“‘He crossed and re-crossed the way repeatedly’: illegible crossings in Poe’s ‘The Man of the Crowd’” - Archive ouverte HAL Access content directly
Journal Articles Cahiers Victoriens et Edouardiens Year : 2016

“‘He crossed and re-crossed the way repeatedly’: illegible crossings in Poe’s ‘The Man of the Crowd’”

« He crossed and re-crossed the way repeatedly » : croisements illisibles dans « The Man of the Crowd » d’Edgar Allan Poe

(1)
1

Abstract

This article proposes to reread Poe’s short story ‘The Man of the Crowd’ through the prism of the Baudelairean word croisement or ‘crossing’. Poe’s London-set tale famously crossed the Channel to inform Baudelaire’s visions of Paris, but this traffic of influences goes both ways. The Baudelairean word croisement, enriched by its crossings with French texts and contexts, condenses several meanings which can shed light on Poe’s story. It designates a certain way of occupying space, and when applied to human relations, it can evoke (dis)connections. As a textual term, it can refer to the workings of intertextuality. This combination of spatial, social, and textual connotations makes it relevant to ‘The Man of the Crowd’. The sense of illegibility which pervades this enigmatic tale stems from these different forms of croisements. Both narrator and reader are confronted with the fear of not being able to read the many crossings at work in the (urban) text, which turns them into detectives on an endless hermeneutic journey. Indeed, the tale constantly seeks to involve us in hermeneutic crossings which shape the text, and thus forces us to ‘cross and re-cross the way repeatedly’.
Cet article se propose de relire la célèbre nouvelle d’Edgar Allan Poe, « L’Homme des foules », à travers le prisme du terme baudelairien « croisement ». On sait que cette nouvelle londonienne a traversé la Manche pour venir façonner l’imaginaire du Paris baudelairien, mais également que les influences textuelles sont sans cesse en mouvement. Ainsi, le mot croisement, enrichi par ses contacts avec les textes et contextes français, concentre plusieurs sens, et permet à son tour — et à rebours — d’éclairer le conte de Poe. Le terme croisement fait d’abord référence à une intersection, un carrefour, mais aussi à une façon d’occuper l’espace. Il désigne également l’idée de rencontre ou bien de rencontre manquée, condensant ainsi l’idée de connexion et de déconnexion. Il évoque par ailleurs l’idée d’intertextualité, ou tout du moins de son fonctionnement. Cet entrecroisement de connotations spatiales, sociales et textuelles en fait un outil particulièrement adapté à une lecture de « L’Homme des foules ». L’impression d’illisibilité qui imprègne ce texte énigmatique semble en effet être générée par ces multiples croisements. Le lecteur et le narrateur sont tous deux confrontés à la peur de ne pouvoir lire les différents croisements qui travaillent et traversent le texte urbain, effroi qui les embarque dans une course herméneutique aussi effrénée qu’infinie. En effet, le conte cherche constamment à impliquer le lecteur dans les croisements herméneutiques qui sous-tendent le texte, nous forçant ainsi à « sans cesse travers[er] et retravers[er] ses chemins ».

Dates and versions

halshs-01434817 , version 1 (13-01-2017)

Identifiers

Cite

Estelle Murail. “‘He crossed and re-crossed the way repeatedly’: illegible crossings in Poe’s ‘The Man of the Crowd’”. Cahiers Victoriens et Edouardiens, 2016, Crossings – The South – Commitment, 83, http://cve.revues.org/2435. ⟨10.4000/cve.2440⟩. ⟨halshs-01434817⟩
47 View
0 Download

Altmetric

Share

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More