Comment évaluer le contenu d'une narration enfantine dans une langue peu décrite et peu dotée ? Méthodologie et premiers résultats pour la Langue des Signes Française - HAL-SHS - Sciences de l'Homme et de la Société Access content directly
Journal Articles Glossa Year : 2023

How to evaluate the content of a child's narrative in an under-described and under-resourced language? Methodology and first results for French Sign Language.

Comment évaluer le contenu d'une narration enfantine dans une langue peu décrite et peu dotée ? Méthodologie et premiers résultats pour la Langue des Signes Française

Abstract

Context. Language therapists in France work with children who use languages other than French. Some of these languages are poorly described and under-resourced. This is particularly the case for French sign language (LSF): there are few tools available for professionals to assess the language skills of signing children. This can be explained in part by the diversity and the atypical nature of their pathways to language acquisition as well as by the specificities of the professional contexts in which LSF is used (research, teaching, language therapy). Objectives. In this article, we present the methodology adopted to create a tool to analyse and evaluate narratives, which can be used by researchers and professionals and modulated according to their respective needs. Methods. Narratives, elicited from a cartoon without words, were collected from 18 deaf adults who use LSF, to provide a benchmark corpus. Inspired by usage-based approaches to language and its acquisition, we listed all the micro-units of information produced by these signers, and then discarded those produced by fewer than 25% of them. Based on this grid, we then compared the results obtained for these 18 adult signers with those obtained for 18 hearing and non signing adults who speak French. We also analysed the narratives produced by 29 deaf signing children aged 4 to 11 years schooled in LSF. Descriptions and comments were also identified. Results and conclusions. We suggest that the differences observed between the narratives of signing adults (using LSF) and non signing hearing adults (using French) highlight the need to take into account the specificity of each language and of their use, when creating this kind of tool. Among the deaf signing children, a significant positive correlation between age and the number of micro-units produced, but also between age and the number of descriptions and comments produced, was observed.
Contexte. Les orthophonistes en France accueillent des enfants usagers d’autres langues que le français. Certaines de ces langues sont peu décrites et peu dotées. C’est le cas notamment de la langue des signes française (LSF) : les outils dont disposent les professionnels pour évaluer les compétences langagières d’enfants signeurs sont peu nombreux. Cela s’explique en partie par la diversité et le caractère atypique des parcours d’acquisition de cette langue ainsi que les spécificités des contextes professionnels dans lesquels elle évolue (recherche, enseignement, orthophonie). Objectifs. Dans cet article, nous exposons la méthodologie adoptée pour créer un outil d’analyse et d’évaluation de récits, utilisable par des chercheurs et des professionnels et modulable selon leurs besoins respectifs. Méthodes. Des récits, élicités à partir d’un dessin animé sans parole, ont été collectés auprès de 18 adultes sourds locuteurs de la LSF pour obtenir un corpus de référence. Nous inspirant des approches usage based (« basées sur l’usage ») du langage et de son acquisition, nous avons répertorié l’ensemble des micro-unités d’information produites par ces signeurs, puis écarté celles produites par moins de 25% d’entre eux. À partir de cette grille, nous avons comparé les résultats obtenus pour ces 18 adultes sourds signeurs à ceux obtenus pour 18 adultes entendants non signeurs locuteurs de la langue française. Nous avons également analysé les récits de 29 enfants sourds âgés de 4 à 11 ans dont la LSF est la langue de scolarisation. Les descriptions et commentaires produits par les signeurs ont également été identifiés. Résultats et conclusions. Nous suggérons que les écarts observés entre les récits des adultes sourds signeurs (en LSF) et des adultes entendants non signeurs (en langue française) soulignent la nécessité de prendre en compte la spécificité de chaque langue et de son usage pour la création de ce type d’outil. Au sein du groupe d’enfants sourds signeurs, une corrélation positive significative entre l’âge et le nombre de micro-unités produites, mais aussi entre l’âge et le nombre de descriptions et de commentaires, a pu être observée.
Fichier principal
Vignette du fichier
Caët&al-Comment évaluer le contenu d’une narration enfantine dans une langue peu décrite et peu dotée ? Méthodologie et premiers résultats pour la Langue des Signes Française-2023.pdf (689.47 Ko) Télécharger le fichier
Origin Publisher files allowed on an open archive

Dates and versions

halshs-04199710 , version 1 (29-12-2023)

Licence

Identifiers

  • HAL Id : halshs-04199710 , version 1

Cite

Stéphanie Caët, Marion Blondel, Claire Danet, Clémence Beirnaert, Aliyah Morgenstern. Comment évaluer le contenu d'une narration enfantine dans une langue peu décrite et peu dotée ? Méthodologie et premiers résultats pour la Langue des Signes Française. Glossa, 2023, 136, https://www.glossa.fr/index.php/glossa/article/view/1404. ⟨halshs-04199710⟩
318 View
33 Download

Share

Gmail Mastodon Facebook X LinkedIn More