Pourquoi la Bible des Septante a-t-elle traduit le zemer du Deutéronome en kamelopardalis ? Réflexions sur le statut symbolique et alimentaire de la girafe - Archive ouverte HAL Access content directly
Journal Articles Anthropozoologica Year : 2006

Pourquoi la Bible des Septante a-t-elle traduit le zemer du Deutéronome en kamelopardalis ? Réflexions sur le statut symbolique et alimentaire de la girafe

(1)
1

Abstract

Why did the Bible of the Seventy translate the zemer of Deuteronomy into kamelopardalis ? Reflections on the symbolic and food statute of the giraffe. In the Hebraic Bible, Deuteronomy gives a list of pure animals suitable for consumption (ruminants with split hoofs) among which figures the zemer, hapax which exact zoonymic meaning is lost. The Greek version of the Bible, known as the Seventy, written in Alexandria during the IIIth BC., translated zemer by kamelopardalis , the giraffe. The article proposes to study the conditions under which this problematic translation was done while trying to release its philological (history of its name), historical knowledge of the animal in Ptolemaic Egypt and during the Antiquity), and zoological motivations (assumptions of identification of the zemer , classification of the kamelopardalis among the ruminants), when the giraffe was little known by the Greeks, whereas the biblical passage in question remains the earliest known evidence of the word kamelopardalis in the Hellenistic literature. The aim of this article is to study the food statute (Is meat of giraffe eaten? Is it regarded as pure and licit among the Jews and Moslems?) and symbolic system (exemplary, soft and virtuous ruminant?) allotted to the giraffe, whereas this incorporation in the biblical bestiary then contributes to announce this exotic animal to the medieval Occident. By examining the elements of the various zoo-historical investigations and exegesis conducted from Antiquity to the Modern Time, we highlight the symbolic aspects which mainly explain the presence of the giraffe in Greek Deuteronomy.
Dans la Bible hébraïque, le Deutéronome donne une liste d'animaux purs propres à la consommation (ruminants à sabots fendus) parmi lesquels figure le zemer , hapax dont le sens zoonymique exact est perdu. La version grecque de la Bible, dite des Septante, rédigée à Alexandrie au IIIe s. av. J.-C., a traduit zemer par kamelopardalis, la girafe. L'article se propose d'étudier les conditions dans lesquelles s'est faite cette traduction problématique en essayant d'en dégager les motivations philologiques (l'histoire de son nom), historiques (connaissance de l'animal en Égypte ptolémaïque et dans l'Antiquité), zoologiques (hypothèses d'identification du zemer , classification comme ruminant de la kamelopardalis ), à une époque où la girafe était très peu connue des Grecs, alors que le passage biblique en question demeure le plus ancien témoin du mot kamelopardalis dans la littérature hellénistique. Il s'agit alors d'étudier le statut alimentaire (mange-t-on sa viande ? Est-elle considérée comme pure et licite chez les juifs et les musulmans ?) et symbolique (ruminant exemplaire, doux et vertueux ?) attribué à la girafe, alors que cette incorporation dans le bestiaire biblique contribuera ensuite à signaler cet animal exotique à l'Occident médiéval. En reprenant les éléments des différentes enquêtes et exégèses zoo-historiques qui se sont succédé depuis l'Antiquité jusqu'à l'époque moderne, nous mettons en évidence les aspects symboliques qui expliquent en grande partie la présence de la girafe dans le Deutéronome grec.
Fichier principal
Vignette du fichier
AZ_41_1_-BUQUET.pdf (622.37 Ko) Télécharger le fichier
Loading...

Dates and versions

halshs-00089601 , version 1 (21-08-2006)

Identifiers

  • HAL Id : halshs-00089601 , version 1

Cite

Thierry Buquet. Pourquoi la Bible des Septante a-t-elle traduit le zemer du Deutéronome en kamelopardalis ? Réflexions sur le statut symbolique et alimentaire de la girafe. Anthropozoologica, 2006, 41 (1), pp.7-25. ⟨halshs-00089601⟩
403 View
560 Download

Share

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More