L’appauvrissement de l’offre bancaire vue par la rétraction des réseaux d’agences. Les villes moyennes de France métropolitaine sont-elles davantage concernées ? - HAL Accéder directement au contenu
Communication dans un congrès Année : 2023

L’appauvrissement de l’offre bancaire vue par la rétraction des réseaux d’agences. Les villes moyennes de France métropolitaine sont-elles davantage concernées ?

Résumé

Au début des années 2000, le parc d’agences bancaires en France métropolitaine comptait un petit peu plus de 42 000 points répartis sur l’ensemble du territoire. À l’image de tous les services organisés en réseau et qui s’adressent directement à la population, le secteur de la banque de détail a longtemps eu comme stratégie « d’occuper » le terrain pour gagner de nouveaux marchés ; à ce moment-là, on estimait qu’une ouverture d’agence représentait en moyenne un gain potentiel de 200 à 300 nouveaux clients annuels dans la décennie suivante (Terral et al., 2010). La très bonne couverture du territoire national en agences bancaires est en bonne partie le résultat de ce calcul. Des données plus récentes laissent néanmoins penser que cette stratégie n’est plus à l’ordre du jour, bien au contraire. Alors que le rythme d’ouverture de nouvelles agences s’est considérablement réduit, le flux de fermetures, en parallèle, enregistrent une progression croissante depuis 2014 (Delage et Terral, 2021), quelque soit le groupe bancaire. Ce mouvement de rétraction de l’offre bancaire sur le territoire connaît depuis le milieu des années 2010 une accélération telle que le recul du stock d’agences se compte en plusieurs centaines chaque année. La logique de rationalisation du parc d’agences trouve son explication dans l’évolution d’un paysage bancaire très concurrentiel et en pleine transformation. Elle opère au gré de la performance économique de chaque agence, du développement de la banque digitale et des services à distance, et d’une chasse aux coûts systématisée (Serve et Rousselet, 2021). Elle survient également au lendemain d’une série de fusions/acquisitions dans le secteur de la banque de détail qui a réduit à six le nombre de grands groupes bancaires en France. La rétraction du réseau d’agences bancaires, récente en France, s’observe depuis un certain temps déjà dans la plupart des pays européens ; or, il ressort des expériences étrangères que ces changements ne sont pas sans implication pour l’accès aux services bancaires et le développement des territoires. L’appauvrissement de l’offre bancaire concerne le plus souvent les territoires les moins bien lotis économiquement et touche des profils de population plus vulnérables à l’éloignement des services bancaires (Alfredo, 2019 ; Aversa J. et al., 2022 ; Higgs, Price et Langford, 2022 ; Leyshon, French et Signoretta, 2008). Elle fait également peser un risque sur la création de nouvelles entreprises (Sin Tian Ho et Bergrren, 2020). Ces travaux signalent en creux que la relation contractuelle entre les clients et leur banque passe encore par l’agence en dépit du déploiement de la banque digitale et de la diversification des canaux d’accès à distance. Dans la lignée de tous ces travaux, notre communication se pose la question de savoir si la rétraction du réseau d’agences bancaires en France, à l’image de ce qu’on peut observer ailleurs en Europe, a d’abord eu tendance à affecter les territoires les plus vulnérables. Notre examen se concentre plus précisément sur le tissu de villes petites et moyennes dont des travaux récents rappellent qu’il est souvent plus exposé au retrait de certains services publics (Guiraud, Baudet-Michel, Toutin, 2021) et à la fermeture des commerces (Delage et al., 2020). La mesure de rétraction de l’offre bancaire sur le territoire s’effectue à l’aide d’une base de données (OGRB) qui recense à l’adresse et par enseigne l’ensemble des agences bancaires disposant d’une vitrine entre 1998 et 2018. L’analyse se subdivise en deux temps. Le premier vise à produire une analyse géographique de l’appauvrissement de l’offre bancaire dans les villes moyennes grâce au calcul de la densité d’agences et de l’évolution de la diversité bancaire. Le second cherche ensuite à savoir, à partir de régression statistique, si la recomposition de la carte des agences bancaires peut s’expliquer à l’aide de la démographie des territoires et d’indicateurs de vulnérabilité (produits à partir des données CAF et des données du recensement). Au final, il s’agira de savoir si les territoires les plus fragiles d’un point de vue socioéconomique sont aussi ceux pénalisés par la vague récente de fermetures d’agences ou bien si cette dernière suit d’autres logiques. Bibliographie Alfredo, M-O., 2019, Financial exclusion and branch closures in Spain after the great recession. Regional Studies, 53, 4, 562-573. Aversa J. et al., 2022, Determinants of bank closures : Exploring the relationship between neighborhood characteristics and bank branch locations. Papers in Applied Geography, 8, 4, 393-413. Delage et al., 2020, Retail decline in France’s small and medium-sized cities over four decades. Evidence from a multi-level analysis. Cities, 104. Delage M. et Terral L., 2021, « La rétraction des réseaux d’agences bancaires en France. Quelle(s) logique(s) territoriale(s) », 57e colloque de l’Association de Science Régionale de Langue Française. Avignon, 1er-3 septembre 2021. Guiraud N., Baudet-Michel S. et G. Toutin, 2021, Les réformes de la justice entre 2000 et 2016 : une rétraction des tribunaux au détriment des petites et moyennes villes de France métropolitaine. Annales de Géographie, 737, 1, 35-57. Leyshon A., French S. et P. Signoretta, 2008, Financial exclusion and the geography of bank and building society branch closure in Britain. Transactions of the Institute of British Geographers, 33, 4, 447-465. Higgs A., Price A. et M. Langford, 2022, Investigating the impact of bank branch closures on access to financial services in the early stages of the COVID-19 pandemic. Journal of Rural Studies, 95, 1-14. Serve S. et E. Rousselet, 2021, Fermetures des agences bancaires : une tendance amorcée bien avant la crise sanitaire, The conversation, https://theconversation.com/fermetures-des-agences-bancaires-une-tendance-amorcee-bien-avant-la-crise-sanitaire-154084. Sin Tian Ho C. et B. Berggren, 2020, The effect of bank branch closures on new firm formation: the Swedish case. The Annals of Regional Science, 65, 319-350. Terral L., Rousset Deschamps M. et P. Thiard, 2010, Territoires bancaires et recompositions socioéconomiques de la métropole. In Massot M-H. (dir), Mobilités & modes de vie métropolitains, L’œil d’or, Paris, 55-73.
Loading...
Fichier non déposé

Dates et versions

halshs-04302332, version 1 (23-11-2023)

Identifiants

  • HAL Id : halshs-04302332 , version 1

Citer

Matthieu Delage, Paul Gourdon, Laurent Terral. L’appauvrissement de l’offre bancaire vue par la rétraction des réseaux d’agences. Les villes moyennes de France métropolitaine sont-elles davantage concernées ?. 59e colloque ASRDLF 2023 : les territoires périphériques et ultrapériphériques face aux crises majeures. Le retour de la distance, Université de la Réunion, Jun 2023, Le Tampon, France. ⟨halshs-04302332⟩
61 Consultations
0 Téléchargements
Dernière date de mise à jour le 16/06/2024
comment ces indicateurs sont-ils produits

Partager

Gmail Facebook Twitter LinkedIn Plus