L’histoire des politiques biogéochimiques de l’agglomération parisienne : le recyclage des éléments biogènes face au processus de verrouillage sociotechnique industriel - Archive ouverte HAL Access content directly
Conference Papers Year :

L’histoire des politiques biogéochimiques de l’agglomération parisienne : le recyclage des éléments biogènes face au processus de verrouillage sociotechnique industriel

(1)
1

Abstract

Le fonctionnement des villes modernes, et plus généralement des sociétés industrielles et capitalistes contemporaines, génère l’ouverture des cycles des éléments chimiques caractéristiques de la vie sur Terre (dits « biogènes ») : carbone, azote, phosphore, potassium (entre autres). La linéarisation des boucles qui caractérisent ordinairement le parcours de ces éléments – et de ces « ressources » – au sein de la biosphère atteint aujourd’hui des seuils et des limites qui mettent en péril la perpétuation des sociétés humaines (Steffen et al., 2015), de même qu’elle perturbe, menace et détruit de nombreuses autres formes de vie terrestre. Pour prendre un exemple concret, comme l’exige l’approche économique matérielle et « substantive » (Gerber et Scheidel, 2018; Polanyi et al., 2017) que le champ de l’écologie territoriale présuppose (Buclet, 2011) et que requiert la situation environnementale et climatique actuelle (Pottier, 2016), ces ressources naturelles qui constituent la base de l’alimentation des habitants des territoires et qui sont excrétées sous la forme de déchets organiques et d’eaux usées ne sont pas retournées aux sols dont elles sont naturellement – ce n’est plus le cas avec les engrais industriels – issues. Elles sont plutôt dispersées dans l’air (moyennant incinération ou assainissement industriel) ou concentrées dans l’eau et/ou certains sols (déversement en rivières, décharges d’ordures ménagères), générant partout pollutions et gaspillages (Billen et al., 2011), et stimulant des activités extractives nuisibles en vue de compenser ces pertes et de maintenir un système de production agricole énergivore et non durable. Loin d’être naturelle, cette situation est évidemment produite. L’histoire de l’environnement comme des sciences et techniques nous l’enseigne. Générée par « l’invention des déchets » (Barles, 2005) et par des réformes dans les systèmes et techniques d’assainissement (Barles et Lestel, 2007), de gestion des ordures (Page, 2019) et d’agriculture (Le Noë et al., 2018; Harchaoui et Chatzimpiros, 2019), l’ouverture des cycles de l’azote, du phosphore et du potassium en particulier est le fruit de bifurcations dans ce que nous nous proposons de nommer, à la suite de Sabine Barles (2017), les « politiques biogéochimiques ». L’assainissement urbain, la gestion des déchets, les politiques agricoles locales et nationales sont autant de domaines d’action publique où l’on favorise – plus ou moins explicitement ou implicitement, volontairement ou involontairement – le recyclage de ces ressources ou à l’inverse leur destruction/dispersion (et les conséquences qui en découlent). A partir d’une recherche doctorale en cours, nous nous proposons d’explorer ces « politiques biogéochimiques » dans le cas de l’agglomération parisienne entre 1945 et les années 1990. A la suite de certains travaux ayant situés à l’entre-deux guerres le début du déclin des systèmes de recyclage industriel des déchets et eaux noires qui dominaient au tournant du XXe siècle (Barles, 2005), nous étudions les décennies ultérieures, où l’on assiste à une disparition progressive mais pas toujours linéaire des systèmes intégrés et plus ou moins poussés de gestion circulaire des éléments biogènes. En matière de traitement des déchets comme d’assainissement, les politiques industrielles des dites « trente glorieuses » comme des premières décennies de crise structurelle du régime économique d’accumulation contemporain ont soutenu localement des systèmes techniques tout à fait antagoniques : les uns favorisant le bouclage des cycles biogéochimiques (compostage des ordures, épandage des eaux usées), les autres leur ouverture (incinération, traitement en station d’épuration). L’étude approfondie de ces périodes au niveau de l’agglomération parisienne nous révèle les mécanismes d’ordres divers ayant conduit, lentement mais non unilatéralement, à la domination somme toute tardive des seconds au détriment des premiers et au verrouillage sociotechnique actuel du système « alimentation-excrétion » des villes (Esculier, 2018). Cette histoire nous amène à distinguer deux tensions (parmi d’autres) à l’origine de ce recul du recyclage au profit des solutions de traitement non circulaires et de « bout de tuyaux » (Erkman, 2004). La première oppose l’emploi en agriculture des engrais organiques et urbains à celui des engrais chimiques minéraux, la seconde la conservation ou l’utilisation rationnelle et économe de l’énergie à la « production » de celle-ci (au travers de sources dites « renouvelables »). Ces deux « processus sociaux » (Orléan, 2015) de nature conflictuelle ont la spécificité d’impacter les formes de valorisations marchandes des déchets urbains et, par-là, d’orienter les évolutions techniques de leur traitement dans certaines directions plutôt que d’autres. En outre, la valeur agronomique et matérielle de ces résidus est peu à peu négligée au profit d’une valeur énergétique alimentant leur destruction (celle-ci permettant de « récupérer » une énergie que l’on dit « latente »). L’histoire de ces conflits et leur issue récente (quasi-disparition du recyclage, domination de la destruction) permet de souligner la nature fondamentalement politique et construite de la valeur des matières qui traversent les territoires, valeurs que les institutions publiques et les acteurs locaux orientent et exploitent selon les contingences historiques et environnementales ainsi que les choix situés qui sont les leurs. Ce travail, qui se situe à la croisée de l’histoire de l’environnement et de celle de l’aménagement tout en s’inscrivant dans les perspectives ouvertes par l’écologie territoriale, est fondé sur la mobilisation et la mise en dialogue de sources diverses (rapports, études, projets, plans et schémas d’aménagement, correspondances…) issues de plusieurs institutions locales (Ville de Paris et ses services techniques, départements franciliens et préfecture régionale, organismes spécialisés divers dans le domaine de l’eau, de l’agriculture et des déchets comme la société de Traitement Industriel des Résidus Urbains (TIRU), l’Agence de l’Eau Seine-Normandie (AESN) ou le Syndicat Intercommunal de l’Assainissement de l’Agglomération Parisienne (SIAAP)) et nationales (Ministère de l’Environnement, de la Construction, etc.). Il est réalisé dans le cadre d’une CIFRE avec la Direction de la Propreté et de l’Eau (DPE) de la Ville de Paris. Bibliographie : Barles, Sabine, 2005, L’invention des déchets urbains: France, 1790-1970, Seyssel : Champ Vallon. Barles, Sabine, et Laurence Lestel, 2007, « The Nitrogen Question: Urbanization, Industrialization, and River Quality in Paris, 1830-1939 », Journal of Urban History, 33 (5), pp. 794-812. Billen, Gilles, Josette Garnier, Vincent Thieu, Paul Passy, Pauline Riousset, Marie Silvestre, Sylvain Théry, Guillaume Vilain, et Claire Billy. 2011. La cascade de l’azote dans le bassin de la Seine: comprendre les processus pour inverser les tendances, Nanterre : Agence de l’eau Seine-Normandie. Buclet, Nicolas. 2011. Écologie industrielle et territoriale, Stratégies locales pour un développement durable, Villeneuve d’Ascq : Presses Universitaires du Septentrion. Erkman, Suren. 2004. Vers une écologie industrielle. Paris : C. L. Mayer. Esculier, Fabien. 2018. « Le système alimentation/excrétion des territoires urbains : régimes et transitions socioécologiques », Thèse en sciences de l’environnement, Champs-sur-Marne : École nationale des ponts et chaussées. Gerber, Julien-François, et Arnim Scheidel. 2018. « In Search of Substantive Economics: Comparing Today’s Two Major Socio-Metabolic Approaches to the Economy – MEFA and MuSIASEM ». Ecological Economics, 144 (février), pp. 186-194. Harchaoui, Souhil, et Petros Chatzimpiros. 2019. « Energy, Nitrogen, and Farm Surplus Transitions in Agriculture from Historical Data Modeling. France, 1882–2013. » Journal of Industrial Ecology, 23 (2), pp. 412-425. Le Noë, J., G. Billen, F. Esculier, et J. Garnier. 2018. « Long-Term Socioecological Trajectories of Agro-Food Systems Revealed by N and P Flows in French Regions from 1852 to 2014 ». Agriculture, Ecosystems & Environment, 265 (octobre), pp. 132-143. Orléan, André. 2015. L’empire de la valeur: refonder l’économie. Paris : Éditions du Seuil. Page, Arnaud. 2019. « Fertility from Urban Wastes? The Case for Composting in Great Britain, 1920s-1960s», Environment and History, 25 (1), pp. 3-22. Polanyi, Karl, Conrad M Arensberg, et Harry W Pearson. 2017. Commerce et marché dans les premiers empires: sur la diversité des économies, Paris : Les bords de l’eau. Steffen, W., K. Richardson, J. Rockstrom, S. E. Cornell, I. Fetzer, E. M. Bennett, R. Biggs, et al. 2015. « Planetary Boundaries: Guiding Human Development on a Changing Planet », Science, 347 (6223), pp. 1259855-1259855.
Not file

Dates and versions

halshs-03800968 , version 1 (06-10-2022)

Identifiers

  • HAL Id : halshs-03800968 , version 1

Cite

Etienne Dufour. L’histoire des politiques biogéochimiques de l’agglomération parisienne : le recyclage des éléments biogènes face au processus de verrouillage sociotechnique industriel. 10e Congrès international de l’Association Française d’Économie Politique (AFEP), Association Française d'Economie politique (AFEP), Jun 2021, Toulouse, France. ⟨halshs-03800968⟩
34 View
0 Download

Share

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More