Quand les animaux participent à l’interaction sociale : nouveaux regards sur l’analyse séquentielle - Archive ouverte HAL Access content directly
Journal Articles Langage et Société Year : 2022

Quand les animaux participent à l’interaction sociale : nouveaux regards sur l’analyse séquentielle

(1)
1

Abstract

Ce numéro poursuit une double ambition. D'une part, celle d'analyser des interactions sociales impliquant des animaux, qui, bien qu'ordinaires et communes, n'ont que rarement été décrites avec les outils de précision de la linguistique interactionnelle. D'autre part, il souhaite se faire le lieu d'un examen réflexif de certaines notions centrales de la linguistique et de la théorie de l'action, en particulier celles de participation et de tour de parole. Chacune a fait l'objet de problématisations fécondes dans le champ de l'analyse de l'interaction sociale, et la prise en compte de la multimodalité a déjà contribué à les retravailler en profondeur depuis une vingtaine d'année. Montrer que les animaux participent à l'interaction sociale c'est d'abord voir dans quelle mesure les manifestations qu'ils rendent visibles, ou les actions qu'ils produisent, peuvent être séquentiellement agencées aux actions ou aux prises de parole de leur coparticipants humains. L'entrée par l'analyse séquentielle, issue de la tradition conversationnaliste (Sacks, Schegloff, Jefferson, 1974) fournit donc un cadre, mettant en lumière l'infrastructure sur laquelle s'élabore l'ajustement mutuel et, in fine, la construction du sens. Toutefois, traiter les actions animales comme des tours de parole ne veut pas dire que l'on considère que les actions animales sont équivalentes à des tours de parole humains (au sens où elles pourraient être traduites en des termes langagiers et verbaux). Il s'agit avant tout d'une posture méthodologique, qui consiste à appréhender les actions animales comme des unités signifiantes qui se comportent de la même manière que des tours de parole, c'est-à-dire comme appelant normativement des formes de réponse, et comme étant elles-mêmes rétrospectivement orientées vers une action qui les a précédées. La mise en oeuvre d'un tel dispositif suppose de donner une place méthodologique à un être non-verbal, ce qui n'a rien d'évident au sein d'un paradigme par définition logophile. Autrement dit, cela implique de construire analytiquement l'animal comme participant. Ce numéro spécial se veut donc l'occasion d'une réflexion méthodologique sur ce que peuvent les outils de la linguistique, et au prix de quel(s) réaménagement(s). L'analyse de diverses situations naturelles d'interactions comportant des animaux, sauvages ou domestiques, montre que l'appréhension que la linguistique a de ce qu'est une conversation, ou un échange interlocutif, s'en trouve singulièrement modifiée.
Fichier principal
Vignette du fichier
1_intro animaux L&S.pdf (256.53 Ko) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)

Dates and versions

halshs-03685121 , version 1 (06-01-2023)

Identifiers

Cite

Chloé Mondémé. Quand les animaux participent à l’interaction sociale : nouveaux regards sur l’analyse séquentielle. Langage et Société, 2022, 2022/2 (176), pp.9-24. ⟨10.3917/ls.176.0011⟩. ⟨halshs-03685121⟩
13 View
0 Download

Altmetric

Share

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More