A history of geography through the lens of the social sciences and humanities - Archive ouverte HAL Access content directly
Habilitation À Diriger Des Recherches Year : 2021

A history of geography through the lens of the social sciences and humanities

Une histoire de la géographie au prisme des sciences humaines

История географии через призму гуманитарных наук

(1, 2)
1
2

Abstract

The objective of this new work, entitled For a (social) History of French "Social Sciences" (1944-1986), is to propose a reinterpretation of a history that is very rarely approached in a global manner. While there is an abundance of work on the "great men" of the period or on movements such as structuralism, and while there is a vivid revival of microhistory and discipline-specific work, a general social history of research collectives and categories has yet to be written. The first part examines how a small group of men born between the end of the nineteenth century and 1914 invested a set of new or regenerated institutions dating from the Liberation and the following years to turn them into research enterprises, poor at first, then better endowed from the mid-1950s onwards, with the rise of funding from the state and other actors. The institutions that were created experienced strong growth, leading their leaders to recruit more and more staff, and increasingly in a precarious form, relying on a few lieutenants. The social structure that took shape over the next 20 years was pyramidal in nature, based on the first massification of the university and on a doctrine of a research developed out of public service. The crisis of May-June 1968 revealed a growing unease with the hierarchies that had emerged during the period, which had their counterpart in the gradual and staggered institutionalization of "new" disciplines (sociology, economics, ethnology, political science). The political changeover in 1981 led to a clear modification of the scientific policy that had been developed until then. The second part looks at the hyperonymic (encompassing) and semantic uses of "social sciences" over the same period. After first indicating precedents dating back to the 1930s, the work shows how the category gradually became institutionalized at the CNRS (from 1966) and at the DGRST. It then shows the relationship of this institutionalization with the categories in use by external funders (American foundations, UNESCO), for whom the French hyperonym "human sciences" has little meaning. The analysis then takes a closer look at one of the institutions that has benefited the most from this international manna, the VIth section of the École pratique des hautes études. However, the effects of multi-positionality, the rivalries between leaders and institutions, etc., call for a relativization of the possible embodiment of "social sciences" by this particular institution. The chapter closes with a study of a corpus of 40 references (articles) bearing the expression in their title. It proceeds to a number of analyses on the uses and differential attractiveness of "social sciences" for the fields supposedly belonging to it. The program that follows these two chapters first tries to show the extensions that such research could have.
Le volume 3 de ce mémoire d’HDR comprend un inédit en deux parties intitulé Pour une histoire des « sciences sociales » françaises (1944-1986). L’objectif de ce travail est de proposer une réinterprétation d’une histoire qui depuis les travaux d’Alain Drouard (1982, 1983) n’a que très rarement été abordée de manière globale. En effet, si la littérature sur les « grands hommes » de la période (Lévi-Strauss, Bourdieu, Foucault, Dumézil, Braudel, etc.) est foisonnante, si les travaux de microhistoire ou attachés à une discipline particulière sont en net regain, on ne saurait dire pour autant que la période a été traitée depuis 40 ans en essayant d’en donner raison générale. Le travail réalisé articule un premier travail d’histoire sociale des sciences sociales et un second dont l’objectif est d’examiner l’institutionnalisation de l’expression entre 1944 et 1982. La première partie (un chapitre) examine comment un petit groupe d’hommes nés entre la fin du XIXe siècle et 1914 a investi un ensemble d’institutions nouvelles ou régénérées qui datent de la Libération et des années suivantes pour en faire des entreprises de recherche, d’abord pauvres, puis mieux dotées à partir du milieu des années 1950. Ce groupe se caractérisait par des dispositions multipositionnelles les rendant aptes à intervenir à plusieurs niveaux et à patronner le champ — que l’on peut considérer renaissant ou émergent selon l’angle d’analyse. Avec l’essor des financements de l’État et d’autres acteurs à partir de 1954-58, les institutions créées entre 1945 et 1948 ont connu une forte croissance, conduisant leurs patrons à recruter toujours davantage de personnel, une partie statutaire, mais de plus en plus sous forme de contrats ou de vacations. Un certain nombre de chercheurs recrutés précocement et dotés de titres (anciens élèves de grandes écoles, agrégés du secondaire) se sont imposé dans le courant des années 1955-1965 comme les lieutenants des patrons déjà évoqués et les chevilles ouvrières de la recherche contractuelle en pleine expansion. La structure sociale qui se dessine sur 20 ans est de nature pyramidale. Elle s’appuie sur la première massification universitaire et sur une doctrine de la non-fonctionnarisation de la recherche. La crise de Mai-Juin 1968 révèle un malaise grandissant à l’égard des hiérarchies cristallisées et une lassitude des « petites mains », alors même qu’à partir de 1958 un processus de disciplinarisation apparaît en sociologie et en économie. Il se poursuit après la crise et la loi Faure (ethnologie, sciences politiques), même si le financement massif trouve un terme au moment où s’installe la crise économique (1972-74). L’alternance politique de 1981 débouche sur une très nette modification de la politique scientifique jusque là développée. La deuxième partie (un chapitre) se penche sur les usages hyperonymiques (englobants) et sémantiques de « sciences sociales » sur la même période. Après avoir indiqué dans un premier temps des précédents remontant aux années 1930, le travail montre comment la catégorie s’institutionnalise peu à peu au CNRS (à partir de 1966) et à la DGRST. Il montre ensuite le rapport de cette institutionnalisation avec les catégories en cours chez les financeurs extérieurs (Fondations américaines, UNESCO), pour lesquels « sciences humaines », hyperonyme français, n’a guère de sens. L’analyse examine alors de plus près l’une des institutions qui a le plus bénéficié de cette manne internationale, la VIe section de l’École pratique des hautes études. Pour autant, les effets de multipositionnalité, les rivalités entre patrons et institutions, etc., appellent à relativiser l’éventuelle incarnation des « sciences sociales » par cette institution particulière. Le chapitre se clôt par l’étude d’un corpus de 40 références (articles) portant l’expression dans leur titre. Elle procède à un certain nombre d’analyses sur les usages et le différentiel d’attractivité de « sciences sociales » pour les domaines supposés en faire partie. Le programme qui suit ces deux chapitres s’emploie d’abord à montrer les prolongements qu’une telle recherche pourrait avoir.
Fichier principal
Vignette du fichier
Orain-rapport de synthese.pdf (844.25 Ko) Télécharger le fichier
Vignette du fichier
Orain-inedit.pdf (1.32 Mo) Télécharger le fichier
Vignette du fichier
Orain-oeuvre scientifique.pdf (15.87 Mo) Télécharger le fichier

Dates and versions

tel-03474715 , version 1 (10-12-2021)

Identifiers

  • HAL Id : tel-03474715 , version 1

Cite

Olivier Orain. Une histoire de la géographie au prisme des sciences humaines : Titre de l'inédit : Pour une histoire des « sciences sociales » françaises (1944-1986). Géographie. Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 2021. ⟨tel-03474715⟩
164 View
259 Download

Share

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More