Des cabinets de curiosités aux musées modernes : où sont les objets caraïbes des Petites Antilles ? - HAL-SHS - Sciences de l'Homme et de la Société Access content directly
Conference Papers Year : 2013

Des cabinets de curiosités aux musées modernes : où sont les objets caraïbes des Petites Antilles ?

André Delpuech
Benoît Roux

Abstract

From the first contacts with the Amerindians onwards, conquerors, voyagers, missionaries, colonial officials and so on have brought back to Europe numerous attributes of the New World: natural curiosities (naturalia) as well as objects manufactured by the Indians (artificiala). Various historical sources (official or private correspondence, notary records, inventories, ethnohistorical accounts, etc.) attest to the presence in France of seventeenth and eighteenth century Amerindian objects from the Lesser Antilles. Like flora and fauna, these exotic objects appear as the obligatory ornamentation of royal cabinets of curiosities or cabinets of the learned. Today, paradoxically enough, not a single object in contemporary private or public collections is attributed to the Island Caribs anymore. However, several French institutions (quai Branly museum, Sainte-Geneviève library, etc.) hold seventeenth and eighteenth century collections of the American continent predating the French Revolution, some of which contain pieces from the Caribbean region. The majority of these pieces is recorded as originating from the lowlands of South America and most generally from the Guyanas. Nevertheless, these attributions are not based on any exact information; being poorly documented as a result of their age and their having exchanged hands many times due to inheritances, the precise origins of these collections (clubs, basketry, feathered apparel, bows and arrows, etc.) remain to be determined. It is likely that some of these objects originate from the Lesser Antilles and are thus testimony to the material culture of the Amerindians who occupied the islands upon the arrival of the Europeans, and into to the colonial era of the sixteenth, seventeenth and eighteenth centuries. Besides the study of the formation of ancient Antillean ethnographic collections (collectors, institutions, networks of correspondents, nature of the collections, etc.), our reflections will lead us to tackle the complex question of the documentation and interpretation of Amerindian objects in museums, taken as places of preservation and sharing of knowledge.
Dès les premiers contacts avec les Amérindiens, les conquérants, voyageurs, missionnaires, fonctionnaires coloniaux, etc. ont rapporté en Europe divers témoignages du Nouveau Monde : curiosités naturelles (naturalia) comme objets fabriqués par les Indiens (artificiala). De nombreuses sources historiques (correspondances officielles ou privées, fonds notariaux, inventaires, relations ethnohistoriques, etc.) attestent ainsi de la présence en France de pièces amérindiennes provenant des Petites Antilles aux XVIIe et XVIIIe siècles. À l'instar des plantes et des animaux, ces objets exotiques apparaissent alors comme les ornements obligés des cabinets de curiosités princiers ou d'érudits. Aujourd'hui, paradoxalement, aucun objet n'est plus identifié comme rapporté aux Caraïbes insulaires dans les collections publiques ou privées modernes. Il subsiste pourtant, dans plusieurs institutions françaises (musée du quai Branly, bibliothèque Sainte-Geneviève, etc.), des collections des XVIIe et XVIIIe siècles, antérieures à la Révolution, provenant du continent américain, parmi lesquelles se trouvent des pièces de la région caribéenne. La plupart sont mentionnés comme venant des basses terres sud-américaines et le plus généralement des Guyanes. Toutefois, ces attributions ne reposent souvent sur aucune donnée précise ; ces collections (massues, vanneries, parures de plumes, arcs et flèches, etc.) étant peu documentées, du fait qu'elles sont anciennes et qu'elles ont changé plusieurs fois de mains au gré des successions, des échanges et des donations, leur origine précise reste à établir. Il est vraisemblable que certains de ces objets proviendraient des Petites Antilles et témoigneraient donc de la culture matérielle des Amérindiens qui occupaient les îles à l'arrivée des Européens, puis à l'époque coloniale aux XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles. Outre l'étude de la constitution des collections ethnographiques antillaises anciennes (collectionneurs, institutions, réseaux de correspondants, natures des collections, etc.), notre réflexion nous amènera à aborder la question complexe de la documentation et de l'interprétation des objets amérindiens dans les musées, compris comme lieu de préservation et de partage des savoirs.
Fichier principal
Vignette du fichier
01_Delpuech.pdf (3.72 Mo) Télécharger le fichier
Origin Publisher files allowed on an open archive
Loading...

Dates and versions

halshs-01011890 , version 1 (26-02-2019)

Identifiers

  • HAL Id : halshs-01011890 , version 1

Cite

André Delpuech, Benoît Roux. Des cabinets de curiosités aux musées modernes : où sont les objets caraïbes des Petites Antilles ?. 24th Congress of the International Association for Caribbean Archaeology, Jul 2011, Fort-de-France, France. pp.9-16. ⟨halshs-01011890⟩
490 View
444 Download

Share

Gmail Mastodon Facebook X LinkedIn More