Medievalists and computers : collective organizations, practices of historical sources and historiographical consequences (1966-1990) - Archive ouverte HAL Access content directly
Theses Year : 2021

Medievalists and computers : collective organizations, practices of historical sources and historiographical consequences (1966-1990)

Médiévistes et ordinateurs : organisations collectives, pratiques des sources et conséquences historiographiques (1966-1990)

(1, 2)
1
2

Abstract

From the late 1950's onwards, the rapid emergence and growing use of computers in the humanities brought about many changes in the practices of researchers. My PhD dissertation sets out to analyze some of the historiographical transformations caused by these technical innovations. With this aim in mind, I focus on a small group of medievalist historians who used these tools for research purposes between 1966 and 1990. This thesis deals with two main issues. Firstly, it looks at how, in that context, new forms of collective organization emerge at different scales, beginning inside the research team and extending to encompass the whole discipline. My dissertation shows how these forms are articulated with the production, manipulation and circulation of new types of texts (coding sheets, punched cards, computer programs, coding books, but also liaison bulletins). Secondly, it deals with the ways in which the historians' methods are transformed in correlation with the operation of the computers. In this perspective, I highlight the fact that these new technologies and the knowledge associated with them (data analysis, automatic text-processing, computer science, etc.) entailed to work with a set of intellectual technologies (matrices, graphs, lists, indexes, inventories, thesaurus, etc.) that required a strengthened formalization in each of the activities associated with the medievalists' research. Moreover, each of these intellectual technologies was, in this specific context, endowed with its own original functions. The methodology I develop is underpinned by two firm beliefs. While I acknowledge the idea that the historian of the humanities has to apply to his objects the methods developed by historians of science, I also show that it could be worthwhile, in order to grasp the realities of the historians' research practices, to focus on the texts they produced, handled and exchanged. This second approach requires us to borrow some methods of research from linguistics, and in particular from discourse analysis. This study is divided into three parts. In part one, I analyze two French medievalist projects in 1966-1990, so as to compare their collective organizations (manpower, computer science collaborators, funding, computing tools), the extra- disciplinary influences exerted on them (demographic, geographical, linguistical, sociological), the methods they developed (lexicometry, quantitative history) and their historiographical consequences. In part two, I expand on the process by which some of these entities set up a meta-collective organization, so they could exchange the fruits of their research (computer editions, databases, computer programs, etc.) as well as the methods and techniques they had developed on their specific projects. The object of the analysis is a French-based initiative forming part of a Europe-wide project, which was launched at a colloquium in Rome in 1975. A few years later, in 1979, the same organizers published the first European periodical dedicated to this subject, the liaison bulletin Le Médiéviste et l'ordinateur. This rapidly became one of the main media for the dissemination of methods and the construction of a common scientific culture. The third part of my dissertation is dedicated to the modes of exchanges that took shape within the pages of the bulletin. Two different directions are explored : 1) the genre of papers born out of the newfound need to share computer-related technical knowledge and 2) the difficulties that some of the authors encountered at a technical and epistemological level in the process of sharing this knowledge with their colleagues.
Dès la fin des années 1950, l'irruption des calculateurs électroniques dans les sciences humaines et sociales a profondément affecté les pratiques des chercheurs qui se sont saisis de ces nouveaux outils. Cette thèse vise à analyser certaines transformations historiographiques que ces innovations techniques ont provoquées, en se concentrant sur un large groupe d'historiens médiévistes mettant en oeuvre ces instruments pour mener leurs recherches entre 1966 et 1990. Mes problématiques s'organisent autour de deux préoccupations principales. Tout d'abord, ce travail s'interroge sur l'apparition de nouvelles formes d'organisation collective, à l'échelle des équipes de recherche comme de la discipline. Ma thèse montre comment ces formes s'articulent à la production, à la manipulation et à la mise en circulation de nouveaux types de textes (bordereaux de saisies, cartes perforées, programmes informatiques, manuels de codage). De plus, cette thèse se propose d'analyser les transformations des méthodes des historiens liées à l'utilisation des moyens électroniques. J'y mets en évidence que le recours aux calculateurs électroniques et aux ensembles de savoirs associés à leurs utilisations (analyse de données, analyse automatique de textes, informatique documentaire) impliquait l'emploi de technologies intellectuelles (matrices, graphiques, listes, index, thesaurus, etc.) qui requéraient une formalisation accrue des opérations de recherche des médiévistes, tout en étant dotées, dans ce contexte de fonctions originales. Pour travailler à ces problématiques, la méthodologie développée dans ce travail repose sur deux convictions. Tout d'abord, j'y développe l'idée qu'il faut appliquer à l'histoire des sciences humaines et sociales les méthodes développées par les historiens des sciences. Ensuite, celle qu'il est nécéssaire, pour saisir les pratiques des historiens, d'étudier les textes sur lesquels celles-ci reposent. Cette seconde direction nous a conduit à emprunter des méthodes de recherche à la linguistique, et en particulier à l'analyse de discours. Cette thèse est construite en trois parties. Dans la première, je propose une analyse de deux projets de recherches menés par des médiévistes français entre 1966 et 1990, aux fins de comparer leurs organisations collectives (taille des équipes, présence d'informaticien, type de financement, outils de calculs employés), les influences extra-disciplinaires qu'ils subissent dans l'élaboration de leurs méthodes (démographie, géographie, linguistique, sociologie), mais aussi les méthodes qu'ils mettent en oeuvre (lexicométrie, histoire quantitative) et les conséquences historiographiques de ces travaux. Dans la deuxième partie de cette thèse, je traite des processus par lesquels certains collectifs engagés dans l'utilisation des ordinateurs se sont organisés à une échelle méta-collective, dans le but de faire circuler les produits de leurs recherches (bases de données, programmes informatiques, etc.) et les méthodes qu'ils avaient pu développer au cours de leurs expériences respectives. L'analyse porte sur une initiative française, à portée européenne, qui démarre avec l'organisation d'un colloque à Rome en 1975 et se poursuit par la création d'une publication en 1979, intitulé Le Médiéviste et l'ordinateur. Ce bulletin de liaison devient, dès lors, l'un des vecteurs privilégiés de la circulation des méthodes et de la construction d'une culture scientifique commune. La troisième et dernière partie est quant à elle consacrée aux modalités des échanges qui prennent forme dans les pages de ce bulletin. Deux directions sont explorées : 1) le genre d'article qui s'y développe en relation avec la nécessité de faire circuler de nouveaux types de connaissances techniques et 2) les difficultés qu'ont pu rencontrer les utilisateurs de ces méthodes dans le partage de ce type de savoir avec certains de leurs collègues, d'un point de vue technique, mais aussi épistémologique.
Fichier principal
Vignette du fichier
vd_Lejeune_Edgar.pdf (14.51 Mo) Télécharger le fichier
Origin : Version validated by the jury (STAR)

Dates and versions

tel-03682773 , version 1 (05-03-2022)
tel-03682773 , version 2 (31-05-2022)

Identifiers

  • HAL Id : tel-03682773 , version 2

Cite

Edgar Lejeune. Médiévistes et ordinateurs : organisations collectives, pratiques des sources et conséquences historiographiques (1966-1990). Philosophie. Université Paris Cité, 2021. Français. ⟨NNT : 2021UNIP7095⟩. ⟨tel-03682773v2⟩
324 View
96 Download

Share

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More