Circulations, savoir-circuler et territoires relationnels : exemples de trajectoires de migrants tamouls - Archive ouverte HAL Access content directly
Conference Papers Year :

Circulations, savoir-circuler et territoires relationnels : exemples de trajectoires de migrants tamouls

(1)
1

Abstract

Le Sri Lanka a été marqué par une guerre qui a opposé de juillet 1983 à mai 2009 l’armée sri-lankaise aux militants séparatistes tamouls des LTTE. Ce conflit a eu de larges répercussions dans les logiques migratoires des Sri Lankais : terre d'immigration depuis les débuts de son histoire, l’île est devenue progressivement au cours des années soixante-dix, une terre d'émigration massive. La mise en place de lois discriminantes (Sinhala only Act faisant de la langue cingalaise la seule langue officielle au détriment des locuteurs de tamoul et donnant au bouddhisme une place prééminente dans l’État, tournant ainsi le dos à des décennies de sécularisme), a lancé sur les routes de l’exil, de manière sporadique dans un premier temps, des élites anglophones vers les pays du Commonwealth. Néanmoins, après les pogroms anti tamouls de juillet 1983, correspondant également à la montée en puissance des LTTE et à la substitution d’une idéologie de défense des droits des minorités par une idéologie de libération nationale, les flux de réfugiés et de demandeurs d’asile en direction des pays du Nord, d’Asie (Malaisie et Inde en particulier) et du Moyen-Orient sont devenus significatifs conduisant à la formation d’une diaspora et à une diversification des profils migratoires. Au cours de cette période, l’émigration sri-lankaise temporaire ou durable, a concerné 8 % à 10 % de la population de l’île, et les diasporas principalement tamoules représentent plus d’un million de personnes si l’on compte les descendants des migrants. A partir d’exemples de trajectoires de migrants tamouls, il s’agit de décrire et d’analyser leurs manières de « faire avec l’espace » en Île-de-France et au Tamil Nadu principalement. La perspective offerte par le transnationalisme me permettra de décrire le territoire relationnel que l’étranger/migrant met en scène et les territoires qu’il connecte dans un espace transnational. Ces connexions peuvent être à caractère économique, politique mais aussi culturel ou religieux. En ce sens, la migration sera abordée en termes de ressources, de compétences et de bénéfices produits par ce «savoir circuler» qui est producteur d’imaginaires et de translocalité dans lesquels et/ou pour lesquels les liens du lieu avec l’extérieur, le lointain, l’absent, jouent un rôle privilégié.
Not file

Dates and versions

halshs-01542802 , version 1 (20-06-2017)

Identifiers

  • HAL Id : halshs-01542802 , version 1

Cite

Anthony Goreau-Ponceaud. Circulations, savoir-circuler et territoires relationnels : exemples de trajectoires de migrants tamouls. Tamoul: regards pluridisciplinaires, Jun 2017, PARIS, INALCO, France. ⟨halshs-01542802⟩
50 View
0 Download

Share

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More