La contribution de l'industrie chimique française à l'effort de guerre allemand : le cas de Francolor - Archive ouverte HAL Access content directly
Book Sections Year : 2000

La contribution de l'industrie chimique française à l'effort de guerre allemand : le cas de Francolor

(1, 2)
1
2

Abstract

L'historiographie sur l'industrie chimique française sous l'Occupation s'est jusqu'à maintenant surtout intéressée à la première phase de la période, les années 1940-1941, marquées par la conclusion d'un certain nombre d'accords avec l'industrie allemande aboutissant à la création de sociétés à capitaux mixtes. A la suite des procès de l'épuration, c'est la question du degré d'initiative des dirigeants français qui a été posée : dans quelle mesure n'ont-ils fait que subir une contrainte allemande ou ont-ils, au contraire, recherché un accord ? La question de la manière dont ces entreprises ont ensuite fonctionné pendant la seconde phase de l'Occupation n'est en revanche guère abordée. Selon les critères habituels de l'intensité de la collaboration d'une entreprise - activité globale sous l'Occupation, part du chiffre d'affaires réalisé avec l'Allemagne, nombre d'ouvriers partis travailler outre-Rhin -, les sociétés mixtes de la chimie n'apparaissent pas particulièrement compromises. Mais cette appréciation repose largement sur une confusion quant à leurs finalités initiales. Les objectifs des industriels allemands en 1940-41 n'étaient en effet pas de nature industrielle, mais simplement commerciale. Il ne s'agissait pas de se servir de ces entreprises pour renforcer des capacités de production encore largement excédentaires à l'époque, mais au contraire de profiter du nouveau contexte d'occupation pour renforcer l'hégémonie de la chimie allemande en Europe, restreindre l'activité des entreprises françaises au seul cadre national (métropole et colonies) et tirer un meilleur bénéfice de la supériorité industrielle allemande en matière de brevets et d'approvisionnements. L'entrée de l'Allemagne, à partir de 1942, dans une économie de guerre totale modifie cette perspective. Aucune capacité de production dans les pays occupés susceptible d'avoir un usage militaire ne peut être négligée. La plus importante société mixte, Francolor, qui regroupe l'ensemble des usines françaises de colorants, représente un potentiel important, notamment dans la mesure où ses produits intermédiaires sont utilisables dans l'industrie des explosifs. Une relecture de ce cas, fondée sur l'exploitation inédite d'archives allemandes de l'IG Farben, montre en fait l'intensité de la collaboration pratiquée. L'autonomie apparemment préservée de l'entreprise s'avère largement factice. Et les limites de la contribution de Francolor à l'effort de guerre allemand ne doivent pas être portées au crédit de ses dirigeants français : elles s'expliquent surtout par des difficultés techniques et par des choix d'opportunité des partenaires allemands. Rien ne permet en revanche à ces derniers de douter d'une bonne volonté française régulièrement réaffirmée.
Fichier principal
Vignette du fichier
article_Francolor_2000.pdf (1.95 Mo) Télécharger le fichier
Origin : Explicit agreement for this submission

Dates and versions

halshs-00536699 , version 1 (25-09-2012)

Identifiers

  • HAL Id : halshs-00536699 , version 1

Cite

Hervé Joly. La contribution de l'industrie chimique française à l'effort de guerre allemand : le cas de Francolor. Stefan Martens, Maurice Vaïsse. Frankreich und Deutschland im Krieg. Okkupation, Kollaboration, Résistance (Nov. 1942-Herbst 1944), Bouvier, Bonn, pp.297-316, 2000. ⟨halshs-00536699⟩
545 View
169 Download

Share

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More