The nomadism cycle of recent palaeolithic societies from Reindeer antler economy - HAL-SHS - Sciences de l'Homme et de la Société Access content directly
Book Sections Year : 2023

The nomadism cycle of recent palaeolithic societies from Reindeer antler economy

Abstract

Circulation in mobile hunter-gatherer societies is particularly highlighted by the transport of resources, such as lithic and animal hard materials, and by seasonal occupations. Studying the annual cycle of nomadism is especially interesting in regions where the majority of used siliceous items is allochthonous, and where there are many faunal remains and used cervid antler materials to document seasonality and procurement/exploitation patterns. Regarding the Magdalenian societies of the Massif Central (France), the challenge of our on-going studies is to identify the patterns of reindeer antler acquisition and exploitation. The integration of data stemming from the zooarchaeological and technological analysis allows us to document such strategies on a local scale as an annual cycle of nomadism within a geographical area whose boundaries remain to be defined. This is demonstrated by the study of a northern Magdalenian site (Les Petits Guinards, Allier) that required a specific method of study of faunal and reindeer antler remains (raw material, waste debris, final products) that raised focused questions. It allowed us to identify procurement and exploitation patterns that support the rare data gathered at a few other sites. It revealed for the first time the transport of objects (more or less shaped) and even of (male) shed antler rough materials from manufacturing sites currently unknown which might be located in the northern source area of procurement of the allochthonous flint and occupied during the cold season in the Massif Central—winter occupation, however, have not yet been found in the Massif Central.
LE CYCLE DE NOMADISME DES SOCIÉTÉS DU PALÉOLITHIQUE RÉCENT À PARTIR DE L’ÉCONOMIE DU BOIS DE RENNE La reconstitution du cycle annuel de nomadisme des sociétés paléolithiques est un exercice délicat dans la mesure où sa visibilité archéologique (habitats, lieux d’approvisionnement et déplacements) est réduite et son étendue, méconnue. Chaque type de vestige est un témoin du sous-système économique, dont chaque site représente un épisode fragmentaire, en termes d’activités, de lieu et de temps. C’est pourquoi l’analyse de l’exploitation des ressources contribue à documenter le cycle de nomadisme des chasseurs collecteurs, mais ceci a deux conditions : travailler aux échelles locale et régionale et formuler des questions précises en les hiérarchisant depuis la problématique globale jusqu’à la production des données. Dans cette perspective, l’étude de l’économie du bois de renne est un excellent moyen de produire des informations indispensables à la connaissance du cycle annuel de nomadisme paléolithique. L’article présente, aux deux échelles, deux niveaux de hiérarchie de questions dans l’étude des bois de renne, puis une application de ce type d’étude dans la perspective de reconstruction du cycle annuel de nomadisme des sociétés du Paléolithique récent du Massif Central. À l’échelle du territoire, notre objectif étant d’identifier l’organisation annuelle de l’exploitation des bois, nos questions ont porté sur la diversité des bois acquis et exploités (chute/massacre, gros ou petit module, maturité), au choix d’une ou plusieurs stratégies d’acquisition (collecte, chasse), à la répartition de l’approvisionnement et de la fabrication dans l’année et au sein du territoire, à la gestion de cette matière première en termes de degré de mobilité (transport) et de formes de circulation. À l’échelle locale, il fallait caractériser le site du point de vue de l’acquisition et l’exploitation des bois : était-il un lieu majeur de chasse au renne et d’acquisition des bois de massacre, et à quel(s) moment(s), ou plutôt de collecte de bois de chute ? Était-il un endroit majeur de transformation/fabrication de produits en bois de renne ? Pour caractériser les sites du point de vue de l’exploitation de cette ressource, il apparaît impératif d’identifier et de quantifier ce qui fut acquis durant l’occupation du site, de ce qui fut apporté, fabriqué (et à partir de quel type de bois ?) et abandonné sur le site ou emporté à l’issue de l’occupation. Ce type d’étude a été mené sur un site du Massif Central, région où l’économie lithique des sociétés du Paléolithique récent était en partie fondée sur l’exploitation d’un silex allochtone septentrional, et où l’économie du bois de renne est très faiblement documentée, alors que l’occupation hivernale ne l’est pas du tout. Ce site magdalénien des Petits Guinards, de l’extrémité nord du Massif Central, est un des très rares sites à avoir livré de nombreux fragments de bois de Renne de tous types (bases, objets et déchets de fabrication) mais nous avons démontré qu’il n’était pas un lieu privilégié d’acquisition ou de fabrication. En effet, en dépit du grand nombre de bases, de déchets et d’objets, la part de la fabrication sur place est très faible et fut réalisée en très grande partie à partir de petits et moyens modules appartenant à des femelles adultes et à des subadultes abattus entre le printemps et l’automne : les rares bois appartenant à des mâles adultes ont été acquis ailleurs et apportés sur le site, et les deux tiers des objets ont été réalisés vraisemblablement sur un autre site. À l’échelle du Massif Central, il apparait à présent que 1) les bois de massacre de mâles restent exceptionnels, ce qui témoigne, soit de la rareté des chasses automnales (et donc des occupations ?), soit d’un prélèvement systématique de ces bois avec emport hors site ; 2) l’approvisionnement, faible, en bois de renne a eu lieu dans cette région en plusieurs endroits, durant le printemps et à l’automne ; 3) la fabrication de l’industrie en bois de renne était donc une activité peu importante dans cette région en particulier ; 4) le transport de bois de renne bruts ou mis en forme, suggéré pour les Petits Guinards et Le Rond-du-Barry, attesterait du transport de ce matériau entre le nord et le sud du territoire. La très grande rareté des bois de mâles adultes et celle de la fabrication, ainsi que l’absence de sites d’hiver suggèrent que la plus grande part de l’acquisition et de l’exploitation du bois de renne se serait déroulée durant les mois d’automne et d’hiver sur un territoire adjacent. Probablement que les groupes humains vivaient dans une région très vaste à l’échelle d’un territoire fréquenté saisonnièrement, depuis les hautes vallées de la Loire et de l’Allier, au Sud, jusqu’à la Touraine, au Nord. Ce secteur nord aurait alors été occupé à la saison froide, période pendant laquelle les bois de renne matures auraient été principalement acquis et transformés dans l’optique d’une utilisation immédiate et différée, notamment à l’échelle du cycle entier vers les sites septentrionaux du Massif Central.
Fichier principal
Vignette du fichier
THE NOMADISM CYCLE OF RECENT PALAEOLITHIC SOCIETIES.pdf (6.61 Mo) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)

Dates and versions

halshs-03087032 , version 1 (16-10-2023)

Identifiers

Cite

Laure Fontana, François-Xavier Chauvière. The nomadism cycle of recent palaeolithic societies from Reindeer antler economy. Eva David; Erik Hnrciarik. Contact, Circulation, Exchange, (actes conf. Modified Bone & Shell UISPP Commission, mars 2017, Trnava, Slovaquie), Archaeopress, pp.33-51, 2023, 9781803275956. ⟨10.32028/9781803275956⟩. ⟨halshs-03087032⟩
77 View
4 Download

Altmetric

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More