Les « techniques alternatives » sont-elles envisagées comme un outil de gestion qualitative des eaux pluviales ? - Archive ouverte HAL Access content directly
Journal Articles Développement durable et territoires Year : 2019

Les « techniques alternatives » sont-elles envisagées comme un outil de gestion qualitative des eaux pluviales ?

(1, 2) , (3) , (3) , (3) , (4, 5, 3)
1
2
3
4
5

Abstract

Les eaux pluviales sont une des sources de contamination diffuse des milieux aquatiques. Il s’agit de comprendre comment les acteurs de la gestion se représentent les enjeux associés aux (micro)polluants dans les eaux pluviales et à l’efficacité des techniques alternatives pour les gérer. Vingt-quatre entretiens ont été conduits dans le Grand Lyon. Les résultats montrent que la gestion des eaux pluviales est avant tout abordée de manière quantitative. Les techniques « alternatives » s’inscrivent dans de nouvelles façons de penser la ville par des acteurs urbains et scientifiques. Si les pollutions sont bien identifiées par les acteurs de la gestion, ils maîtrisent moins les micropollutions. La catégorie « techniques alternatives » recouvre dans les représentations des acteurs une réalité multiforme.
Fichier principal
Vignette du fichier
Comby_et_al_DDT_2019.pdf (1.83 Mo) Télécharger le fichier
Origin : Publisher files allowed on an open archive
Loading...

Dates and versions

halshs-02439637 , version 1 (14-01-2020)

Identifiers

Cite

Emeline Comby, Anne Riviere-Honegger, Marylise Cottet, Sébastien Ah Leung, Nina Cossais. Les « techniques alternatives » sont-elles envisagées comme un outil de gestion qualitative des eaux pluviales ?. Développement durable et territoires, 2019, Objets techniques et cycle hydrosocial/Foncier rural en Méditerranée, 10 (3), ⟨10.4000/developpementdurable.16082⟩. ⟨halshs-02439637⟩
229 View
229 Download

Altmetric

Share

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More