Introduction générale : une réflexion sur la circulation - Archive ouverte HAL Access content directly
Book Sections Year : 2014

Introduction générale : une réflexion sur la circulation

(1)
1

Abstract

Voilà donc un ouvrage qui a réuni une équipe d'une trentaine de personnes qui, à des degrés divers, y ont apporté leur contribution. Il s'inscrit dans la lignée de recherches sur la mobilité qui croisent les apports de la démographie et de la géographie et est centré sur la notion de circulation autour de laquelle gravitent diverses expressions : navettes ou migrations pendulaires, mobilités ou migrations circulaires, migrations temporaires, circulation migratoire et territoires circulatoires. Si leurs définitions se recoupent parfois, leur usage varie selon les époques et les champs thématiques ou disciplinaires. Navettes et migrations pendulaires font référence à ce qu'est la circulation a minima, à savoir, un mouvement répétitif entre deux lieux. Néanmoins, lorsque les allers-retours sont réalisés dans une journée, y compris dans le cadre de la pendularité à longue distance, la circulation ne s'accompagne pas de multi-résidence, ce qui rend particuliers ces types de mouvements. A travers les territoires circulatoires (Tarrius, 1989), l'accent est mis sur les savoir-faire mobilisés dans la circulation internationale entre des lieux offrant des ressources complémentaires. Proche de la précédente dénomination, la circulation migratoire ne renvoie pas seulement à une circulation humaine, mais à toute forme d'échanges (financiers, matériels, idéels) engendrés dans un contexte de migration internationale entre un pays d'origine et un pays d'accueil (Doraï et alii, 1998). Cette notion rejoint celle de migration circulaire qu'aujourd'hui l'Union européenne entend promouvoir (EMN, 2010). Selon elle, la migration circulaire (circular migration) concerne deux catégories de populations : les élites migrantes qui travaillent en Europe et qui souhaitent développer une activité dans leur pays d'origine ; les résidents de pays tiers, là encore généralement rattachés à des élites, qui souhaitent venir pour un travail saisonnier, pour se former (comme des doctorants), pour des activités professionnelles dans les domaines de la culture, des sports ou de la recherche (EMN, 2010). Une distinction nette est établie avec la migration temporaire (temporary migration) qui est définie comme une « migration pour un motif et/ou un but spécifiques avec une intention de retour dans le pays d'origine ou de départ vers une autre destination » (EMN, 2010 : 7). Il s'agit là d'une vision idéologique et pour le moins réductrice de la circulation, comme le soulignent A. Morice et B. Michalon dans un article sur les saisonniers du secteur agricole (2008 : 16) : « associer dans un même paradigme, comme double nécessité, la « circulation » et le travail saisonnier des étrangers : voilà qui semble être une régression par rapport au temps où, en Italie, en France ou ailleurs, quand le journalier descendu de la montagne ne trouvait plus à se louer quelque part, il conservait néanmoins sa nationalité et le droit d'aller chercher du travail dans d'autres fermes ». La circulation a bien existé avant l'Union Européenne et celle-ci semble faire peu de cas de ceux qui circulent à l'intérieur de ses frontières ; même si cette institution ne se prive pas de mettre en avant la « libre circulation » comme étendard de son humanisme. À certains égards, la circulation était moins contrôlée par les pouvoirs régaliens hier qu'aujourd'hui, en raison moins d'une volonté politique de le faire que d'une absence de moyens coercitifs. Sur un registre plus académique, la distinction n'est pas aisée entre ce qui est désigné par migrations circulaires et par migrations temporaires. La recherche francophone sur la France emploie généralement le terme de migrations temporaires dont les migrations saisonnières sont une émanation (Châtelain, 1976) quand celle sur les Suds parlera plus volontiers de migrations circulaires (Dureau et Dupont, 1994). Pour la littérature anglophone sur la 1 Merci à Yann Scioldo-Zürcher pour ses nombreux conseils de lecture que sa générosité a souvent transformés en cadeaux. Je lui adresse aussi mes remerciements, ainsi qu'à Marie-Antoinette Hily pour leur lecture amicale et experte de cette introduction.
Fichier principal
Vignette du fichier
Imbert 2014 intro.pdf (364.21 Ko) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)

Dates and versions

halshs-02378861 , version 1 (25-11-2019)

Identifiers

  • HAL Id : halshs-02378861 , version 1

Cite

Christophe Imbert. Introduction générale : une réflexion sur la circulation. D'une métropole à l'autre. Pratiques urbaines et circulations dans l'espace européen., 2014. ⟨halshs-02378861⟩
52 View
92 Download

Share

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More