Des morales de classe ? Dispositions éthiques et positions sociales dans la France contemporaine - Archive ouverte HAL Access content directly
Journal Articles Actes de la Recherche en Sciences Sociales Year : 2018

Des morales de classe ? Dispositions éthiques et positions sociales dans la France contemporaine

(1) , (2) , (3) , (3) , (3)
1
2
3

Abstract

The sociology of morality has often thought of morality in the singular by delivering the exegesis of philosophical or juridical texts. While a quantitative tradition has emerged in the field of the sociology of values and while the sociology of morality has gone through a recent revival, interpretations in terms of social class remain scarce. Yet, material and symbolic inequalities shape the perceptions of fairness and unfairness as well as moral preferences. Like tastes and distastes, moral preferences owe much to the belonging to groups that occupy differentiated positions within the overall social space. By relying on an original statistical survey that bears upon different fields of application of morality, we identify the principles that develop and legitimize the distances between various social groups. We show that the geography of moral standpoints is structured around two sets of oppositions (distance vs proximity to cultural legitimism, principles vs consequences) and that these differentiated moral positions are what makes it possible to understand the conflicts between groups, if not within them. Moral preferences have social foundations, and the analysis of these foundations sheds light on the structure of today’s social space, which is characterized by a gradual convergence between cultural and economic elites, and by a fragmentation of the lower middle classes.
La sociologie de la morale a longtemps raisonné au singulier en procédant à l’exégèse de textes philosophiques ou juridiques. Si une tradition quantitative s’est constituée dans le domaine de la sociologie des valeurs et que la sociologie de la morale a connu un renouveau récent, les interprétations en termes de classes sociales demeurent rares. Pourtant, les inégalités matérielles et symboliques affectent les perceptions du juste et de l’injuste ainsi que les préférences morales. Celles-ci, aussi bien que les goûts et dégoûts, doivent beaucoup à l’appartenance à des groupes qui occupent des positions différenciées dans l’espace social. Grâce à une enquête statistique originale, qui porte sur différents domaines d’application de la moralité, nous identifions les principes qui construisent et légitiment les distances entre groupes sociaux. Nous montrons que l’espace des points de vue moraux est structuré autour de deux systèmes d’opposition (distance versus proximité au légitimisme culturel, principes versus conséquences) et que ces positionnements moraux différenciés permettent d’appréhender les conflits entre groupes, voire en leur sein. Les préférences morales ont des fondements sociaux et leur analyse met au jour la structure de l’espace social contemporain, caractérisé par un rapprochement des élites à capital culturel et à capital économique et par une fragmentation des classes populaires.

Dates and versions

halshs-02381516 , version 1 (26-11-2019)

Identifiers

Cite

Rémy Caveng, Fanny Darbus, François Denord, Delphine Serre, Sylvain Thine. Des morales de classe ? Dispositions éthiques et positions sociales dans la France contemporaine. Actes de la Recherche en Sciences Sociales, 2018, 224 (4), pp.76-101. ⟨10.3917/arss.224.0076⟩. ⟨halshs-02381516⟩
352 View
0 Download

Altmetric

Share

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More