Les merveilles de la Nature vues par Hildegarde de Bingen (XIIe siècle) - HAL-SHS - Sciences de l'Homme et de la Société Access content directly
Conference Papers Year : 1995

Les merveilles de la Nature vues par Hildegarde de Bingen (XIIe siècle)

Abstract

In her natural encyclopaedy composed in the 1150s, Hildegard of Bingen († 1179 ) attempts to list the creation, in particular the realities from which the meaning remains hidden to most of the men, as animals which are anomalous, even prodigious, by their size and their strength. The case of the cetus, a marine animal in which we can see the whale or more certainly the killer whale, Orcinus orca, shows that it is necessary to operate a crossing of appearances to reach the signification of certain beings, as the title of the work of the abbess, Liber subtilitatum diversarum naturarum creaturarum, suggests it. Considered as a portentum, even a monster by most of the theologians or naturalists, the cetus contributes nevertheless to the order and to the beauty of the world. Besides that this animal regulates the world of waters and allows the navigation, it can supply also to the man the means to fight against physical and moral dangers. This study shows that Hildegard carries an original glance on this animal, that she presents as divine, against a long tradition which demonizes it, in particular the Physiologus and the medieval bestiaries.
Dans son encyclopédié naturelle composée dans les années 1150, Hildegarde de Bingen (†1179) s'attache à recenser la création, en particulier des réalités dont le sens reste caché à la plupart des hommes, comme les animaux prodigieux par leur taille et leur force. Le cas du cetus, animal marin dans lequel on peut voir la baleine ou plus sûrement l'épaulard, Orcinus orca, montre qu'il faut opérer une traversée des apparences pour atteindre le sens caché de certains êtres, comme le suggère le titre de l'œuvre de l'abbesse, Liber subtilitatum diversarum naturarum creaturarum. Considéré comme un portentum, voire un monstre par la plupart des auteurs théologiens ou naturalistes antérieurs, le cetus concourt pourtant à l'ordre et à la beauté du monde. Outre que cette bête régule le monde des eaux et permet la navigation, elle peut fournir aussi à l'homme les moyens de lutter contre les périls physiques et moraux qui le guettent. On montre ainsi ici que Hildegarde porte un regard original sur cet animal, qu'elle présente comme divin, contre toute une tradition qui le diabolise, notamment les bestiaires héritiers du Physiologus.
No file

Dates and versions

halshs-00611006 , version 1 (25-07-2011)

Identifiers

  • HAL Id : halshs-00611006 , version 1

Cite

Laurence Moulinier. Les merveilles de la Nature vues par Hildegarde de Bingen (XIIe siècle). Les merveilles de la Nature vues par Hildegarde de Bingen, Jun 1994, Orléans, France. pp.115-132. ⟨halshs-00611006⟩
133 View
0 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More