L’utilisation du passé à des fins politiques après 1989 en Slovaquie - Archive ouverte HAL Access content directly
Journal Articles Cahiers du CEFRES Year : 2001

L’utilisation du passé à des fins politiques après 1989 en Slovaquie

(1)
1

Abstract

Sous le régime totalitaire communiste, jusqu’en 1989, la Slovaquie connaissait un étrange contexte schizophrène : d’un côté fleurissait la science historique officielle, fondée sur le monopole des idées et du pouvoir du parti communiste, de l’autre existait une connaissance historique non officielle, bien que les détenteurs de ce savoir ne fussent qu’un petit cercle d’intellectuels. Dans cet article, Kubin s’intéresse aux conséquences du changement de régime intervenu après 1989. On observe une tendance croissante de critique envers le nouveau régime, notamment sur le plan économique. Selon Kubin, la Slovaquie ne s’est en effet toujours pas départie d’une certaine culture politique communiste. Il remarque en particulier que la Slovaquie n’a toujours pas résolu, sur le plan pénal, le problème des crimes du régime précédent, et cela est, selon lui, à l’origine du fait que leur façon de régler la question du passé totalitaire est empreinte de pratiques et de fonctionnements hérités du passé. Voilà pourquoi, selon lui, la Slovaquie en est encore réduite, dix ans après la chute du régime communiste, à continuer de chercher la méthode à adopter.
Fichier principal
Vignette du fichier
kubin_2001_slovaquie_apres_1989.pdf (180.97 Ko) Télécharger le fichier
Origin : Explicit agreement for this submission

Dates and versions

halshs-01161919 , version 1 (09-06-2015)

Identifiers

  • HAL Id : halshs-01161919 , version 1

Cite

L’uboš Kubín. L’utilisation du passé à des fins politiques après 1989 en Slovaquie : La législation entre révolution et Etat de droit : le cas des lustrations. Cahiers du CEFRES, 2001, Mémoires du communisme en Europe centrale, 26, pp.5. ⟨halshs-01161919⟩

Collections

CEFRES
103 View
42 Download

Share

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More