Le luth et l'épée : portraits de condition et compagnies familières - Archive ouverte HAL Access content directly
Journal Articles Seizième siècle Year : 2016

Le luth et l'épée : portraits de condition et compagnies familières

(1)
1

Abstract

Pour Baldassar Castiglione la musique est nourriture de l’esprit : l’homme bien instruit est musicien, lit la musique, chante et s’accompagne aux instruments. Les femmes peuvent aussi le faire harmonieusement si elles touchent ceux qui ont une suave douceur. La meilleure manière de pratiquer ces sortes de musique se trouve aussi au sein d’une compagnie familière et aimable, surtout en présence de dames. Notre étude consistera donc, partant de ces prescriptions, à en trouver les indices dans certains portraits de condition où l’identité nobiliaire est marquée par le signe distinctif du musicien praticien, c’est à dire le luth, véhicule par excellence, au seizième siècle, de la haute culture, de l’harmonie et du dialogue avec l’âme. Quelques effigies montreront que les femmes partagèrent cette pratique individuelle et participèrent activement aux « concerts » intimes et élitaires, ces « compagnies familières » qui sont éloquentes de l’otium nobiliaire.
Not file

Dates and versions

halshs-01330550 , version 1 (11-06-2016)

Identifiers

  • HAL Id : halshs-01330550 , version 1

Cite

Florence Gétreau. Le luth et l'épée : portraits de condition et compagnies familières. Seizième siècle, 2016, La noblesse et les arts, 12, pp.173-195. ⟨halshs-01330550⟩
78 View
0 Download

Share

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More