La πότνια θηρῶν ou les frontières de l’Autre. Réflexion archéologique sur la signification d'une image homérique en Grèce orientalisante - HAL-SHS - Sciences de l'Homme et de la Société Access content directly
Journal Articles Kentron. Revue pluridisciplinaire du monde antique Year : 2017

La πότνια θηρῶν ou les frontières de l’Autre. Réflexion archéologique sur la signification d'une image homérique en Grèce orientalisante

Abstract

Historians of Greek religion have long perceived the existence of a deity of pre-Hellenic times of Aegean-Anatolian origins, the mistress of animals, whose iconographic theme experienced a resurgence of interest in various artistic productions of the Greek world during the so-called orientalizing period (end 8th - mid 6th century BC.). Since the late nineteenth century, this particular image has been linked to the protector of the wild, Artemis, according to the term πότνια θηρῶν used by Homer in the book XXI of the Iliad in order to qualify the goddess. Therefore, the mistress of animals was interpreted as a foreshadowing of the goddess Artemis, and gradually assimilated with the Olympian twin in the course of the 6th century BC. This univocal connection with the complex and ambiguous personality of Artemis needs to be reconsidered in light of a contextual work matching an iconographic approach with an archaeological one, relying especially on a redefinition of the studied images repertoire and a review of their cultic associations.
Les historiens de la religion grecque ont longtemps perçu l'existence d'une divinité des temps préhelléniques d’origine égéo-anatolienne, la maîtresse des animaux, dont le thème iconographique connaît un regain d'intérêt dans différentes productions artistiques du monde grec à la période dite orientalisante (fin VIIIe - milieu VIe siècle av. J.-C.). Dès la fin du XIXe siècle, cette image singulière fut mise en relation directe avec la protectrice du monde sauvage, Artémis, d’après le terme πότνια θηρῶν employé par Homère au chant XXI de l'Iliade afin de qualifier la déesse. Dès lors, la maîtresse des animaux fut interprétée comme une préfiguration de la déesse Artémis, progressivement assimilée à la jumelle olympienne au cours du VIe siècle av. J.-C. Ce rapprochement univoque avec la personnalité complexe et ambiguë d'Artémis nécessite d’être reconsidéré à la lumière d’un travail contextuel conciliant l’approche iconographique et archéologique, en s’appuyant en particulier sur une redéfinition du répertoire d’images étudiées et une révision de leurs associations cultuelles.

Dates and versions

halshs-01499653 , version 1 (31-03-2017)

Identifiers

Cite

Christian Mazet. La πότνια θηρῶν ou les frontières de l’Autre. Réflexion archéologique sur la signification d'une image homérique en Grèce orientalisante. Kentron. Revue pluridisciplinaire du monde antique, 2017, Approches historiennes des images (I), 2016 (32), pp.17-58. ⟨10.4000/kentron.790⟩. ⟨halshs-01499653⟩
97 View
0 Download

Altmetric

Share

Gmail Mastodon Facebook X LinkedIn More