La mort est-elle une catégorie universelle ? Réflexions à partir de quelques données islandaises - HAL-SHS - Sciences de l'Homme et de la Société Access content directly
Book Sections Year : 2004

La mort est-elle une catégorie universelle ? Réflexions à partir de quelques données islandaises

Abstract

En m'appuyant sur quelques données ethnographiques, tirées de mes travaux menés en Islande, j'aimerai soumettre une réflexion plus générale qui pourrait se formuler ainsi : « La mort est-elle une catégorie conceptuelle universelle ? » ou bien « La mort est-elle toujours pensée et pensable ? » A priori, ces formulations semblent faire écho à la thèse de Philippe Ariès sur le " déni social " de la mort dans les sociétés modernes de l'Occident (Ariès, 1975 ; 1977). Mais c'est précisément à l'inverse que je voudrai aborder la question. Arguant que désormais la mort en Occident est une mort cachée et refoulée au plus loin, Ariès n'a-t-il pas paradoxalement contribué à en forger le concept, à faire de La Mort cette notion à la fois abstraite et néanmoins réelle, cette réalité d'un ordre supérieur qui transcende l'individu mais dont on peut se demander si on la retrouve ailleurs sous une telle forme ? Il s'avère curieusement que dans les études anthropologico-historiques le concept de La Mort est assez peu interrogé, tant il est vrai qu'il nous semble être donné comme une évidence. Chez les continuateurs de la pensée d'Ariès, le débat se situe le plus souvent au niveau d'une présence/absence, plus rarement autour d'une essence/existence. Pour Louis-Vincent Thomas notamment, le clivage s'opère bien entre une " mort absente ici " et une " mort présente là-bas " , mais sans vraiment interroger ce qu'elle est (Thomas, 1975 ; 1985 ; 1988). Son propos est un message d'espoir pour l'Occident qui doit réapprendre à domestiquer cette bonne mort que d'autres connaissent ; c'est une question de méthode dont les sociétés lointaines nous fournissent la recette, et dont la technique première en serait le rituel... À une époque où ces thèses du " déni social " de la mort en Occident semblent être devenues un sens commun contemporain, à la fois dans les milieux savants comme populaires, où on assiste à de multiples formes de " réinjections rituelles " dans le souci méthodique de répondre à cette re-domestication de la bonne mort, il n'est peut être pas inutile de reposer la question de La Mort avant d'en discuter la présence ou l'absence. N'est-elle pas, au fond, une invention historico-culturelle dont on pourrait distinguer les lieux d'émergence ? Sur ce point, un détour par l'Islande – pourtant à l'occident de l'Occident – peut s'avérer heuristique. Le partenariat symbolique entre morts et vivants en Islande
Fichier principal
Vignette du fichier
Halshs Pons 2004 La mort est elle une catégorie universelle.pdf (128.58 Ko) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)
Loading...

Dates and versions

halshs-01141103 , version 1 (10-04-2015)

Identifiers

  • HAL Id : halshs-01141103 , version 1

Cite

Christophe Pons. La mort est-elle une catégorie universelle ? Réflexions à partir de quelques données islandaises. Des vivants et des morts ; des constructions de la « bonne mort, Université de Bretagne Occidentale, pp.269-277, 2004. ⟨halshs-01141103⟩
242 View
272 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More