Jean Brunhes et l'enjeu colonial de l'irrigation dans les régions arides : le géographe, l'oasis et la souveraineté (1894-1902) - HAL-SHS - Sciences de l'Homme et de la Société Access content directly
Conference Papers Year : 2014

Jean Brunhes and colonial issue of irrigation in arid regions: geographical knowledge, oasis and sovereignty (1894-1902)

Jean Brunhes et l'enjeu colonial de l'irrigation dans les régions arides : le géographe, l'oasis et la souveraineté (1894-1902)

Florence Deprest
  • Function : Author
  • PersonId : 836931

Abstract

La thèse de Jean Brunhes sur "L’irrigation, ses conditions géographiques, ses modes et son organisation dans la Péninsule ibérique et dans l’Afrique du Nord" soutenue en 1902, est encore aujourd’hui réputée comme une contribution majeure à la connaissance des systèmes d’irrigation et des sociétés hydrauliques en Méditerranée, et associée à la naissance de la géographie humaine moderne en France. Selon Jean Brunhes, le domaine géographique de l’étude qui va de l’Espagne à l’Egypte est d’abord justifié par une continuité méditerranéenne. Pourtant, en 1908, dans la 7e série de l’Institut Colonial International, Brunhes publie des matériaux inédits sur les règlements concernant le régime des eaux dans la péninsule ibérique où il affirme avoir été envoyé par le gouvernement français dès 1894, dans la mesure où il s’agissait d’analyser des différentes formes d’organisation sociale et juridique de sociétés hydrauliques « dans des steppes semblables aux steppes de l’Algérie » (1906-1908, tome 3, p. 14-15).Cette communication proposera de monter comment le géographe Jean Brunhes inscrit son travail dans un espace des savoirs à la fois colonial, transimpérial et international. L’intérêt pour la « politica hidraulica » du Régénériationisme espagnol, tout comme celui pour la politique fédérale des Etats-Unis dans l’Ouest, prennent ainsi place dans un ensemble de références et de modèles, que tout un personnel composé à la fois de scientifiques, d’ingénieurs, d’administrateurs et de responsables politiques, font circuler entre Amérique du Nord, Europe du Sud, Maghreb, Egypte, Inde et Australie pendant dernières décennies du XIXe siècle. Pour Jean Brunhes, la question du gouvernement de l’eau et la manière dont s’organisent juridiquement les sociétés oasiennes – il utilise également ce terme d’oasis pour les huertas de la péninsule ibérique et l'Egypte tout entière – constitue le fil directeur comparatiste à travers lequel il pose la question de la souveraineté dans les espaces arides. Entendant ainsi sur le plan scientifique le slogan du régénérationniste espagnol Joaquin Costa, « Irriguer, c’est gouverner » (1898), il distingue ainsi divers types de gouvernement par l’eau. C’est l’occasion pour lui, peu de temps après l’incident de Fachoda, de mettre en lumière la spécificité de l’action hydraulique britannique en Egypte et de la critiquer en tant qu’elle est l’établissement d’une souveraineté « usurpée » sur l’ensemble d’un pays, en dehors de tout règlement diplomatique international. Cette communication est proposée dans le cadre d'un panel collectif intitulé "La souveraineté aux marges des empires" par Fabrice Argounès, Hélène Blais, Florence Deprest et Pierre Singaravélou.Enclaves, isolats, hinterlands, confins ou interstices sont autant d’agencements géographiques qui interrogent la spécificité des pratiques spatiales dans les colonies, et dont l’analyse peut éclairer les modes de domination coloniale, la manière dont les pouvoirs et les résistances jouent de ces espaces et de leur définition. Nous proposons ainsi de confronter des situations et des configurations de marges impériales différentes : dans les concessions étrangères de Tianjin cédées par la Chine aux puissances impériales (Pierre Singaravélou), dans les déserts glacés de l’Antarctique (Fabrice Argounès), dans le Sahara à travers la question des frontières intra-impériales (Hélène Blais) ou des systèmes d’oasis (Florence Deprest). En situant l’analyse sur des bordures d’empires, là où la colonisation est incertaine, contestée, partagée, mouvante, il s’agit ainsi de poursuivre l’enquête critique sur les savoirs spatiaux en mettant ici l’accent sur leur rôle et leur circulation dans les processus complexes de construction de la souveraineté. Par l’examen serré et la mise en regard de quatre études de cas, il s’agit de continuer la réflexion sur la dimension spatiale du fait colonial en réinterrogeant les modalités d’appropriation des territoires et en restituant les interactions constantes entre savoirs géographiques et pratiques politiques sur le terrain colonial.
No file

Dates and versions

halshs-01091694 , version 1 (05-12-2014)

Identifiers

  • HAL Id : halshs-01091694 , version 1

Cite

Florence Deprest. Jean Brunhes et l'enjeu colonial de l'irrigation dans les régions arides : le géographe, l'oasis et la souveraineté (1894-1902). Circulation des idées et histoire de la connaissance géographique: hiérarchies, interactions et réseaux, Commission on History of Geography, International Geographical Union; Commission de l'Histoire de la Géographie, Union Géographique Internationale, Dec 2014, Rio de Janeiro, Brésil. ⟨halshs-01091694⟩
371 View
0 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More