‘The Flâneur’s Scopic Power or the Victorian Dream of Transparency’ - Archive ouverte HAL Access content directly
Journal Articles Cahiers Victoriens et Edouardiens Year : 2013

‘The Flâneur’s Scopic Power or the Victorian Dream of Transparency’

(1)
1

Abstract

This article focuses on the dream of transparency which pervaded the nineteenth-century literary cityscape, and which, I argue, is embodied in the figure of the flâneur, the ubiquitous observer of urban life. To shed light on the function and makeup of this enigmatic figure, I analyze the flâneur through the lens of transparency and through the prism of three objects which use transparency as their core functioning principle. I start by considering the idea that the flâneur is akin to a transparent glass pane. However, a closer look at the flâneur reveals him to be far from simply transparent. Beholding him through the lens of a stereoscope brings his multi-layered nature into relief. This paper concludes by examining the flâneur’s vision, which could be said to function like a spyglass. For the flâneur, being ‘transparent’ in the city is ultimately translating modernity through his gaze, footsteps, and words. To see and to give solidity to the dream of transparency, transparency cannot be absolute, but must be mediated and filtered through the opacity of writing.
Le rêve de transparence qui traverse la littérature victorienne semble trouver une de ses incarnations dans la figure du flâneur, observateur privilégié de la vie urbaine. Cet article tente d’apporter un éclairage nouveau sur la construction de cette figure fuyante en l’analysant à travers le prisme de trois objets dont le fonctionnement repose sur le principe de transparence. La première partie de l’article dresse un parallèle entre l’image de la vitre et celle du flâneur. Cet examen révèle que celui-ci est bien loin d’être « devenu l’œil transparent » qui « n’est rien » et « voit tout » dont parle Emerson. L’analyse tente donc dans un deuxième temps d’examiner le flâneur à travers le prisme du stéréoscope, qui fait apparaître, en perspective, sa nature de palimpseste. Cette étude se concentre enfin sur la nature du regard du flâneur, dont on pourrait comparer le fonctionnement à celui d’une longue-vue. Pour le flâneur, être « transparent », c’est en fait traduire la modernité de la ville à travers ses pas, son regard et ses mots. Pour voir, percevoir et donner à voir ce rêve de transparence, celle-ci ne peut être absolue, mais doit passer par l’opacité de l’écriture.

Dates and versions

halshs-01434790 , version 1 (13-01-2017)

Identifiers

Cite

Estelle Murail. ‘The Flâneur’s Scopic Power or the Victorian Dream of Transparency’. Cahiers Victoriens et Edouardiens, 2013, Transparency—Miscellany, 77, ⟨10.4000/cve.252⟩. ⟨halshs-01434790⟩
32 View
0 Download

Altmetric

Share

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More