Confrontation entre sites de hauteur des âges des Métaux (âge du Bronze et Premier âge du Fer) et de l’Antiquité tardive et du haut Moyen Âge - Archive ouverte HAL Access content directly
Preprints, Working Papers, ... Year :

Confrontation entre sites de hauteur des âges des Métaux (âge du Bronze et Premier âge du Fer) et de l’Antiquité tardive et du haut Moyen Âge

(1) , (2, 3) , (3) , (3) , (3) , (4, 5) , (6) , (2, 3) , (2, 3) , (3) , (7)
1
2
3
4
5
6
7

Abstract

L’étude des occupations fortifiées de hauteur est aujourd’hui l’un des thèmes centraux de la recherche en archéologie des territoires et des peuplements, en particulier pour les âges des Métaux et la fin de l’Antiquité.Pour les périodes anciennes, cette tradition de recherche remonte à la fin du XIXe et au début du XXe siècle, à la faveur d’un engouement croissant pour les oppida gaulois motivant la réalisation de nombreux travaux de terrain. Ce type d’occupation fait aujourd’hui l’objet d’une attention nouvelle, comme l’attestent les récentes rencontres portant sur les « habitats de hauteur et fortifiés à l’âge du Bronze et au Premier âge du Fer entre Alpes et Massif central » (F. Delrieu et R. Furestier, 2016), ou encore le colloque de l’AFEAF tenu en mai 2019 sur le thème des « espaces fortifiés à l’âge du Fer en Europe ».Pour l’Antiquité tardive et le haut Moyen Âge, les avancées sont plus récentes mais n’en sont pas moins importantes, notamment au regard des premières synthèses initiées dans les années 1980 par K. J. Gilles pour la Rhénanie, puis par L. Schneider pour le Midi et la Provence à partir du début des années 2000, qui ont inspiré par la suite, entre autres, des travaux conduits dans le Massif central et l’Est de la France.Ces occupations, que l’historiographie traditionnelle associait à des initiatives éphémères et désorganisées en réponse à un climat d’insécurité prégnant à partir du IVe siècle, sont aujourd’hui considérées sous un jour nouveau et sont envisagées comme une forme à part entière dans les modes d’occupation du sol.Cependant, les dynamiques de peuplement sur le temps long au cours de ces deux périodes restent encore mal connues, notamment du point de vue de l’articulation spatiale et chronologique entre les points bas et les hauteurs.Cette journée organisée dans le cadre de l’axe Fabrique du paysage aura ainsi pour but de confronter les approches afin d’appréhender l’insertion de ces sites dans le territoire. Cette confrontation s’appuiera sur des comparaisons entre les dynamiques observées pour les âges des Métaux – en particulier pour l’âge du Bronze et le début de l’Âge du fer – et celles mises en évidence pour la fin de l’Antiquité et les premiers siècles du Moyen Âge. L’objectif sera dès lors d’amorcer une réflexion sur les méthodes d’analyse et sur les différents schémas interprétatifs possibles pour ces occupations.
Fichier principal
Vignette du fichier
Preactes-sites-de-hauteur.pdf (5.53 Mo) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)

Dates and versions

halshs-03612586 , version 1 (17-03-2022)

Identifiers

  • HAL Id : halshs-03612586 , version 1

Cite

Damien Martinez, Michel Kasprzyk, Amélie Quiquerez, Bruno Chaume, Thomas Chenal, et al.. Confrontation entre sites de hauteur des âges des Métaux (âge du Bronze et Premier âge du Fer) et de l’Antiquité tardive et du haut Moyen Âge. 2019. ⟨halshs-03612586⟩
56 View
16 Download

Share

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More