Cinema, society and architecture in the Democratic People's Republic of Korea - Archive ouverte HAL Access content directly
Preprints, Working Papers, ... Year :

Cinema, society and architecture in the Democratic People's Republic of Korea

Cinéma, société et architecture en République Populaire Démocratique de Corée

(1)
1
Valérie Gelézeau

Abstract

Based upon the graduate seminar tought in 2014-2015 by Valérie Gelézeau at l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS), this essay tries to engage a reading of the North Korean movie 'The Wheels of Happiness' (2010). After an introduction briefly reviewing the condition of production and the nature of cinema in the Democratic People’s Republic of Korea (North Korea), the paper proposes to go beyond usual readings of North Korean fictions that often limit their conclusions and demonstration to the fact that they convey State propaganda. Drawing from the film’s aesthetics, we questioned its narrative structure and analyzed its discourse. What do' The Wheels of Happiness' tell us about North Korean cinema and society today? What can bring to the scholarship an engaged reading of this movie? The engagement involved is modest but significant: we tried to implement an approach that means to understand, before it judges. Our reading thus takes into account the context of cinematographic production in the DPRK (a cinema controlled by the censorship of a totalitarian State using art to impose its ideology), without drifting into the simplistic moral judgments that the analysis of art and literary productions coming from the DPRK usually instigates. In a first part, the paper gives an account of synopsis and the story, before discussing certain aspects of the movie’s symbolic discourse and aesthetics, in the North Korean context. We particularly develop on the issue of temporality (symbolically evoked by the “Wheels” of the title) that structures the narration, which refers to certain aesthetics’ standards of the national cinema. In the second part, we analyze what 'The Wheels of Happiness' tell us about contemporary Korean society. In the core of the discourse stand gender issues and the woman’s role in society, between family, work, and patriotic dedication. But two other topics brought interesting discussions: the first one dealing with objects of the material civilization as diverse as food and computers; the other one dealing with the central issue, political and national, of architecture in Pyongyang. This work points out to the limitations of approaches via film and cinema without much access to the agents of their production or sources allowing us to approach them – which is the case of most North Korean materials. The essay questions what North Koreans say about themselves and their society, within the very logics of official discourse and propaganda; by doing so, it applies a state of mind that hopes to avoid the moralizing “Othering” of North Korea where many narratives about that country (by media, experts and even academics) are often trapped. In the end, it is a concrete application of the seminar that proposed to think about epistemological conditions to study North Korea, ways to approach fieldwork and available sources and materials.
Ecrit à partir du séminaire de V. Gelézeau (« Etudier la Corée du Nord – une introduction », EHESS 2014-2015), cet essai propose une lecture « engagée » du film nord-coréen The Wheels of Happiness (2010). Après avoir brièvement rappelé en introduction les conditions de production et la nature du cinéma en République Populaire Démocratique de Corée (Corée du Nord), le texte propose de dépasser les lectures habituelles de toutes les fictions nord-coréennes, qui se limitent souvent au constat et à la démonstration que celles-ci véhiculent la propagande d’État. Partant de l’esthétique de ce film, nous en avons questionné la structure narrative et analysé le discours. Que nous disent « Les roues du bonheur » du cinéma coréen et de la société nord-coréenne d’aujourd’hui ? Que peut apporter une lecture engagée de ce film à la recherche sur ce pays ? L’engagement dont il s’agit est modeste, mais signifiant : il s’agit de mettre en œuvre une approche traduisant d’abord une volonté de comprendre, avant de juger. Nous avons donc tenté de lire en ayant certes à l’esprit le contexte de la production (la production cinématographique contrôlée par la censure d’un État totalitaire utilisant l’art pour véhiculer son idéologie), mais sans se laisser aller aux simplistes jugements moraux que l’analyse de productions artistiques et littéraires venant de RPDC suscite habituellement. Dans une première partie, après avoir rendu compte du synopsis et de la dynamique de l’intrigue, nous discutons certains aspects saillants du discours symbolique du film et de son esthétique, dans le contexte nord-coréen. Nous développons ainsi particulièrement la question de la temporalité (représentée symboliquement par la roue du titre), qui structure la narration, ce qui s’inscrit dans certains canons de l’esthétique d’un cinéma national. Dans une deuxième partie, nous analysons ce que « Les roues du bonheur » nous disent de la société nord-coréenne d’aujourd’hui. Au cœur du sujet, on trouve bien sûr la femme et son rôle dans la société, entre famille, travail et mission patriotique. Mais deux autres directions nous sont apparues intéressantes : l’une traitant d’objets de la civilisation matérielle aussi différents que la nourriture et les ordinateurs ; l’autre portant au contraire sur la question centrale, politique et nationale, de l’architecture à Pyongyang. Ce travail souligne la limitation des approches par le matériau filmique sans aucun accès aux agents de production ou à des sources permettant de les approcher – ce qui est le cas de la plupart des matériaux nord-coréens. Le texte, qui s’interroge sur ce qui, dans la logique-même du discours officiel et de la propagande, est dit, par les Nord-Coréens eux-mêmes, de leur société, met aussi en pratique une manière de travailler sur la Corée du Nord qui parvient à éviter l’approche orientalisante et moralisante de ce pays, dans laquelle s’enferment la plupart des discours le concernant. Au final, il s’agit d’une application concrète du séminaire qui proposait de réfléchir aux conditions d’études de la Corée du Nord, à la manière d’aborder le terrain et les matériaux disponibles.
Fichier principal
Vignette du fichier
gelezeau_etal_2015_film_nord_coreen_FINAL.pdf (424.69 Ko) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)

Dates and versions

halshs-01170311 , version 1 (01-07-2015)

Identifiers

  • HAL Id : halshs-01170311 , version 1

Cite

Valérie Gelézeau. Cinéma, société et architecture en République Populaire Démocratique de Corée : Une lecture engagée du film nord-coréen « Les roues du bonheur » (Haengbok-ŭi sure pakwi). 2015. ⟨halshs-01170311⟩
404 View
1195 Download

Share

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More