The experience of non-take-up in the integration of young people with few or no qualifications - Archive ouverte HAL Access content directly
Theses Year : 2020

The experience of non-take-up in the integration of young people with few or no qualifications

L'expérience du non-recours dans les parcours d'insertion des jeunes peu ou pas diplômés

(1, 2)
1
2

Abstract

This thesis examines the non-take-up of public aid by young people in France. More specifically, it considers the experience of non-take-up in the integration of young people with few or no qualifications. The thesis is based primarily on fifty interviews with young people who are Not in Employment, Education or Training (NEET). It also draws on numerous works in the sociology of youth and the sociology of life trajectories. It is part of the scientific literature on the non-take-up of social policies and contributes to the analysis of the reception of policies by specific segments of the public. An analysis of the situations of non-take-up experienced by individuals highlights the extent of a lack of concern among young people with few or no qualifications, as regards institutions facilitating integration. Non-concern refers to the fact that individuals do not feel concerned by the rights and services to which they are entitled. This phenomenon is a sign of a lack of information on social rights, and of a lack of interest in institutions promoting integration. It is linked to the institutional regulation of young people's access to information on socio-professional integration schemes. It also reflects the distant and even conflicting relationships that young people develop with the public sector. Some young people with few or no qualifications do nevertheless choose to (re)enrol in an institution supporting integration. Some report having experienced a "trigger" in the course of their life. Others resign themselves to the idea of applying for public assistance because they cannot manage on their own. A sociological analysis of life trajectories reveals three typical pathways back to such institutions: "the desire for another life"; "institutional reaffiliation"; and "back to square one". This typology sheds light on the identity dimension at the heart of the non-take-up experience. It shows the sociological power of age-related social norms in the return to integration institutions. If young people with few or no qualifications return to institutions supporting integration, it is above all because they hope to become adults like everyone else. The difficulties they encounter in gaining access to socio-economic citizenship are a reminder of the limits of the public policies intended for them, and in particular the consequences of the restrictions on access to a minimum income for those under the age of 25. This difficulties experienced in accessing social rights, combined with socio-economic precariousness, could contribute to the rise of conservative values and populist ideas.
Cette thèse porte sur le non-recours des jeunes à l’aide publique en France. Elle s’intéresse plus spécifiquement à l’expérience du non-recours dans les parcours d’insertion des jeunes peu ou pas diplômés. Elle s’appuie notamment sur une cinquantaine d’entretiens avec des jeunes ni en emploi, ni en formation, ni dans le système scolaire (NEET). Elle mobilise également de nombreux travaux en sociologie de la jeunesse et en sociologie des parcours de vie. Elle s’inscrit dans le champ de la littérature scientifique sur le non-recours aux politiques sociales. Elle est une contribution à l’analyse de la réception des politiques par les publics. L’analyse des situations de non-recours vécues par les individus met en lumière l’importance du non-concernement des jeunes peu ou pas diplômés vis-à-vis des institutions d’insertion. Le non-concernement renvoie au fait pour les individus de ne pas se sentir concernés par les droits et les services auxquels ils peuvent prétendre. Ce phénomène est à la fois le signe d’un manque d’information sur les droits sociaux et la marque d’un désintérêt à l’égard des institutions d’insertion. Il est lié à la régulation par les institutions de l’accès des jeunes à l’information sur les dispositifs d’insertion socioprofessionnelle. Il reflète également les rapports distants, voire conflictuels, que les jeunes construisent avec l’offre publique. Les jeunes peu ou pas diplômés peuvent toutefois décider de (re)venir s’inscrire dans une institution d’insertion. Certains racontent avoir fait l’expérience d’un « déclic » dans leur parcours de vie. D’autres se résignent à l’idée de solliciter l’aide publique, faute de pouvoir se débrouiller par leurs propres moyens. Une analyse sociologique des parcours de vie permet de distinguer trois cheminements idéaltypiques de retour vers les institutions d’insertion : « l’envie d’une autre vie » ; « la réaffiliation institutionnelle » ; « le retour à la case départ ». Cette typologie éclaire la dimension identitaire au cœur de l’expérience du non-recours. Elle montre la puissance sociologique des normes sociales liées à l’âge dans les cheminements de retour vers les institutions d’insertion. Si les jeunes peu ou pas diplômés reviennent vers les institutions d’insertion, c’est avant tout parce qu’ils espèrent pouvoir devenir des adultes comme les autres. Les difficultés qu’ils rencontrent pour accéder à la citoyenneté socio-économique rappellent à ce titre les limites des politiques publiques qui leur sont destinées, et en particulier les conséquences des restrictions d’accès à un revenu minimum pour les moins de 25 ans. Cette expérience des difficultés d’accès aux droits sociaux, conjuguée à la précarité socio-économique, pourrait participer à la montée des valeurs conservatrices et des idées populistes.
Fichier principal
Vignette du fichier
VIAL Benjamin_L'experience du non-recours aux institutions d'insertion_These UGA.pdf (4.34 Mo) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)

Dates and versions

tel-03110601 , version 1 (14-01-2021)
tel-03110601 , version 2 (09-03-2021)

Identifiers

  • HAL Id : tel-03110601 , version 1

Cite

Benjamin Vial. L'expérience du non-recours dans les parcours d'insertion des jeunes peu ou pas diplômés. Science politique. Université Grenoble Alpes, 2020. Français. ⟨NNT : ⟩. ⟨tel-03110601v1⟩

Collections

PACTE-THESE
2332 View
848 Download

Share

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More