Les « sciences » de l'action publique - Archive ouverte HAL Access content directly
Books Year : 2006

Les « sciences » de l'action publique

(1) , (1) , , , (2) , , , (1, 3, 4) , (1) , (1) , (1) , (1) , , , (5) ,
1
2
3
4
5
Olivier Ihl
  • Function : Scientific advisor
  • PersonId : 856909
Delphine Deschaux-Beaume
Jean-Pierre Galland
André Gauron
  • Function : Scientific advisor
Robert Fraisse
  • Function : Scientific advisor
Alexandra Jonsson
  • Function : Scientific advisor
Anne-Cécile Douillet
Alain Faure
Laura Michel
Odile Join-Lambert
  • Function : Scientific advisor
Jacqueline Estades
  • Function : Scientific advisor

Abstract

Quelle place les savoirs produits par la science politique tiennent-ils dans le gouvernement des hommes et des territoires ? Comment ces outils d'analyse sont-ils mobilisés concrètement par les pouvoirs publics ou les groupes d'intérêt ? Par qui sont-ils certifiés et sous quelles conditions ? En retour, quelle incidence a cette instrumentalisation sur la nature et le statut des laboratoires où s'élaborent ces concepts politiques ? Dans l'Europe contemporaine, jamais ces questions n'ont paru si sensibles. Il est vrai qu'une véritable industrie des « études » et « expertises » s'est développée. Longtemps cantonnée à la fonction Recherche des administrations nationales, la voilà qui s'organise dans et autour des institutions européennes : Conseil de l'Europe, Commission, Banque centrale européenne, Parlement, Cour de Justice, etc.
Phénomène entièrement nouveau ? Sans doute pas. Que la recherche scientifique participe des processus de régulation publique est un fait ancien. Pourtant les formes prises par cette « participation » appellent de nos jours une réflexion spécifique. Invoquées ou contestées, elles sont au cœur des controverses sur les façons d'administrer la Cité. Défendues par les uns comme un garde-fou contre la démagogie et le populisme, elles sont attaquées par les autres comme mettant en péril les règles de la représentation politique, voire comme une manière de « confisquer » la décision publique.
Derrière ce débat, une question se pose : comment les savoirs de l'action publique hérités des Trente Glorieuses se sont-ils recomposés notamment sous la double action de l'européanisation des politiques publiques et de la redéfinition du rôle de l'État face au marché ? Quelles figures du pouvoir sont associées à cette transformation fondamentale, celle du passage d'un monopole étatique à une pluralité de systèmes d'action publique, celle de rapports renouvelés entre ingénierie de gouvernement, sciences sociales et action politique.
Not file

Dates and versions

halshs-00349465 , version 1 (31-12-2008)

Identifiers

  • HAL Id : halshs-00349465 , version 1

Cite

Olivier Ihl, Delphine Deschaux-Beaume, Jean-Pierre Galland, André Gauron, Frédérique Niel, et al. (Dir.). Les « sciences » de l'action publique. Presses Universitaires de Grenoble, pp.288, 2006. ⟨halshs-00349465⟩
626 View
0 Download

Share

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More