The paranoiac “Solution” and its impasses - Archive ouverte HAL Access content directly
Journal Articles L'Évolution Psychiatrique Year : 2021

The paranoiac “Solution” and its impasses

Impasses de la solution paranoïaque

(1) ,
1

Abstract

Objectives: This article investigates a reconciliation between a psychodynamic approach – taking into account the discovery of the self-therapeutic potentiality of delirium – with the challenge of paranoia: for the subject, for her/his entourage and for the clinician. Methods: We explore the birth and development of the idea that delirium may be a solution, from the first Freudian discoveries to Lacan's indications. From this observation, we expose some problems posed by paranoia: we examine both classical psychiatry and its descriptions, as well as some clinical cases from literature and from our practice. Results: If paranoia is considered by some as a “successful” psychosis, with the persecutory delusion localizing the jouissance of which the subject complains, it is not limited to the delusional phenomenon. The dead ends of paranoia are caused by the deliurim's inability to contain the elementary phenomena of psychosis. The defense it constitutes can be overcome or can result in harmful outcomes. Furthermore, the body of the paranoiac is not free of jouissance. Discussion: While the paranoid delusion cannot be considered an elegant solution, because of the impasses it encloses the subject in, its status, however, as a subjective solution cannot be denied. The Freudian hypothesis is still valid if we consider that it sometimes protects the subject from a melancholic position, or from disorganization, for example. Conclusion: We conclude that the paranoid delirium commemorates the articulation of a persecutory big Other with the objet petit a, the latter of which is inseparable from the subject. Indeed, the delirium does not allow another relation to jouissance to be established. We suggest exploring the follow clinical leads: encouraging productions that aim to support the subject rather than the ego, those that allow a certain separation from the objet plus-de-jouir and that face the existential emptiness on which megalomania is built.
Objectifs : Cet article interroge comment concilier une approche psychodynamique, prenant en compte la découverte de la vertu auto-thérapeutique du délire, avec les difficultés posées par la paranoïa – pour le sujet, pour son entourage et pour le clinicien. Méthodes : Nous examinons comment s’est construite l’idée que le délire peut constituer une solution, des premières découvertes freudiennes jusqu’aux indications lacaniennes. À partir de ce constat, nous montrons quelques impasses de la paranoïa en convoquant à la fois la psychiatrie classique et ses descriptions, ainsi que quelques cas cliniques issus de la littérature ou de notre pratique. Résultats : Si la paranoïa est considérée par certains comme une réussite de la psychose, puisque le délire des persécutions localise la jouissance dont le sujet se plaint, elle ne se limite pas au phénomène délirant. Les impasses de la paranoïa se lisent car le délire ne contient pas tous les phénomènes élémentaires de la psychose, la défense qu’il constitue peut être dépassée ou conduire à des passages à l’acte critiques. Les phénomènes de corps ne délaissent pas le sujet pour autant. Discussion : Si le délire paranoïaque ne peut pas être considéré comme solution élégante, étant donné les impasses dans lesquelles il enferme le sujet, son statut de solution subjective ne peut cependant pas être nié. L’hypothèse freudienne est toujours valable si l’on considère qu’elle protège le sujet parfois d’une position mélancolique ou de la désorganisation par exemple. Conclusion : Nous concluons en remarquant que le délire paranoïaque commémore l’articulation d’un Autre persécuteur à l’objet a non séparé du sujet. De fait, il ne permet pas que s’instaure un autre rapport à la jouissance. Nous proposons quelques pistes cliniques : soutenir les productions qui visent à faire du je plutôt que du moi, celles qui permettent une certaine séparation avec l’objet plus de jouir, et combattent la vacuité existentielle sur laquelle se construit la mégalomanie.
Not file

Dates and versions

halshs-03430093 , version 1 (16-11-2021)

Identifiers

Cite

Gwenola Druel, Mickaël Peoc’h. Impasses de la solution paranoïaque. L'Évolution Psychiatrique, 2021, 86 (4), pp.725-736. ⟨10.1016/j.evopsy.2021.04.001⟩. ⟨halshs-03430093⟩
80 View
0 Download

Altmetric

Share

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More