Retour sur l’engagement ethnographique : ce que la posture anarchiste fait à une enquête sur la désobéissance (et vice-versa) - Archive ouverte HAL Access content directly
Book Sections Year : 2021

Retour sur l’engagement ethnographique : ce que la posture anarchiste fait à une enquête sur la désobéissance (et vice-versa)

(1)
1

Abstract

En France, comme ailleurs en Europe, les recherches en sciences sociales sur les politiques migratoires se revendiquent couramment d’une « posture critique » (Palidda 2011). Au-delà de l’effet d’annonce, à qui et à quoi s’adresse cette critique, et sur quoi porte-t-elle ? Les « critical border studies » (Parker et Vaughan-Williams, 2009 et 2014) s’intéressent, entre autre, au fonctionnement des dispositifs de contrôle des frontières et à leurs effets sur les mobilités humaines. Ces études insistent sur le contexte particulièrement répressif de leurs mise en œuvre, tant envers les personnes en migration (Stumpf 2006, Woude, Barker et Leun 2017) qu’envers leurs soutiens (Slama 2017, Lendaro 2018) : ce regard objectivant la répression, rend plus audible la critique formulée par les universitaires à l’encontre du business meurtrier des technologies de sécurité (Rodier 2012, Spijkerboer 2017), des décideurs politiques faisant la promotion de la lutte à l’immigration irrégulière (Slama 2018, Lendaro 2019-a), ou encore de l’anti-terrorisme (Bigo et Bonnelli 2018, Bigo 2019), autrement dit d’un ensemble de mesures qui questionnent l’Etat de droit (Guittet 2018, Delmas-Marty 2009 et 2017, Basilien-Gainche 2013). Dans cette lignée, ma contribution est une invitation à réfléchir à ce que peut vouloir dire mener une enquête ethnographique en anarchiste sur la désobéissance, au prisme de l’engagement sur le terrain et aux côtés des « enquêtés ». Un ensemble de travaux relevant de la sociologie des sciences ou de l’anthropologie de la connaissance ont mobilisé le concept d’« anarchisme épistémologique » en plaidant pour un scepticisme radical qui questionne la capacité de la science et des scientifiques à produire de la connaissance explicative sur le monde social (Feyerabend 1979). Ce chapitre réfléchit à ce qu’une posture anarchiste, entendue non pas comme un « remède pour l’épistémologie et pour la philosophie des sciences » mais comme une sensibilité politique, peut faire à l’enquête (et vice-versa). Il tente de répondre à ce questionnement en mobilisant l’approche pragmatiste de l’enquête et la littérature sur l’« engagement ethnographique » (Cefaï 2010). Ainsi, dans un premier temps je reviendrai sur ce qu’« enquête » veut dire dans la tradition pragmatiste, et sur les implications de cette approche sur le rapport entre « enquêteur » et « enquêtés » notamment sur un terrain sur la désobéissance. Ensuite, il sera question de réinvestir les travaux sur l’engagement ethnographique, pour discuter de la possibilité de produire un savoir situé et public, mobilisable par les acteurs engagés dans des luttes et des mouvements protestataires. Un savoir donc qui ne s’adresse pas à l’Etat, mais qui est pensé pour être utilisé contre lui en tant que créateur de la croyance en la nécessité d’un ordre social et juridique que l’on souhaite invalider (Verdier 2018). A travers l’exemple d’une enquête sur ledit « délit de solidarité » (Slama 2018), je propose des pistes pour penser une méthode anarchiste attentive à la pratique réflexive : qu’est-ce que la sensibilité politique de l’enquêteur lui permet de voir et de comprendre, et inversement, qu’est-ce qu’elle brouille et rend éventuellement inintelligible ? En mobilisant aussi les travaux de James C. Scott sur l’infrapolitique (1990), je défends l’intérêt de s’appuyer sur des matériaux expérientiels, issus de la coprésence de l’enquêteur et des enquêtés sur le terrain, et de décentrer le regard hors ou à côté des structures étatiques pour comprendre ce qui se joue au sein de groupes qui participent d’une enquête sur un problème public (Jouan 2016) (ici la criminalisation de la désobéissance, à la fois des personnes migrantes et de leurs soutiens). S’intéresser aux formes d’organisation infra-étatique conduit à s’intéresser à des zones interstitielles, comme les zones-frontière (vallée de la Roya, Lampedusa), qui existent non pas en dehors de l’État, mais où naissent des luttes pour déjouer son emprise sur les pratiques de ces groupes. Cette posture invite à penser le lien entre l’État, le droit, et les mouvements sociaux au prisme de l’expérience qu’en font leurs protagonistes, parmi lesquels se trouve aussi l’enquêteur.
Fichier principal
Vignette du fichier
Lendaro - Methode anarchisme.pdf (195.71 Ko) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)

Dates and versions

halshs-03090920 , version 1 (30-12-2020)

Identifiers

  • HAL Id : halshs-03090920 , version 1

Cite

Annalisa Lendaro. Retour sur l’engagement ethnographique : ce que la posture anarchiste fait à une enquête sur la désobéissance (et vice-versa). Anarchisme et sciences sociales, Atelier de création libertaire, pp. 171-186, 2021, Anarchisme et sciences sociales, 978-2-35104-156-7. ⟨halshs-03090920⟩
29 View
130 Download

Share

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More