A « Third generation » ? Doing Environmental History in Europe the Early 21st Century - Archive ouverte HAL Access content directly
Book Sections Year : 2022

A « Third generation » ? Doing Environmental History in Europe the Early 21st Century

Une « troisième génération » ? Faire de l’histoire environnementale en Europe au début du XXIe siècle

(1, 2)
1
2

Abstract

Dans l’un des derniers bilans de l’historiographie états-unienne, Paul Sutter reprenait une chronologie américano-centrée pour évoquer la genèse d’une « troisième génération » de l’histoire environnementale. Dans cette réflexion, la première génération désigne celle des auteurs qui imposèrent la question environnementale dans les programmes de recherches des universités américaines dans les années 1970 et fondèrent l’Association américaine pour l’histoire environnementale (ASEH). Les récits proposés par ces historiens ont souvent été qualifiés de « déclinistes » : leur histoire était celle d’une domination croissante des sociétés humaines sur une « nature » toujours plus dégradée. La seconde génération entre dans la profession alors que l’histoire environnementale est déjà partiellement institutionnalisée aux États-Unis. Autour de William Cronon ou Richard White, mais aussi de philosophes ou d’historiennes des sciences comme Donna Haraway, cette génération conteste l’idée de « wilderness » (nature sauvage), si présente parmi leurs aînés. Ils invitent à comprendre la manière dont les sociétés humaines façonnent une « seconde nature ». Cet article propose d'interroger la formation d'une "troisième génération" depuis le début du XXIe siècle. Cette génération se démarque déjà de ses aînés par une confrontation plus précoce à la question climatique. Dans le monde académique, la réflexion sur cette crise suscite de nombreuses réflexions sur les notions d’Anthropocène, de Capitalocène ou de Plantaciocène. Bien que les théoriciens de ces différentes approches se démarquent les uns des autres, ils partagent tous la volonté de façonner un récit qui permettrait de rendre compte d’un phénomène global, le réchauffement climatique. La « troisième génération » de l’histoire environnementale se singularise de ses prédécesseurs parce qu’elle se doit de composer avec (ou contre) la force d’attraction que représentent ces grands récits.
Fichier principal
Vignette du fichier
Conclusion-EcrireHistEnv21e.pdf (370.73 Ko) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)

Dates and versions

halshs-03685298 , version 1 (02-06-2022)

Identifiers

  • HAL Id : halshs-03685298 , version 1

Cite

Renaud Bécot. Une « troisième génération » ? Faire de l’histoire environnementale en Europe au début du XXIe siècle. Stéphane Frioux; Renaud Bécot. Écrire l'histoire environnementale au XXIe siècle. Sources, méthodes, pratiques, Presses Universitaires de Rennes, 2022, Histoire, 978-2-7535-8242-2. ⟨halshs-03685298⟩
115 View
39 Download

Share

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More