Raimbault, 2019). La théorie des lois d’échelle, appliquée aux systèmes urbains par Bettencourt et al. (2007), montre l’endogénéité des hiérarchies pour les activités bénéficiant du rôle d’incubateur social des villes. À la lumière de ces exemples, nous postulons que les hiérarchies, que ce soit au sens de l’imbrication de multiples niveaux ou échelles, ou de distributions statistiques à grande queue, sont endogènes aux systèmes territoriaux complexes. Il fait alors difficilement sens de proposer que le concept de hiérarchie serait entièrement exogène. En termes d’aide à la décision, et notamment en termes de structures sociales ou politiques, la remise en question complete de la hiérarchie associée aux propositions d’organisations purement horizontales, n’est ni basée sur des faits ni compatible avec les théories de la complexité, en opposition avec les besoins actuels de modèles multi-scalaires pour l’intelligence territoriale soutenable (Rozenblat and Pumain, 2018). Ainsi, des approches plus intégratives, larges dans la portée des systèmes considérés, et basées sur les faits, ne peuvent complètement déconstruire le concept de hiérarchie de par son endogénéité à la complexité.
Vignette du fichier
JIG2019_Raimbault_Slides_v1.pdf (13.45 Mo) Télécharger le fichier
Vignette du fichier
Raimbault_JIG2019.pdf (215.18 Ko) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)

Dates and versions

halshs-02089520 , version 1 (03-04-2019)

Identifiers

  • HAL Id : halshs-02089520 , version 1

Cite

Juste Raimbault. De l'endogénéité des hiérarchies dans les systèmes territoriaux complexes. Journée Des jeunes chercheurs de l'Institut de Géographie :Compter, classer, catégoriser, Apr 2019, Paris, France. ⟨halshs-02089520⟩
133 View
31 Download

Share

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More