The cables and the power - HAL-SHS - Sciences de l'Homme et de la Société Access content directly
Theses Year : 2017

The cables and the power

Une colère électrique

Abstract

Politics in the Palestinian refugee camps of Lebanon have been studied through a number of perspective, mostly focusing on the relation to national liberation and collective memory. The politics of materiality in the camps, and especially the urban issues, have also received some interest from research, especially after the Lebanese Civil War, but little has been said around the forms of mobilisations surrounding these issues. Relying on an interdisciplinary work situated between human geography and social movement theory, this thesis proposes to look at these questions to explore the ways in which the politics of the refugee camps have evolved in the post-Civil War period. The thesis explores the spatial structuration of the camps, defining the camps‘ space as a dimension of the social, with effects on it. Drawing on the pragmatic turn in sociology, the thesis proposes a pluralist model to interaction in the camps, describing several spatially-located grammars of interactions the camp-dwellers can mobilise in public interactions. These grammars of interaction structure activities of framing social problems and situations in the camps, and explain disputes on a category of spatialised social problems, the "problems of the camps". For local activists, politicising around these problems is a way to approach politics in other ways than the "partisan" framework. With attention to their spatial anchoring, the thesis then described a number of organisations, paying attention to the resources, discourses, and modes of proof they rely on to make their actions in the camps acceptable and impose their social representations. The situations of conflict with the alleged authorities in the camps and the mundane work of these organisations are described. Finally, the effects of these phenomena on space are seen, showing how space is imbued with new meanings as these mobilisations unfold. Space is therefore seen as a factor as much as a result of social interaction.
Le politique a été étudié dans les camps de réfugiés du Liban au travers d'un ensemble de perspectives, principalement focalisées sur les rapports entre libération nationale et mémoire collective. Les politiques du monde physique dans les camps, en particulier les questions urbaines, ont également été l'objet d'un certain intérêt de la part de la recherche, en particulier dans l'après-Guerre Civile Libanaise, mais la littérature reste limitée en ce qui concerne les formes de mobilisations propres à ces enjeux. En s'appuyant sur un travail interdisciplinaire au croisement de la géographie humaine et de la sociologie des mouvements sociaux, cette thèse propose d'explorer la façon dont le politique a évolué dans les camps dans la période de l'après-Guerre Civile. Ce travail explore la structuration spatiale des camps, définissant l'espace des camps comme une dimension du social ayant des effets sur ce dernier. En s'inspirant du tournant pragmatique en sociologie, il présente un modèle pluraliste d'interaction dans les camps, décrivant plusieurs grammaires d'interactions ancrées localement que les habitant.e.s des camps peuvent mobiliser dans leurs interactions dans l'espace public. Ces grammaires de l'interaction structurent les activités de cadrage des problèmes publics et des situations dans les camps, et expliquent les controverses autour d'une catégorie particulière de ces problèmes, les "problèmes des camps". Pour des activistes locaux et locales, politiser autour de ces problèmes permet d'approcher le politique par d'autres moyens que ceux fournis par le monde partisan. En prêtant attention à leurs ancrages locaux, la thèse décrit par la suite plusieurs organisations, décrivant notamment leurs ressources, discours, et les formes de preuve on sur lesquelles s'appuient ces actvistes pour rendre acceptables leurs actions dans les camps et imposer avec succès leurs représentations sociales. Les situations de conflit avec les acteurs auxquels sont attribués l'autorité dans les camps, et le travail quotidien de ces organisations sont décrits. Enfin, les effets de ces phénomènes sur l'espace sont décrits, montrant notamment la façon dont l'espace est investi de sens nouveaux à mesure que ces formes particulières de mobilisations se développent. L'espace est ainsi appréhendé tant comme un facteur d'explication que comme un produit résultant d'interactions sociales.
Fichier principal
Vignette du fichier
Alex Mahoudeau thesis (Final).pdf (5.68 Mo) Télécharger le fichier
Origin Files produced by the author(s)
Loading...

Dates and versions

tel-01786341 , version 1 (28-05-2018)

Identifiers

  • HAL Id : tel-01786341 , version 1

Cite

Alex Mahoudeau. The cables and the power: Mobilising space, mobilising for space in the Palestinian refugee camps of Beirut, Lebanon (2014 – 2017). Political science. King's College London, 2017. English. ⟨NNT : ⟩. ⟨tel-01786341⟩
1026 View
592 Download

Share

Gmail Mastodon Facebook X LinkedIn More