les compléments spatiaux : du topique au focus en passant par les cadres - HAL-SHS - Sciences de l'Homme et de la Société Access content directly
Journal Articles Travaux de Linguistique : Revue Internationale de Linguistique Française Year : 2003

les compléments spatiaux : du topique au focus en passant par les cadres

Abstract

Les notions de « topique » et de « cadre » sont de celles dont l'appréhension ne va pas de soi. Leur maniement est en effet complexe, du fait qu'elles se prêtent à de nombreuses définitions et relèvent possiblement de différents niveaux d'analyse, la phrase ou le texte. Précisons d'emblée que la perspective adoptée ici sera prioritairement phrastique, ce qui n'en suppose pas moins la prise en compte du contexte textuel, en particulier subséquent.
Le but de cet article n'est pas d'entamer une nouvelle discussion autour de ces notions prises individuellement, mais d'envisager le rapport qu'elles entretiennent entre elles (ce qui suppose certes de circonscrire au préalable les domaines retenus). L'idée défendue est que, au-delà des affinités que présentent les deux notions, il est à la fois nécessaire de les distinguer et de les envisager dans la continuité l'une de l'autre.
C'est en effet bien à un continuum que l'on a affaire, aux extrémités duquel se situent respectivement les notions de « topique » et de « cadre », et au milieu duquel apparaît une zone de partiel recouvrement entre les deux notions.
Nous commencerons par préciser l'angle selon lequel seront abordées les notions de topique et de cadre, tout en envisageant les relations qu'elles entretiennent et le type de continuité dans lequel elles s'inscrivent. C'est dans ce contexte que nous examinerons des exemples du type de (1) et (2) :
1) Quant à Paul, il n'a toujours pas dit s'il venait ce soir
2) Les enfants, tu tires un trait sur plein de choses, mais tu regrettes pas.
Nous nous concentrerons ensuite sur les compléments spatio-temporels, en envisageant tout d'abord les énoncés du type :
3) La nuit, tous les chats sont gris,
avant de considérer, plus longuement, ceux du type :
4) Sur le Pont d'Avignon, on y danse, on y danse...
5) A Paris, j'y vais demain,
que nous tenterons, à partir d'une étude sur corpus, d'interpréter à différents niveaux, en particulier pragmatico-discursif.
Fichier principal
Vignette du fichier
prevost-biblio6.pdf (496.92 Ko) Télécharger le fichier
Loading...

Dates and versions

halshs-00087743 , version 1 (26-07-2006)

Identifiers

Cite

Sophie Prévost. les compléments spatiaux : du topique au focus en passant par les cadres. Travaux de Linguistique : Revue Internationale de Linguistique Française, 2003, 47, p 51-78. ⟨10.3917/tl.047.0051⟩. ⟨halshs-00087743⟩
116 View
414 Download

Altmetric

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More