Skip to Main content Skip to Navigation
New interface
Conference papers

Quelle "citoyenneté industrielle" à la SNCF ? Premiers éléments

Résumé : Dans un contexte de transformation des règles de représentation syndicale et de la négociation collective, de reconfiguration des institutions représentatives du personnel, d’évolutions et de débats concernant la participation de représentants des salariés au sein des conseils d’administration et, plus au fond, d’évolution de la sociologie et du débat syndical mais aussi de réformes ferroviaires récurrentes, touchant notamment au statut du personnel, il est proposé d’examiner comment dans une entreprise, telle la SNCF, certains acteurs – en l’occurrence les organisations syndicales – mais aussi le (célèbre) « statut » du personnel appréhendent (ou pas) cette notion de « citoyenneté industrielle ». Il ne s’agit là que d’amorcer un projet de recherche et d’exposer un état (provisoire) des lieux car beaucoup reste à explorer. Il importe d’abord de tenter de définir la notion de « citoyenneté industrielle » puis de brosser un certain contexte social, celui de la SNCF, qui fait la part belle – sans que cela soit vraiment discuté ou explicité – à un type de « démocratie syndicale ». Celle-ci paraît surtout le produit d’une histoire et d’une certaine vision des relations industrielles. Cette démocratie – que l’on pourrait qualifier aussi de « cheminote » – ne paraît pas précisément théorisée, ni faire l’objet d’une réflexion spécifique. On pourrait parler de la naturalisation d’une certaine conception de la « démocratie sociale » ou « syndicale » qui, a priori, ne place pas clairement au centre du jeu ceux qui en seraient des « citoyens » mais les organisations représentatives des salariés-cheminots, en l’occurrence, les organisations syndicales mais aussi une certaine culture du rapport de force et de la grève. Mais cela n’exclut certains paradoxes ou des modes de coopération, prenant appui une « démocratie industrielle » représentative. Le dépouillement de documents syndicaux, l’étude du « statut », un long échange, partiellement exploité, avec un représentant syndical national, constituent ensuite les premiers matériaux pour tenter de repérer si la notion de « citoyenneté industrielle » rencontre un écho dans l’entreprise ferroviaire. Nous avons adopté pour appréhender cette « citoyenneté » et « démocratie » le sens le plus large, cherchant à saisir et comprendre à quels mécanismes, elle peut renvoyer. Il s’agit aussi de repérer les interrogations ou les revendications que, dans le contexte actuel de mutation du groupe ferroviaire public, elle peut susciter.
Document type :
Conference papers
Complete list of metadata

https://shs.hal.science/halshs-02468715
Contributor : Jean Finez Connect in order to contact the contributor
Submitted on : Friday, December 24, 2021 - 5:51:36 PM
Last modification on : Sunday, June 26, 2022 - 3:28:55 AM
Long-term archiving on: : Friday, March 25, 2022 - 6:18:22 PM

File

ST54 Com Bordeaux Sncf.pdf
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : halshs-02468715, version 1

Collections

Citation

Dominique Andolfatto, Jean Finez. Quelle "citoyenneté industrielle" à la SNCF ? Premiers éléments. 15e congrès de l’Association française de science politique, AFSP (Association Française de Science Politique), Jul 2019, Bordeaux, France. ⟨halshs-02468715⟩

Share

Metrics

Record views

59

Files downloads

7